Retour aux fondamentaux ?

  • A
  • A
Retour aux fondamentaux ?
Partagez sur :

A moins de trois semaines du premier match face à l'Ecosse, Marc Lièvremont annoncera ce mercredi sa liste de 30 joueurs pour le Tournoi des VI Nations 2011, groupe qui devrait être proche de celui qui disputera la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Picamoles sera-t-il de retour en grâce ? Qui de la vingtaine de prétendants a gagné sa place à l'arrière ? Au sélectionneur de lever le voile.

A moins de trois semaines du premier match face à l'Ecosse, Marc Lièvremont annoncera ce mercredi sa liste de 30 joueurs pour le Tournoi des VI Nations 2011, groupe qui devrait être proche de celui qui disputera la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Picamoles sera-t-il de retour en grâce ? Qui de la vingtaine de prétendants a gagné sa place à l'arrière ? Au sélectionneur de lever le voile. Il se présentera seul. Conséquence de sa volonté de reprendre la main après la fessée essuyée fin novembre face à l'Australie (16-59), c'est sans ses deux fidèles acolytes, Didier Retière et Emile Ntamack, que Marc Lièvremont, le sélectionneur du XV de France, fera face à la presse mercredi midi pour annoncer la composition du groupe France invité à disputer le Tournoi des VI Nations 2011. Un groupe, résolument proche de celui qui s'envolera quelques mois plus tard pour la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande, qui restera cependant le fruit des réflexions du comité de sélection (outre des trois sélectionneurs, celui-ci est composé de Pierre Camou, le président de la FFR, Jean Dunyach, le directeur du haut niveau, Jean-Claude Skrela, le DTN, Philippe Sella, le manager des moins de 20 ans, Jo Maso, le manager général du XV de France, et de Fabien Pelous, le dernier venu) réuni dans la matinée à Marcoussis. Charge à ces « experts » de faire le bilan de l'année 2010, entre le Grand Chelem du Tournoi et les désillusions enregistrées dans la foulée face à l'Afrique du Sud (17-42), l'Argentine (13-41) et donc l'Australie. Un grand écart révélateur pour certains d'un manque de continuité dans le choix des hommes. Après les expérimentations des débuts et les tâtonnements de l'année dernière, l'heure est à l'affirmation d'un socle définitif. Toulouse, le retour en force ? Et comme toujours depuis la conquête du Grand Chelem dans le Tournoi 2010 construit sur la solidité du pack tricolore, c'est au sujet des arrières que les discussions auront été les plus animées entre les membres dudit comité de sélection. En première ligne, pas (ou peu) de surprise à attendre, si ce n'est sur l'identité des piliers qui accompagneront les deux incontournables que sont Mas et Domingo, Marconnet, Ducalcon, Poux et Forestier étant en compétition en l'absence de Schuster. Derrière, Nallet, Pierre et Papé sont au complet, peut-être rejoints par Thion en l'absence de Millo-Chluski, blessé. Enfin, reste à savoir si Picamoles arrivera à faire son trou au sein d'une troisième ligne riche et déjà squattée par Dusautoir, Bonnaire, Harinordoquy, Chabal, Ouedraogo et Lapandry. Derrière, c'est la grande inconnue. A l'exception des demis de mêlée, Parra et Yachvili, de Trinh-Duc, de retour de blessure, de Jauzion, incontournable au centre, et de Traille, dont la polyvalence reste un atout, toutes les hypothèses sont possibles concernant les huit (ou neuf) autres élus. Oubliés en novembre, les Toulousains (Skrela, Clerc, Poitrenaud et Médard, ce dernier ayant seulement été convié face aux Fidji), épargnés par la déroute australienne, retrouveront-ils grâce aux yeux des sélectionneurs ? Les bruits de couloir font état d'un retour en force dont Huget, Andreu, Rougerie, Estebanez, Palisson ou Porical pourraient faire les frais. Et puisque les absents n'ont pas toujours torts, Mermoz et Bastareaud, plus que Fall à court de forme, tous écartés à l'automne pour des raisons différentes, peuvent aussi prétendre à un retour sous le maillot bleu. Faites vos jeux ! Le groupe possible des 30: Avants (16): Servat (Toulouse), Szarzewski (Stade Français) ; Mas (Perpignan), Domingo (Clermont), Ducalcon (Castres), Poux (Toulouse) ou Forestier (Castres) ; Nallet (Racing-Métro 92), Pierre (Clermont), Papé (Stade Français), Thion (Biarritz) ; Dusautoir (Toulouse), Bonnaire (Clermont), Harinordoquy (Biarritz), Chabal (Racing-Métro 92), Ouedraogo (Montpellier), Lapandry (Clermont). Arrières (14): Parra (Clermont), Yachvili (Biarritz) ; Trinh-Duc (Montpellier), Traille (Biarritz) ; Jauzion (Toulouse), Bastareaud (Stade Français), Mermoz (Perpignan), Rougerie (Clermont), Estebanez (Brive) ou Skrela (Toulouse) ; Palisson (Brive), Malzieu (Clermont) ou Huget (Bayonne), Clerc (Toulouse) ; Médard (Toulouse), Poitrenaud (Toulouse) ou Porical (Perpignan).