Renversante Bartoli

  • A
  • A
Renversante Bartoli
Partagez sur :

Nettement dominée dans le premier set par Julia Goerges, l'une des valeurs montantes du tennis féminin mondial sur terre battue, Marion Bartoli s'est brillamment qualifiée pour les huitièmes de finale des Internationaux de France, ce vendredi (3-6, 6-2, 6-4). Un stade qu'elle n'avait plus atteint depuis 2007. Dernière Française en lice à Roland-Garros, l'Auvergnate a du reste vu son tableau s'ouvrir après les revers de Samantha Stosur et Caroline Wozniacki.

Nettement dominée dans le premier set par Julia Goerges, l'une des valeurs montantes du tennis féminin mondial sur terre battue, Marion Bartoli s'est brillamment qualifiée pour les huitièmes de finale des Internationaux de France, ce vendredi (3-6, 6-2, 6-4). Un stade qu'elle n'avait plus atteint depuis 2007. Dernière Française en lice à Roland-Garros, l'Auvergnate a du reste vu son tableau s'ouvrir après les revers de Samantha Stosur et Caroline Wozniacki. Et aussi: Federer express Monfils se lance un défi Wozniacki: "Je sais ce que je vaux" Monfils: "Je suis mitigé" Tsonga tombe à plat Gasquet: "Fort émotionnellement" Tsonga: "Je me suis battu comme un lion" Contrairement à l'édition 2010 des Internationaux de France, il y aura bien une locale de l'épreuve en huitièmes de finale cette année. Dernière rescapée de la délégation tricolore féminine, Marion Bartoli a eu raison ce vendredi d'une redoutable Julia Goerges. Une 18e joueuse mondiale à l'ascension fulgurante, véritable référence sur terre battue cette saison. Victorieuse à Stuttgart et demi-finaliste à Madrid il y a quelques semaines, l'Allemande avait eu la bonne idée de faire l'impasse sur les tournois de Rome et de Bruxelles dans la foulée, histoire d'arriver fraîche et dispose à Roland-Garros. En vain. Parvenue elle en finale du tournoi de Strasbourg avant de rallier Paris, contrainte alors à l'abandon en raison d'une blessure à la cuisse gauche, Marion Bartoli a su inverser un rapport de force présumé qui ne lui était pas forcément favorable malgré son rang de tête de série n°11. Non sans une exceptionnelle force de caractère. Cueille à froid, l'Auvergnate a en effet encaissé quatre jeux dans le premier set sans pouvoir répliquer (0-4), limitée à deux petits points à ce stade de la rencontre. Son réveil dans cette manche s'est alors révélé trop tardif pour renverser la vapeur. Malgré un break qui lui permet de revenir à 5-3, la n°1 française cède une troisième fois son service et perd une première bataille (3-6). S'ensuit une entame de deuxième acte autoritaire de la part de Julia Goerges, qui voit toutefois son adversaire s'accrocher dans l'échange (2-2). Les grandes gifles de coup droit de l'Allemande ne font dès lors plus mouche, et l'Auvergnate en profite pour chiper la mise en jeu de celle qui au tour précédent avait déjà été bousculée par la Tchèque Lucie Safarova. Les pendules ainsi remises à l'heure, Marion Bartoli ne relâche pas la pression et s'offre un double break (5-2). Ce tandis que la Hanovrienne fait appel au médecin, gênée manifestement par une poussière dans l'oeil. "Une réelle opportunité d'aller en quarts" Deux fois victorieuse de la n°1 mondiale Caroline Wozniacki cette saison - à Stuttgart puis à Madrid - au terme de parties nerveusement intenses, Julia Goerges ne parvient pas cette fois à garder son flegme. Le deuxième set perdu alors que Marion Bartoli n'a pas signé un seul coup gagnant (6-2), la jeune femme de 22 ans s'efforce de reprendre la main en remportant efficacement le premier jeu de la troisième manche, avant de s'effondrer. Soutenue par le public du Central, la Française s'adjuge les cinq jeux suivants (5-1), puis manque une première opportunité de conclure sur son service, à 5-2. Sa deuxième tentative est la bonne, ponctuée d'un jeu blanc pour une victoire qui pourrait bien faire date (6-4). Pour la deuxième fois de sa carrière, après 2007, Marion Bartoli jouera dimanche les huitièmes de finale à Roland-Garros. "C'était mon objectif, avouait-elle à sa sortie du court. J'ai un gros match à jouer contre Dulko désormais mais une réelle opportunité d'aller en quarts." L'Argentine ne sera pas un cadeau pour autant ; Samantha Stosur, finaliste malheureuse ici-même l'an passé et sortie ce vendredi par l'intéressée (6-4, 1-6, 6-3), peut en témoigner. Au-delà, tout sera jouable. L'épouvantail danois Caroline Wozniacki ayant disparu du tableau, effacé par la Slovaque Daniela Hantuchova sur le score sec de 6-1, 6-3.