Retour sur terre pour la Rose

  • A
  • A
Retour sur terre pour la Rose
Partagez sur :

Une victoire sans lendemain... Après son succès prometteur contre l'Australie (35-18), l'Angleterre a cédé samedi à Twickenham face au réalisme de l'Afrique du Sud (11-21). A noter la victoire de l'Italie face aux Fidji (24-16) et le court succès de l'Ecosse, victorieuse le week-end dernier des Springboks (21-17), contre les Samoa (19-16).

Une victoire sans lendemain... Après son succès prometteur contre l'Australie (35-18), l'Angleterre a cédé samedi à Twickenham face au réalisme de l'Afrique du Sud (11-21). A noter la victoire de l'Italie face aux Fidji (24-16) et le court succès de l'Ecosse, victorieuse le week-end dernier des Springboks (21-17), contre les Samoa (19-16). Angleterre-Afrique du Sud: 11-21 A ne plus rien y comprendre... Capable de battre l'Australie (35-18), le XV de la Rose a chuté quinze jours plus tard face à l'Afrique du Sud (11-21), tombée une semaine plus tôt à Murrayfield contre l'Ecosse (21-17). Excité comme un gamin à l'idée d'accueillir les Spingboks à Twickenham, Martin Johnson, le sélectionneur de l'Angleterre, a vite déchanté face à la prestation décousue de ses protégés, incapables de rivaliser, notamment sur le terrain physique, avec une formation sud-africaine revancharde et bien décidée à finir l'année sur une bonne, quelques mois avant de défendre son titre mondial en Nouvelle-Zélande. Chris Ashton, Tom Croft ou encore Toby Flood, contraints de quitter prématurément leurs coéquipiers sur blessures, ont fait les frais de l'engagement sud-africain, illustré également au tableau d'affichage. S'ils ont longtemps fait illusion, jusqu'à tenir le score à la pause (6-6), Flood comme Steyn ayant inscrit deux pénalités, les Anglais ont fini par craquer à l'heure de jeu sur un essai de Willem Alberts (58e), tout juste entré en jeu. Dix minutes plus tard, un deuxième essai de l'ailier Lwazi Mvovo (69e), transformé par Morne Steyn, a scellé la victoire des Springboks, leur septième consécutive sur les Anglais, malgré la réponse tardive de Ben Foden suite à une interception et une course de 90 mètres (78e). L'Angleterre sort de la tournée de novembre avec deux défaites face à la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud, et deux victoires sur l'Australie et les Samoa. L'Afrique du Sud, qui était venue en Europe avec une équipe diminuée par les blessures, affiche trois victoires sur l'Irlande, le Pays de Galles et l'Angleterre pour une défaite face à l'Ecosse. Italie-Fidji: 24-16 Et si la victoire du XV de France à Nantes contre les Fidji (34-12) avait plus de valeur que les observateurs et surtout Marc Lièvremont pouvaient en dire à l'issue du match ? Sous la pluie de La Beaujoire, les Bleus avaient manqué de génie. Mais au moins avaient-ils pris sans trembler la mesure de ces coriaces joueurs venus du Pacifique. Chose que ni les Gallois, tenus en échec le week-end dernier à Cardiff (16-16), ni les Italiens, malgré leur victoire samedi à Modène (24-16), ne peuvent revendiquer. Malgré une archi-domination dans les phases de conquête classiques, en mêlée et en touche, le XV d'Italie a peiné pour décrocher sa seule victoire de l'automne après ses défaites enregistrées contre l'Argentine (16-22) puis face à l'Australie (14-32). Menés à la pause (9-16), suite notamment à un essai en début de match de Tuapati, sorti sur civière en seconde période, les hommes de Nick Mallett, privé 10 de Martin Castrogiovanni au retour des vestiaires, s'en sont remis à la botte de Mirco Bergamasco, auteur de huit pénalités, dont cinq en seconde période. "C'est formidable. Nous devons notre victoire à d'énormes efforts", a déclaré le héros du jour sur la chaîne de télévision La7. Ecosse-Samoa: 19-16 Tombeurs de l'Afrique du Sud le week-end dernier (21-17), les Ecossais ont péniblement validé cette victoire de prestige samedi à Murrayfield face aux Samoans (19-16). Longtemps accroché par cette équipe du Pacifique, l'arrière Paul Williams répondant aux coups de pied de Dan Parks, le XV du Chardon, qui a répliqué par Nikki Walker à l'essai de Kahn Fotuali'i en début de match, ne doit son salut qu'à la pénalité en toute fin de rencontre de Ruaridh Jackson, entré en jeu en seconde période.