Retour long de ligne

  • A
  • A
Retour long de ligne
Partagez sur :

Rendez-vous de la rédaction, Retour long de ligne vous propose de revenir sur les faits marquants de la semaine écoulée sur la planète tennis. Du côté de la WTA, c'est désormais la quille. Le Masters a mis un terme à une saison que Caroline Wozniacki termine à la première place mondiale, sans convaincre. Chez les messieurs, Marin Cilic et Jo-Wilfried Tsonga ont remporté les tournois de Saint-Pétersbourg et Vienne.

Rendez-vous de la rédaction, Retour long de ligne vous propose de revenir sur les faits marquants de la semaine écoulée sur la planète tennis. Du côté de la WTA, c'est désormais la quille. Le Masters a mis un terme à une saison que Caroline Wozniacki termine à la première place mondiale, sans convaincre. Chez les messieurs, Marin Cilic et Jo-Wilfried Tsonga ont remporté les tournois de Saint-Pétersbourg et Vienne. LA DOUBLE-FAUTE DE LA SEMAINE : Caroline Wozniacki A défaut de couronne en Grand Chelem, Caroline Wozniacki aurait pu terminer l'année 2011 avec le prestigieux titre du Masters. L'an dernier, la Danoise avait échoué en finale contre Kim Clijsters. Cette année, à Istanbul, elle n'est même pas parvenue à s'extirper des phases de poules. Après une victoire étriquée contre Radwanska (5-7, 6-2, 6-4), Wozniacki a été battue par Zvonareva (6-2, 4-6, 6-3) et surtout Kvitova (6-4, 6-2). Heureusement pour elle, Maria Sharapova, trahie par son physique, n'est pas allée assez loin dans le tournoi pour lui ravir la première place mondiale. Une maigre consolation pour la Danoise, qui traverse une période difficile sportivement, marquée par une vraie-fausse séparation avec Piotr, son entraîneur de père. LE JOUEUR DE LA SEMAINE : Marin Cilic Il a battu l'invincible serbe. Non, non, pas Novak Djokovic, Marin Cilic a dominé Janko Tipsarevic en finale du tournoi de Saint-Pétersbourg. Pas une mince affaire, puisque le barbu des Balkans, qui aurait pu remporter son troisième tournoi en l'espace d'un mois (alors qu'il n'en avait jusque-là remporté aucun !), avait la neuvième place à la Race dans le viseur. Mais Cilic, à l'issue d'un combat de 2h17 (6-3, 3-6, 6-2), est parvenu à soulever son premier trophée de la saison, à sa quatrième tentative. "Je ne suis pas passé loin lors de mes trois premières finales (Marseille, Umag, Pékin), mais je pense avoir appris de ces défaites. Aujourd'hui, ça m'a aidé dans le troisième set. J'ai pu jouer le meilleur tennis de ma saison", pouvait se satisfaire le Croate, de retour dans le top 20. Cilic (23 ans) avait été 9e mondial en février 2010, au lendemain de sa demi-finale à l'Open d'Australie, perdue contre Andy Murray. LE COUP GAGNANT DE LA SEMAINE : Jo-Wilfried Tsonga Vienne, vedi, vici. Jo-Wilfried Tsonga n'a pas perdu son temps dans la capitale autrichienne la semaine dernière. En battant pour la première fois de sa carrière Juan Martin Del Potro (6-7, 6-3, 6-4), le n°1 français s'est non seulement offert un deuxième titre cette saison, le septième de sa carrière, mais il a également fait un pas de plus vers le Masters. Pour autant, le désormais 7e à la Race refuse de se projeter aussi loin. "Je vais essayer de m'enlever cette pression, a expliqué le Français, qui doit encore jouer à Valence et à Bercy. Je veux juste prendre du plaisir sur chaque tournoi, et ne pas trop penser au Masters durant les deux prochaines semaines. Même si j'espère en être." Concentré sur l'instant présent, Tsonga a eu un petit mot à Vienne pour Thomas Muster, dont c'était le dernier tournoi, et Goran Ivanisevic, "l'un de [ses] joueurs préférés", qui était présent dans les tribunes. "Cette finale restera dans ma mémoire", a assuré Jo le philosophe. LES BLEUS DE LA SEMAINE : Heureusement, Tsonga était là. Car pour le reste, les Français n'ont pas franchement brillé cette semaine. Mention spéciale, tout de même, à Marion Bartoli qui a parfaitement joué son rôle de remplaçante au Masters féminin. Suppléant Maria Sharapova, l'Auvergnate s'est offert une victoire de prestige contre Victoria Azarenka, future finaliste, mais déjà qualifiée pour les demi-finales. Chez les messieurs, la principale contre-performance est signée Gilles Simon. Toujours en course pour le Masters, le Niçois est tombé dès son entrée en lice à Saint-Pétersbourg contre Adrian Mannarino (battu en quarts par Youzhny). Onzième à la Race, Simon devra cravacher à Valence cette semaine (une demi-finale, comme l'an passé, serait la bienvenue), en compagnie de Tsonga et Monfils. Richard Gasquet, blessé au coude, est lui forfait. BRUITS DE COULOIRS : Un train à l'effigie de Federer Les grands sportifs ont souvent des stades à leur nom, comme la Rod Laver Arena à Melbourne ou le Stadium Arthur-Ashe à New York. La ville de Bâle a décidé d'honorer son champion local, Roger Federer, d'une autre manière, en placardant le nom du joueur aux seize titres en Grand Chelem sur un train. La compagnie nationale suisse a en effet arboré l'une de ses locomotives d'une photo du Bâlois et chaque trajet effectué rapportera des fonds pour la fondation de Federer qui finance des projets venant en aide aux enfants de pays africains comme l'Ethiopie, la Tanzanie ou l'Afrique du Sud.