Rennes passe son tour

  • A
  • A
Rennes passe son tour
Partagez sur :

Menant 1-0 à la pause grâce à un but d'Hadji, Rennes a finalement concédé le match nul chez lui face à Saint-Étienne (1-1) ce dimanche soir lors de la fin de la 8e journée de Ligue 1. Le but d'Aubameyang prive les Bretons du fauteuil de leader, les hommes d'Antonetti occupant finalement la 5e place à deux points de Paris. Les Verts restent, eux, privés de victoires en championnat depuis la 2e journée.

Menant 1-0 à la pause grâce à un but d'Hadji, Rennes a finalement concédé le match nul chez lui face à Saint-Étienne (1-1) ce dimanche soir lors de la fin de la 8e journée de Ligue 1. Le but d'Aubameyang prive les Bretons du fauteuil de leader, les hommes d'Antonetti occupant finalement la 5e place à deux points de Paris. Les Verts restent, eux, privés de victoires en championnat depuis la 2e journée. Rennes peut s'en vouloir car s'est donné le bâton pour se faire battre dimanche face à Saint-Etienne au terme d'un match très moyen au stade de la Route de Lorient (1-1), concluant de manière terne une plus séduisante 8e journée de Ligue 1. Frédéric Antonetti avait bel et bien choisi de profiter d'un volume d'effectif enfin à la hauteur d'une équipe postulant aux places européennes et jouant qui plus la Ligue Europa. Montano, malgré ses sept buts toutes compétitions confondues depuis le début de saison, prend ainsi place sur le banc, suppléé par Kembo alors qu'Hadji est confirmé en pointe, la défense étant également remaniée. De quoi apporter un peu de fraicheur face à des Stéphanois en quête urgente de points car privés de victoires en L1 depuis la 2e journée et l'accueil de Nancy (1-0) ? Pas du tout, portant souvent trop le ballon, manquant d'appels et de profondeur, les Rennais peinent à entrer dans leur match face à des Stéphanois incisifs. Mignot est le premier à se mettre en évidence, tentant sa chance de loin après un corner repoussé (2e). Sa frappe est déviée en corner. Dans la foulée, Kitambala, étrangement seul au milieu d'une défense bretonne absente, manque le cadre de peu, Costil ne pouvant qu'observer le ballon raser son poteau gauche (3e). De quoi réveiller quelque peu des Rennais souvent battus dans les duels, une apathie qui ne tarde pas à agacer un Antonetti vociférant sur son banc. Seule éclaircie, une grosse occasion pour Féret qui profite d'un cafouillage au coeur de la défense des Verts après un mauvais contrôle de Mignot. Face à Ruffier, à bout portant, l'ancien Nancéien manque le cadre, frappant au dessus (12e).Pour ajouter au marasme, l'entraîneur corse perd rapidement le revenant Boye en défense, touché à la cuisse et remplacé par Danzé dès la 22e minute. Mais, après un deuxième quart d'heure de jeu sinistre, Féret se met encore en évidence. Sur un centre tendu où Pitroipa est trop court au premier poteau, le Rennais se met sur son pied droit et enroule une frappe en direction du poteau gauche de Ruffier. A côté (33e). L'alerte suivante est la bonne puisque Pitroipa sert ce même Féret à l'entrée de la surface qui lui remet. Ruffier repousse difficilement la frappe de l'ancien pensionnaire d'Hambourg. Bien présent, Hadji reprend de près et trouve l'ouverture (1-0, 41e). Rennes n'a pas brillé mais rentre aux vestiaires dans la peau du leader provisoire de Ligue 1, avec le même nombre de points que Paris, Lyon et Toulouse. Aubameyang met fin au silence vert à Rennes Rassurés à l'image d'un Mvila enfin plus convaincant dans l'entrejeu et d'un duo Féret-Hadji qui a retrouvé ses automatismes nancéiens, Rennes semble contrôler avant d'exploser en contre. Profitant d'une très mauvaise couverture de Néry, Pitroipa profite du service de Kembo pour se présenter face à Ruffier mais manque son lob (54e). Les Bretons allaient s'en mordre les doigts puisqu'alors qu'ils semblaient contrôler, le bloc se fait surprendre par une accélération de l'ancien chouchou du stade de la Route de Lorient, Lemoine, qui prend le couloir gauche. Son centre trouve la tête d'Aubameyang qui coupe au premier poteau devant Kana-Biyik pour reprendre puissamment et battre Costil (1-1, 56e). Sans peut-être le savoir, l'ancien Lillois met fin à un long silence, le dernier but des Verts à Rennes en Ligue 1 remontant au 17 décembre 2005 par Pascal Feindouno ! Les Rouge et Noir, privés de jus mais surtout d'idées face au bon bloc de Galtier, ne trouvent plus d'espace. Pire, Mavinga manque totalement sa couverture laissant le jeune Gradel seul face à Costil. Mais le jeune attaquant manque sa frappe, gêné par le retour désespéré de l'ancien espoir de Liverpool (66e). Le dernier quart d'heure, fermé, ne change rien. Rennes laisse passer sa chance de s'installer dans le fauteuil de leader, laissé à Paris deux points devant, comme Lyon et Toulouse. Forcément frustrant à l'approche d'une semaine dantesque avec la réception de l'Atletico Madrid jeudi en Ligue Europa puis un déplacement chez le champion lillois dimanche lors de la 9e journée...