Retour long de ligne

  • A
  • A
Retour long de ligne
Partagez sur :

Nouveau rendez-vous de la rédaction, Retour long de ligne vous propose de revenir sur les faits marquants de la semaine écoulée sur la planète tennis. A une semaine de l'Open d'Australie, Söderling, titré à Brisbane, se pose en outsider. Au contraire de Cilic, éliminé au premier tour à Chennai. Bartoli et Millot sont les deux Bleus de la semaine.

Nouveau rendez-vous de la rédaction, Retour long de ligne vous propose de revenir sur les faits marquants de la semaine écoulée sur la planète tennis. A une semaine de l'Open d'Australie, Söderling, titré à Brisbane, se pose en outsider. Au contraire de Cilic, éliminé au premier tour à Chennai. Bartoli et Millot sont les deux Bleus de la semaine. Le coup gagnant de la semaine: Robin Söderling En voilà un qui n'a pas fait le voyage pour rien. Robin Söderling a décroché le septième titre de sa carrière en remportant le tournoi de Brisbane. Le Suédois n'a pas perdu un seul set tout au long de sa semaine dans l'état du Queensland, conclue par un net succès en finale contre Andy Roddick, le tenant du titre (6-3, 7-5). "Je joue vraiment bien actuellement et ça me fait d'autant plus plaisir que je n'avais jamais bien joué en Australie jusqu'à présent", a-t-il reconnu. Et cela tombe bien puisqu'il se présente dans la peau d'un outsider à l'Open d'Australie. Le nouveau n°4 mondial n'a jamais dépassé le deuxième tour à Melbourne. Cela pourrait bien changer. La double-faute de la semaine: Marin Cilic Marin Cilic démarre la saison 2011 comme il a achevé la précédente, c'est-à-dire bien mal. Incapable de gagner plus de deux matches d'affilée depuis le mois d'août, le grand croate s'est incliné dès le premier tour à Chennai, éliminé par le jeune japonais Kei Nishikori. Il avait pourtant remporté les deux dernières éditions du tournoi indien. Promis à un bel avenir, le 15e joueur mondial, âgé de 22 ans, traverse une belle crise de confiance. Ce qui n'a rien de rassurant à l'heure d'aborder l'Open d'Australie à Melbourne où il devra défendre les points de sa demi-finale de l'an passé. La joueuse de la semaine: Greta Arn Greta Arn est une miraculée. La Hongroise, 88e joueuse mondiale, n'a pu intégrer le tableau principal du tournoi d'Auckland qu'après une cascade de forfaits. Au deuxième tour, elle a sauvé cinq balles de match avant d'écarter Sofia Arvidsson. En quarts, elle a dominé Maria Sharapova pour le premier succès de sa carrière contre un membre du Top 20, avant de dérouler jusqu'au titre, son deuxième après Estoril en 2007. "C'est incroyable. Je suis vraiment heureuse, je ne sais pas comment l'exprimer. J'ai simplement joué mon jeu, match après match. Une chose est sûre, je reviendrai à Auckland l'année prochaine", a-t-elle réagi après coup. A 31 ans, Arn vient de réussir le tournoi parfait. La voilà 58e au classement WTA, le meilleur de sa carrière. Les Bleus de la semaine: Marion Bartoli et Vincent Millot Stoppée en demi-finales à Brisbane, Marion Bartoli a réalisé la meilleure performance chez les joueuses françaises la semaine passée. L'Auvergnate a peut-être raté une belle occasion de remporter le sixième titre de sa carrière puisqu'elle était la mieux classée des huit quart-de-finalistes. Mais sa grosse préparation hivernale semble porter ses fruits. Poussée par son entraîneur de père Walter, la Française espère réaliser un bon Open d'Australie et faire mieux qu'en 2009 (1/4 de finale). Toujours aux antipodes, mais sur le circuit Challenger, Vincent Millot a remporté le tournoi de Nouméa en Nouvelle-Calédonie. Non-tête de série, le Montpelliérain, qui aura 25 ans à la fin du mois, a notamment sorti Gicquel et Ouanna avant de dominer le Luxembourgeois Gilles Müller en finale. "C'est le premier titre de ma carrière en Challenger. Je ne peux pas demander mieux pour un début de saison. Physiquement, je suis vraiment content de moi. Et là, c'est magique", a réagi Millot, qui a atteint la 161e place mondiale, le meilleur rang de sa carrière. Bruits de couloirs: Falla sort de ses gonds Les erreurs d'arbitrage sont de plus en plus rares dans le tennis actuel, surtout depuis la création du Hawk Eye. Pourtant, Alejandro Falla peut légitimement se sentir lésé, victime d'une belle erreur de l'arbitre de chaise lors de son deuxième tour du tournoi de Chennai, contre Kei Nishikori. A 15-0 sur son service, au début de troisième set, un coup droit du Japonais sort, le juge de ligne le signale, mais l'arbitre annonce 15-A au lieu de 30-0. Quelques points plus tard, le Colombien croit avoir gagné le jeu mais l'arbitre annonce "égalité". Falla discute alors vivement le score, prend un avertissement, puis un point de pénalité et laisse finalement filer la rencontre. Injustice, quand tu nous tiens...