Retour long de ligne

  • A
  • A
Retour long de ligne
Partagez sur :

Rendez-vous du lundi de la rédaction, Retour long de ligne vous propose de revenir sur les faits marquants de la semaine écoulée sur la planète tennis. Victorieuse avec la manière à Stuttgart, Julia Goerges sera à suivre de près cette saison. Alberta Brianti a elle, à 31 ans, ouvert son palmarès sur la terre battue de Fès. Chez les messieurs, Robin Söderling accuse le coup, alors que Fernando Gonzalez, après de longs mois d'absence, effectue son retour à la compétition à Belgrade.

Rendez-vous du lundi de la rédaction, Retour long de ligne vous propose de revenir sur les faits marquants de la semaine écoulée sur la planète tennis. Victorieuse avec la manière à Stuttgart, Julia Goerges sera à suivre de près cette saison. Alberta Brianti a elle, à 31 ans, ouvert son palmarès sur la terre battue de Fès. Chez les messieurs, Robin Söderling accuse le coup, alors que Fernando Gonzalez, après de longs mois d'absence, effectue son retour à la compétition à Belgrade. BRUITS DE COULOIRS : Gonzalez de retour Fernando Gonzalez fait son grand retour à la compétition cette semaine au tournoi de Belgrade. Le Chilien, retombé au-delà de la 500e place mondiale après de multiples blessures, a obtenu une invitation de la part des organisateurs et débutera son tournoi contre un joueur issu des qualifications. L'ancien n°5 à l'ATP, opéré de la hanche en octobre dernier, n'a plus joué depuis son abandon au premier tour de l'US Open 2010. Gonzalez sera également présent au Challenger de Bordeaux dans dix jours. A 30 ans, le Sud-américain, demi-finaliste à Roland-Garros il y a deux saisons, espère retrouver les sommets. LE COUP GAGNANT DE LA SEMAINE : Alberta Brianti Sa patience a fini par être récompensée. A 31 ans, Alberta Brianti s'est adjugée dimanche son premier titre chez les professionnelles qu'elle côtoie depuis l'an 2000. C'est à Fès, au Maroc, que l'Italienne a atteint son graal. Dans un tableau sans véritable tête d'affiche, la native de San Secondo Parmense a fait son chemin en disposant successivement de Pous Tio, Pervak, Oudin, Safina par forfait et Halep en ne concédant qu'un set face à sa troisième adversaire. Evoluant dans l'ombre de ses compatriotes Francesca Schiavone et Flavia Pennetta, Brianti s'est rapprochée ce lundi de son meilleur classement en carrière. Propulsée de la 94e à la 69e place grâce à sa victoire à Fès, elle n'est plus qu'à deux petits rangs de sa meilleure marque atteinte en septembre 2009 (67e). LA DOUBLE-FAUTE DE LA SEMAINE : Robin Söderling Absent à Monte-Carlo en raison de douleurs au tendon d'Achille, Robin Söderling, vainqueur à Marseille et Rotterdam en début d'année, a mal débuté la saison sur terre battue la semaine passée à Barcelone. Tête de série n°3 en Catalogne, le Suédois a été sorti assez sèchement par Ivan Dodig dès son entrée en matière. Une contre-performance qui fait suite à une tournée américaine décevante marquée par des éliminations au troisième tour à Indian Wells comme à Miami. Le n°5 mondial, inscrit à Estoril cette semaine pour se refaire la cerise, a quelques semaines pour retrouver ses sensations avant de débarquer à Roland-Garros où il reste sur deux finales. Söderling demeure le dernier tombeur de Rafael Nadal sur la surface ocre, il y a bientôt deux ans sur le court central de la Porte d'Auteuil. LA JOUEUSE DE LA SEMAINE : Julia Goerges Un véritable coup de maître. Engagée à Stuttgart parmi un plateau très relevé, Julia Goerges a déjoué tous les pronostics en allant jusqu'au bout, ajoutant même dimanche la cerise sur le gâteau en prenant le dessus en finale sur la n°1 mondiale Caroline Wozniacki. Cette Allemande de 22 ans, professionnelle depuis 2005, a proposé un tennis offensif qui a fait des ravages sur la terre battue indoor. Là voilà ce lundi 27e mondiale, après un gain de cinq places, soit le meilleur classement de sa carrière. Forte de victoires révélatrices face à Wozniacki mais aussi Stosur, Goerges sera à surveiller de près pour la suite de la saison. Et ce dès Roland-Garros où elle n'a pourtant jamais dépassé le deuxième tour (en 2010) en deux participations. LES BLEUS DE LA SEMAINE : Pas d'éclaircie Semaine sans grande saveur pour le clan français. A Barcelone, Gaël Monfils a fait le métier en atteignant les quarts de finale avant de rester impuissant face à l'ogre Nadal. Son compatriote Richard Gasquet, battu par ce même Monfils au troisième tour, n'a pas non plus grand-chose à se reprocher. Benoît Paire, Vincent Millot et Edouard Roger-Vasselin ont eux réussi à s'extirper des qualifications mais seul le premier cité a réussi à franchir le premier tour. Une mention spéciale pour l'Avignonnais qui n'est pas passé loin ensuite d'accrocher Albert Montanes puisqu'il possédait un break d'avance dans la troisième manche. Chez les filles, Marion Bartoli (à Stuttgart), Aravane Rezaï et Alizé Cornet (à Fès) se sont toutes arrêtées au deuxième tour. Rien de neuf sous le soleil.