Retour long de ligne

  • A
  • A
Retour long de ligne
Partagez sur :

Rendez-vous du lundi de la rédaction, Retour long de ligne vous propose de revenir sur les faits marquants de la semaine écoulée sur la planète tennis. Coups de chapeau à Gulbis, Granollers et Dolgopolov, tous les trois titrés, mais aussi à Serena Williams, qui renoue avec la victoire, un peu plus d'un an après son succès à Wimbledon. Prodon et Martin, eux, assurent en Challenger.

Rendez-vous du lundi de la rédaction, Retour long de ligne vous propose de revenir sur les faits marquants de la semaine écoulée sur la planète tennis. Coups de chapeau à Gulbis, Granollers et Dolgopolov, tous les trois titrés, mais aussi à Serena Williams, qui renoue avec la victoire, un peu plus d'un an après son succès à Wimbledon. Prodon et Martin, eux, assurent en Challenger. LE JOUEUR DE LA SEMAINE : Ernests Gulbis Il a un talent monstre, mais il ne l'utilise pas souvent. Ernests Gulbis a tout de même décidé de sortir l'artillerie lourde la semaine passée à Los Angeles. Après avoir cogné Del Potro en quarts (6-2, 6-4), il a dominé Mardy Fish en finale (5-7, 6-4, 6-4) pour remporter le deuxième titre de sa carrière après Delray Beach en 2010. "Cette victoire représente beaucoup pour moi, c'est mon deuxième titre, a-t-il réagi après la rencontre. Ça va me donner énormément de confiance parce que j'ai fait un super match contre Mardy, qui est n°9 mondial." Capable du meilleur comme du pire, le Letton de 22 ans, quart de finaliste à Roland-Garros en 2008, a peut-être trouvé un nouvel équilibre en changeant d'entraîneur. Longtemps façonné par Hernan Gumy, il est désormais coaché par Guillermo Canas après un galop d'essai à Wimbledon. Une collaboration qui a rapidement porté ses fruits. Gulbis, 55e à l'ATP, attend maintenant des résultats plus probants dans les tournois du Grand Chelem, lui qui reste sur sept éliminations consécutives dès le premier tour. Au rayon des satisfactions de la semaine, Alexandr Dolgopolov a décroché son premier titre sur la terre battue d'Umag. L'Ukrainien, vainqueur de Marin Cilic en finale (6-4, 3-6, 6-3) et révélation du dernier Open d'Australie où il a atteint les quarts, est aux portes du top 20. De son côté, Marcel Granollers a terminé la semaine en trombe à Gstaad en battant trois des quatre premières têtes de série, dans l'ordre Stanislas Wawrinka (n°2), Mikhail Youzhny (n°3) et Fernando Verdasco (n°4) en finale (6-4, 3-6, 6-3). L'Espagnol, 33e mondial, occupe le meilleur classement de sa carrière. LE COUP GAGNANT DE LA SEMAINE : Serena Williams Pour son troisième tournoi depuis son retour à la compétition, Serena Williams s'est imposée dimanche à Stanford au terme d'une semaine quasiment sans fausse note. Après Sharapova en quarts et Lisicki en demie, l'Américaine a dominé Marion Bartoli en finale (7-5, 6-1), soit trois joueuses qui ont animé la dernière levée du Grand Chelem à Wimbledon. "Je n'avais pas gagné de tournois autres qu'un Grand Chelem depuis si longtemps (Charleston en 2008 si l'on excepte le Masters en 2009, ndlr), donc c'est vraiment sympa, a-t-elle commenté sur le site de la WTA. Croyez-moi ou pas, je n'aime pas le gazon, je préfère largement jouer sur surface dure. C'est la bonne période pour moi." Ça promet pour l'US Open... A New York, Williams, qui a fait un bond de 169 places au classement WTA (79e), pourrait même être tête de série en fonctions de ses résultats à Toronto et Cincinnati. LA DOUBLE-FAUTE DE LA SEMAINE : Marcos Baghdatis Pour la huitième fois de la saison, Marcos Baghdatis a quitté un tournoi dès son entrée en lice. Cette mésaventure lui est arrivée la semaine passée à Los Angeles, avec une défaite contre le Taïwanais Yen-Hsun Lu (6-3, 6-4). Le Chypriote a beau changer d'entraîneur, avec l'arrivée dans son clan en juillet de Miles McLagan (ancien coach d'Andy Murray), l'irrégularité et le manque de concentration rôdent toujours dans ses performances. La tournée américaine sur dure, une surface qui lui convient bien, devrait lui permettre de redresser la barre. Sous peine de débarquer à l'US Open sans le statut de tête de série, d'autant qu'il a beaucoup de points à défendre au cours des prochaines semaines (finale à Washington et demie à Cincinnati notamment). Actuellement 26e à l'ATP, Baghdatis dispose de moins de cent points d'avance sur Ivan Ljubicic, 32e et dernier joueur protégé lors du tirage au sort. Pour le moment... LES BLEUS DE LA SEMAINE : Bartoli, Prodon et Martin Belle semaine pour Marion Bartoli à Stanford. La n°1 française y a joué sa troisième finale en quatre ans, après celle perdue en 2008 et sa victoire en 2009, à chaque fois contre Venus Williams. Cette fois-ci, l'Auvergnate est tombée sur Serena, revenue à son meilleur niveau. Sans doute a-t-elle pâti de son parcours un peu particulier en Californie puisqu'elle a bénéficié de l'abandon de Morita en quarts et du forfait de Cibulkova en demie. Mais Bartoli surfe toujours sur sa confiance du moment. De bon augure à quatre semaines de l'US Open. Eric Prodon, lui, sera bien présent à New York, sans passer par les qualifications. Le Parisien, 88e à l'ATP cette semaine, figure dans la liste des joueurs directement admis dans le grand tableau. Une grande première pour lui qui n'a joué qu'à Roland-Garros. Sa victoire ce week-end au Challenger de Tampere, contre Augustin Gensse en finale (6-1, 3-6, 6-2), lui montre la voie. Coup de chapeau également à Fabrice Martin, vainqueur de son premier Challenger à Recanati (contre Kenny De Schepper en finale 6-1, 6-7, 7-6). Le Français, qui n'avait gagné que deux matches à ce niveau auparavant, a fait un bond de 200 places au classement (307e). BRUITS DE COULOIRS : Wozniacki, pas fan de The Tree of Life Caroline Wozniacki s'est offert un petit week-end détente. La n°1 mondiale en a profité pour terminer la lecture du Testament de John Grisham, avant d'aller au cinéma pour voir The Tree of Life, le dernier film de Terrence Malick, Palme d'or au Festival de Cannes. Mais apparemment, la Danoise n'a pas été emballée, comme ses commentaires postés sur Twitter le démontrent: "Devant Tree of Life depuis 20 minutes et pense à partir", "Je viens de partir... J'ai entendu cinq phrases en 40 minutes... Ce n'est pas mon type de film..." Question tennis, son domaine de prédilection, Wozniacki devrait reprendre la compétition à Toronto, après avoir soigné une douleur l'épaule survenue à Bastad.