Retour gagnant pour Parker

  • A
  • A
Retour gagnant pour Parker
Partagez sur :

NBA - Face à Washington (106-84), les Spurs ont mis fin à une série de trois défaites consécutives grâce au retour de Tony Parker.

Forfait lors des deux derniers matches des Spurs, qui restaient sur trois défaites consécutives, Tony Parker a grandement contribué au succès des Texans samedi face à Washington (106-84). Le Français a en effet inscrit 17 points pour 6 rebonds et 8 passes décisives. Le match : Spurs-Wizards 106-84Avant d'accueillir les Wizards, samedi soir, les Spurs, en perdant la veille contre Dallas, venaient de signer malgré eux leur premier bilan négatif sur une série de dix rencontres (4-6) depuis treize ans. Autant dire que du côté de San Antonio l'heure n'est pas à la fête. Une bonne nouvelle est néanmoins venue éclaircir le ciel texan peu de temps avant la rencontre quand Tony Parker, en civil lors des deux matches précédents en raison d'une blessure à la cheville, signalait à son coach Gregg Popovich à l'issue de l'échauffement qu'il serait en mesure de tenir sa place. C'est donc avec leur meneur français, mais sans Manu Ginobili, (adducteurs), que les Spurs entraient sur le parquet avec la volonté de redresser la barre en mettant fin à une série de trois défaites de rang. Force est de constater que les Texans n'ont pas eu à forcer leur talent pour mettre à mal la résistance des Wizards, pourtant reboostés depuis peu par le retour d'Antawn Jamison. Avec déjà douze longueurs d'avance au repos (52-40), puis dix de plus à l'issue du troisième quart-temps (80-58), les Spurs ont déroulé dans le sillage de Parker qui aura rendu en 32 minutes une copie plutôt propre (17 points, 6 rebonds et 8 passes décisives) seulement entachée d'une réussite suspecte (5 sur 15 au tir). Et comme Tim Duncan a imité le meneur de jeu français dans son rôle d'homme à tout faire, l'intérieur ajoutant 9 rebonds et 7 passes décisives à ses 16 points, San Antonio a pu compter sur ses deux grands leaders pour étouffer la franchise de la capitale fédérale limitée à un très faible 33% d'adresse.Le retour de TP a donc fait le plus grand bien aux champions 2007. Un Parker qui, sur son site officiel, expliquait avant la rencontre la situation de l'équipe. "Nous vivons un début de saison assez poussif. Bien évidemment, on aurait préféré connaître un mois de novembre plus tranquille. Mais ce n'est pas le cas parce que nous enchainons les pépins physiques. Il faut nous laisser du temps. Petit à petit, nous allons trouver notre rythme de croisière. J'en suis persuadé." L'occasion de confirmer ce nouvel élan sera donnée aux Spurs dès lundi lors de la réception des surprenants Bucks et de leur épatant rookie Brandon Jennings.