Retour long de ligne

  • A
  • A
Retour long de ligne
Partagez sur :

Rendez-vous de la rédaction, Retour long de ligne vous propose de revenir sur les faits marquants de la semaine écoulée sur la planète tennis. A Pékin, Tomas Berdych a mis fin à une sécheresse de deux ans et demi sans titre et fait un pas supplémentaire vers le Masters. Idem pour Agnieszka Radwanska qui, grâce à son deuxième sacre consécutif, a dépassé Marion Bartoli dans la course vers Istanbul. Battu en finale par Murray à Tokyo, Rafael Nadal a lui décidé de se mettre au football...

Rendez-vous de la rédaction, Retour long de ligne vous propose de revenir sur les faits marquants de la semaine écoulée sur la planète tennis. A Pékin, Tomas Berdych a mis fin à une sécheresse de deux ans et demi sans titre et fait un pas supplémentaire vers le Masters. Idem pour Agnieszka Radwanska qui, grâce à son deuxième sacre consécutif, a dépassé Marion Bartoli dans la course vers Istanbul. Battu en finale par Murray à Tokyo, Rafael Nadal a lui décidé de se mettre au football... LE JOUEUR DE LA SEMAINE : Tomas Berdych La semaine parfaite pour le Tchèque. Tomas Berdych n'avait plus gagné un tournoi depuis mai 2009, sur la terre battue de Munich. A Pékin, le grand slave a mis fin à une longue disette de presque deux ans et demi en réalisant un parcours sans faute agrémenté de victoires sur Melzer, Kohlschreiber, Verdasco, Tsonga et enfin Clic en finale (3-6, 6-4, 6-1). Un titre qui tombe à pic pour Berdych lancé, et bien lancé, dans la course au Masters. Huitième avant de poser le pied en Chine, le voilà désormais devant Tsonga et avec 570 points de plus que le premier non qualifié, l'Espagnol Nicolas Almagro. Toujours capable du meilleur comme du pire sur un court, le Tchèque a semble-t-il retrouvé toutes ses sensations. De là à dire que c'est lié à sa nouvelle petite amie, qui n'est donc plus la joueuse Lucie Safarova... En tout cas s'il reste à ce niveau de jeu-là Berdych, qui peut être injouable sur surface rapide, sera à surveiller de près en cette fin de saison. LE COUP GAGNANT DE LA SEMAINE : Agnieszka Radwanska De toutes, Agnieszka Radwanska est la joueuse en forme du moment. Une semaine après avoir raflé la mise à Tokyo, la Polonaise a remis ça à Pékin. Si son parcours a été un peu moins difficile qu'au Japon, elle a tout de même écarté successivement Ivanovic, Pennetta et Petkovic à partir des quarts de finale. Face à l'Allemande dimanche, la joueuse de l'Est a d'abord mis 1h25 pour remporter la première manche (7-5) avant de céder la seconde en... 22 minutes (0-6) ! Mais, forte de la confiance accumulée ces derniers temps, Radwanska s'en est relevée pour glaner le set décisif (6-4). Une victoire importante contre celle qui est désormais sa plus sérieuse rivale pour la qualification au Masters d'Istanbul. Désormais en position de huitième et dernière qualifiée, la Polonaise compte 360 points d'avance sur l'Allemande (et 485 sur Marion Bartoli). Une rivalité qui n'émeut pas les deux joueuses qui, après une longue accolade à la fin du match, n'ont pas hésité à entamer quelques pas de danse lors de la remise des trophées. Pour le bonheur des spectateurs enthousiasmés par autant de fraîcheur. LA DOUBLE-FAUTE DE LA SEMAINE : Gilles Simon Un coup pour rien pour Gilles Simon. A Pékin, épreuve labellisée ATP 500, le Français voulait récolter un max de points dans l'optique de la course au Masters. Onzième à la Race, et donc dans l'obligation de briller lors de la saison indoor, «Gilou» a fait chou blanc en Chine. Tête de série n°5, il a quitté l'épreuve dès le premier tour, battu par Marcel Granollers sur le score sec et assez inexplicable de 6-3, 6-1. Si bien qu'avec les points acquis la semaine passée par Berdych et Tsonga, le protégé de Thierry Tulasne a vu ses chances de rallier Londres sérieusement s'amenuiser. Désormais à 715 points de la huitième et dernière place qualificative, Simon va devoir cravacher, dès cette semaine à Shanghai. Où il aura intérêt à avoir retrouvé son coup de raquette. LES BLEUS DE LA SEMAINE : Jo-Wilfried Tsonga et Julien Benneteau Bien que battu en demi-finale à Pékin par le futur vainqueur Tomas Berdych (voir plus haut), Jo-Wilfried Tsonga n'a pas tout perdu. Même si son bourreau l'a dépassé à la Race, il a creusé un peu plus l'écart avec ses menaces les plus sérieuses (Almagro, Söderling, Simon, Del Potro, Tipsarevic). Et, quinze jours après son titre à Metz, "Jo" a confirmé, en alignant trois nouvelles victoires. Un beau parcours cette semaine à Shanghai lui permettrait de poser plus qu'un pied à Londres. Loin des préoccupations du Masters, Julien Benneteau a brillé sur le circuit challenger. Tête de série n°5 du relevé tournoi de Mons, le Bressan a tracé sa route jusqu'en finale où il a échoué sur le fil face à l'Italien Andreas Seppi (2-6, 6-3, 7-6). Un résultat qui lui a permis de progresser de neuf places au classement ATP pour pointer désormais au 64e rang. BRUITS DE COULOIRS : Nadal se met au football ! L'Inter Manacor, modeste club évoluant en troisième division régionale, ne passera pas inaperçu cette saison. Le club majorquin peut en effet se targuer de compter dans ses rangs un licencié du nom de Rafael Nadal. L'Espagnol, battu dimanche par Andy Murray en finale à Tokyo (3-6, 6-2, 6-0) - en n'inscrivant que quatre points dans la manche décisive ! - enfilera un maillot floqué du n°9 lorsque son agenda le permettra, écrit le site Internet futbolbalear.es. Passionné de football, le dauphin de Novak Djokovic au classement ATP est, pour rappel, le neveu de Miguel Angel Nadal, ancien milieu de terrain et défenseur du FC Barcelone. Ce qui n'empêche pas le sextuple vainqueur de Roland-Garros de supporter le Real Madrid...