Rennes s'est retrouvé !

  • A
  • A
Rennes s'est retrouvé !
Partagez sur :

Rennes a repassé la marche avant en s'imposant ce samedi face au PSG (1-0) grâce à un but somptueux de Brahimi au coeur d'un premier acte bien maîtrisé par les Bretons. Si le PSG a réagi par la suite, son manque de réalisme aura été de trop. Paris lâche prise et se fait rejoindre au classement par les Rennais. L'OM, vainqueur d'Arles-Avignon (1-0), est en embuscade tout comme les Verts qui ont battu Montpellier (2-1).

Rennes a repassé la marche avant en s'imposant ce samedi face au PSG (1-0), grâce à un but somptueux de Brahimi au coeur d'un premier acte bien maîtrisé par les Bretons. Si le PSG a réagi par la suite, son manque de réalisme aura été de trop. Paris lâche prise et se fait rejoindre au classement par les Rennais. L'OM, vainqueur d'Arles-Avignon (1-0), est en embuscade tout comme les Verts qui ont battu Montpellier (2-1). La revanche des Rennais. Après une claque reçue à Sochaux (1-5) et une piteuse élimination en Coupe de France à Reims, l'heure était clairement au rachat du côté du Stade de la Route-de-Lorient. Une volonté de repartir de l'avant amplifiée par la perspective de recevoir un PSG qui aurait pu creuser un vrai trou en cas de succès. Malgré une pléiade de blessés (Kembo, Dalmat, Mangane, Marveaux), les hommes de Fred Antonetti ont pris le match par le bon bout, en jouant haut et en monopolisant le ballon. Une domination traduite par des frappes de Brahimi (5e), Tettey (8e) ou encore Danzé (13e). Les Rennais s'installent et prennent leurs aises face à des Parisiens installés en 4-2-3-1 avec un Bodmer préféré à Erding. Mais loin de pouvoir profiter de la qualité de passes de l'ancien Lyonnais, les Parisiens sont gênés dans leur relance par la présence de quatre à cinq joueurs pour les contrer très haut. Le PSG parvient à peine à se mettre en évidence, sur une reprise de volée de Giuly contrée par Souprayen (14e) ou sur un lob du milieu de terrain de Hoarau (18e). Deux opportunités effacées d'un revers de main par Brahimi, qui passe Makelele et Chantôme pour fusiller Edel devant Sakho, qui a eu tort de ne pas monter sur lui (1-0, 19e). Paris, le réalisme en moins Rennes maîtrise les débats mais manque tout de même l'opportunité d'enfoncer le clou, avec un contre superbe mais totalement gâché par Tettey, qui gaspille un deux contre un avec Montano dans l'axe (30e). De son côté, Paris n'est pas totalement absent mais manque également le coche, notamment sur deux débordements côté droit de Jallet (34e) et Giuly (37e), mais par deux fois Hoarau ne vient pas couper au premier poteau... Enfin, même Nenê n'est pas dans le coup avec une frappe enroulée qui s'envole (33e). A la reprise, on imagine que rien n'a vraiment changé lorsque Leroy place une frappe pas assez appuyée (47e), avant que Kana-Biyik frappe une tête hors cadre (51e). C'était sans compter sur la réaction de Paris, qui va se créer plusieurs opportunités énormes mais sans marquer. D'abord sur une passe de Giuly pour Chantôme, qui enchaîne grand pont et centre pour Nenê, mais le Brésilien tente de contrôler au lieu de reprendre (55e. Chantôme insiste avec une belle frappe que Douchez détourne (56e) avant que Giuly, lancé parfaitement dans l'axe par Bodmer, dribble Douchez mais se fait reprendre par Théophile-Catherine (58e)! La bonne période du PSG se poursuit, avec un service de Jallet pour Hoarau qui tergiverse un peu et laisse finalement à Nenê, qui ne peut reprendre correctement (61e). Cela ne suffit évidemment pas à Antoine Kombouaré, qui effectue un choix offensif en sortant Makelele pour lancer Erding (67e). Ce qui impose de faire reculer Bodmer d'un cran pour un retour en 4-4-2. Cela manque de marcher de suite, avec une reprise de Nenê contrée par Theophile-Catherine (70e). Puis surtout, sur cette nouvelle combinaison Giuly-Nenê-Hoarau pour une belle frappe du Réunionnais que Douchez détourne d'un superbe réflexe (74e). Paris a laissé passer sa chance. Rennes montre même de nouveau le bout de son nez avec une frappe enroulée de Lemoine qui passe de très peu à côté (76e) puis sur cette frappe de Camara qui touche l'extérieur du poteau d'Edel (79e). Le mot de la fin revient à Nenê, qui envoie un coup de fusil que Douchez détourne du bout des doigts (90e+2). Un dernier exploit du portier des Rennais, qui se relancent dans la course à la Ligue des champions. Pour Paris, c'est évidemment un coup d'arrêt. Car dimanche, Lille peut prendre sept longueurs d'avance...