Rennes mise sur son feu follet

  • A
  • A
Rennes mise sur son feu follet
Partagez sur :

Une semaine après s'être imposé dans la fournaise du stade Boris-Paichadze (5-2), le Stade Rennais reçoit ce jeudi au Stade de la Route de Lorient le club géorgien du Metallurgist Rustavi en match retour du troisième tour qualificatif de la Ligue Europa. Pour l'occasion, Frédéric Antonetti devrait réitérer sa confiance au même onze que la semaine dernière et donc titulariser l'ailier droit Jonathan Pitroïpa, auteur d'un doublé lors du match aller.

Une semaine après s'être imposé dans la fournaise du stade Boris-Paichadze (5-2), le Stade Rennais reçoit ce jeudi au Stade de la Route de Lorient le club géorgien du Metallurgist Rustavi dans le cadre du troisième tour qualificatif retour de la Ligue Europa. Pour l'occasion, Frédéric Antonetti devrait réitérer sa confiance au même onze que la semaine dernière et donc titulariser l'ailier droit Jonathan Pitroïpa, auteur d'un doublé lors du match aller. Méconnu en France, et notamment du côté de Rennes à son arrivée au club en juillet dernier, l'international burkinabé Jonathan Pitroïpa est en passe de se mettre dans la poche son nouveau public. Il faut dire que ses débuts en match officiel ont été des plus performants. Déjà auteur de bons matchs de préparation, l'ancien joueur d'Hambourg s'est en effet offert le luxe d'inscrire deux buts contre le Metallurgist Rustavi, pour une victoire nette et sans bavure de son équipe, dont les trois-quarts découvraient pour la première fois la Coupe d'Europe (5-2). Un fait des plus rares dans la mesure où le dernier rennais à avoir marqué deux buts pour son premier match officiel était Frédéric Piquionne... en 2001. Recruté pour 3,5 millions d'euros le 7 juillet dernier (c'est 500 000 € de moins que Julien Féret), Jonathan Pitroïpa, 25 ans, évolue au poste d'ailier droit à la manière d'un Arjen Robben ou d'un Angel Di Maria. Le néo-Rennais est en effet gaucher et aime repiquer dans l'axe pour se retrouver en position de frappe sur son pied favori. Formé dans son pays natal, précisément à Planète Champion, le natif d'Ouagadougou décide à 18 ans de quitter l'Afrique pour rejoindre le club allemand de Fribourg, où il évolue durant quatre saisons (16 buts). Là-bas, Pitroïpa se fait rapidement un nom, et notamment une réputation de dribbleur. "Un super dribbleur, qui va à mille à l'heure sur le côté droit" comme le décrit Romain Danzé, son nouveau coéquipier rennais. Un habitué de la Ligue Europa Libre en 2008, Pitroïpa décide de changer d'air et rejoint les Guerrero, Mathijsen, Olic et autre De Jong à Hambourg, où il s'impose très vite comme titulaire. L'ailier droit réalise alors trois belles saisons en Bundesliga et surtout deux belles campagnes européennes en Coupe de l'UEFA devenue Ligue Europa, où il dispute deux demi-finales consécutives en 2009 et 2010 (finalement remportées par le Werder de Brême puis Fulham). Mais la fin de saison dernière ne fut pas de tout repos pour le Burkinabé, souvent relégué sur le banc de touche par Michael Oenning, promu sur le banc en mars. Régulièrement sifflé par son propre public, le joueur demande à être transféré en fin de saison. Le club de Cologne se met alors sur les rangs, mais c'est finalement Rennes qui devient la nouvelle maison du joueur. "J'ai d'abord discuté avec ma famille et mon agent", a-t-il ainsi expliqué sur le site officiel du Stade Rennais lors de son arrivée. "J'ai passé trois belles saisons à Hambourg où j'ai eu la chance de disputer deux années de suite les demi-finales de la Ligue Europa. Mais vers la fin, cela devenait difficile de suivre le rythme, il y avait des changements constants d'entraîneurs et il était de plus en plus difficile de s'adapter. Je savais que Rennes me suivait depuis un an et demi. Frédéric Antonetti me voulait car je rentrais bien dans son système de jeu. Le club a de belles ambitions, c'est aussi ce qui m'a poussé à venir ici." Le nouveau numéro 7 du Stade Rennais sait désormais la mission qui l'attend. A lui désormais de montrer la voie à ses nouveaux coéquipiers, notamment en Ligue Europa, une compétition que le club breton découvre, trois ans après sa dernière aventure en Coupe de l'UEFA.