Rennes sans prise de tête

  • A
  • A
Rennes sans prise de tête
Partagez sur :

Trois jours après un match nul et vierge à Marseille, le Stade Rennais s'est remis dans le sens de la marche en dominant samedi l'AS Monaco (1-0) dans le cadre de la 16e journée de Ligue 1. Après 90 minutes loin d'être spectaculaires, voilà les Bretons leaders provisoires du classement alors que l'arbitre M. Thual a malheureusement volé la vedette aux joueurs.

Trois jours après un match nul et vierge à Marseille, le Stade Rennais s'est remis dans le sens de la marche en dominant samedi l'AS Monaco (1-0) dans le cadre de la 16e journée de Ligue 1. Après 90 minutes loin d'être spectaculaires, voilà les Bretons leaders provisoires du classement alors que l'arbitre M. Thual a malheureusement volé la vedette aux joueurs. Dans une Ligue 1 toujours aussi serrée, la valse des leaders se poursuit et cette 16e journée débutée samedi en a apporté un nouvel exemple puisque le Stade Rennais a provisoirement délogé l'Olympique de Marseille de son trône en l'emportant par le plus petit des écarts face à une formation monégasque en plein marasme. Trois jours après un partage des points opéré au Stade Vélodrome synonyme de regrets, les Rennais n'ont cette fois pas tremblé au moment de se montrer précis sur penalty. Car, à l'instar du match dans les Bouches-du-Rhône, c'est d'un tir à onze mètres que le sort du match a basculé. Tombé en milieu de semaine sur un Steve Mandanda en pleine forme, les joueurs de Frédéric Antonetti n'avaient pu forcer le verrou marseillais, le portier international repoussant le penalty de Kembo en début de partie. Ce samedi, le tireur n'était pas le même, à l'image du résultat. D'un tir en force qui n'a laissé aucune chance à Stéphane Ruffier, Victor Hugo Montano a offert la victoire aux siens sur la pelouse du Stade de la route de Lorient (1-0, 64e). Toujours est-il que ce penalty ne manquera pas de faire couler de l'encre, l'arbitre controversé de cette joute, M. Thual, estimant la main de Mendy volontaire sur un centre de Kembo. M. Thual dans le dur Pas évident, au contraire de l'accrochage entre Adriano et Montano dans la zone de vérité des visiteurs (67e). Un incident que l'homme au sifflet passera sous silence, comme un symbole de sa prestation poussive en terre bretonne ce samedi. Car ces faits de jeux n'auront été qu'un simple extrait des décisions discutables qu'a accumulé le natif de Brest tout au long de la soirée, laissant impunément le jeu se durcir dans un premier acte avant de se souvenir de son rôle de garant du respect des règles et de l'intégrité physique des acteurs et de sortir son premier carton jaune... à la 40e minute de jeu, après une énième faute d'anti-jeu, oeuvre d'Adriano sur Kembo. Si M. Thual n'a donc pas signé le meilleur match de sa carrière, que dire des joueurs ? Les quarante-cinq premières minutes donnent lieu à un festival d'imprécision et ne réservent que peu de spectacle. Au tir trop enlevé d'Adriano (4e), Kembo répond d'une frappe hors-cadre (26e). Monaco tente de doucher le public breton mais Park rate le cadre après un enchaînement contrôle de la poitrine-tir en pivot (32e). Après le repos, la volonté de l'emporter prend enfin le pas sur celle de garder son but inviolé. Mais quand ce ne sont pas les derniers remparts qui s'illustrent, Ruffier sur une reprise de Leroy (80e) ou Douchez sur un lob de Gakpé (90+1e), c'est encore le cadre qui se dérobe sur un tir de Kembo (66e). L'aide de l'arbitre était finalement nécessaire pour donner un peu de piment à ces tristes débats et permettre à la victoire de choisir son camp...