Rennes, mauvaise semaine

  • A
  • A
Rennes, mauvaise semaine
Partagez sur :

Trois jours après sa désillusion en Ligue Europa, Rennes a longtemps cru retrouver le goût de la victoire face à Nancy, dimanche, dans le cadre de la 6e journée de Ligue 1. Peine perdue, les Bretons ont dû se contenter d'un match nul (1-1) face à des Lorrains qui n'auront jamais baissé les bras malgré la domination bretonne. Ce résultat laisse Rennes au pied du podium, alors que l'ASNL conserve sa peu envieuse dernière place.

Trois jours après sa désillusion en Ligue Europa, Rennes a longtemps cru retrouver le goût de la victoire face à Nancy, dimanche, dans le cadre de la 6e journée de Ligue 1. Peine perdue, les Bretons ont dû se contenter d'un match nul (1-1) face à des Lorrains qui n'auront jamais baissé les bras malgré la domination bretonne. Ce résultat laisse Rennes au pied du podium, alors que l'ASNL conserve sa peu envieuse dernière place. Pour une équipe lanterne rouge et toujours à la recherche de sa première victoire, il est des pelouses plus accueillantes que celle de la Route de Lorient. Rennes, en ce début de saison, s'affirme en effet comme un prétendant crédible au podium final, comme en atteste sa victoire la semaine précédente sur le terrain de l'OM (1-0). Longtemps, dans cette rencontre dominicale comptant pour la 6e levée du championnat, les hommes de Frédéric Antonetti auront d'ailleurs laissé planer l'impression qu'ils évoluent en effet dans une autre catégorie que de pauvres Nancéiens, réduits à courir après le ballon. Mais la fatigue accumulée par les Rennais au cours de leur déplacement en Italie soldé par une défaite face à Udinese (1-2), jeudi en Ligue Europa, et un grand N'Dy Assembe dans le but nancéien ont permis à l'ASNL d'arracher un point inattendu. N'Dy Assembe décisif Le gardien lorrain, formé au FC Nantes, est sans conteste le grand artisan du bon point pris par les siens en terre bretonne. A la 76e minute, il réalise un arrêt tout simplement exceptionnel en face-à-face avec Hadji, d'une main gauche plus que ferme. Une parade décisive, car deux minutes plus tard, une main de Kana-Biyik dans la surface offre un penalty à l'ASNL, transformé en force par Andre Luiz. 1-1, Nancy égalise, contre toute attente. Car jusqu'alors, c'était quasiment un match à sens unique. Durant le premier quart d'heure, Rennes met le pied sur le ballon, faisant monter son pourcentage de possession jusqu'à 65%. C'est donc logiquement que Victor Hugo Montano ouvre le score à la 19e minute, à la conclusion d'un superbe travail de Pitroipa sur le côté gauche. On se dit alors que le Stade Rennais va engranger sa troisième victoire de rang, une pensée confirmée par la pluie d'occasions qui s'abat sur le but nancéien dès le retour des vestiaires. Désireux de faire le break, les Bretons se montrent en effet dangereux par Montano, qui efface N'Dy Assembe mais bute sur Lotiès superbement revenu (48e), Kana-Biyik (61e) et Féret qui ratent le cadre de peu (65e)... Jusqu'à cette fameuse main gauche de Guy Roland N'Dy Assembe, qui réalise un nouvel arrêt décisif face à Pitroipa deux minutes après l'égalisation d'Andre Luiz. Rennes, attention aux blessures N'Dy Assembe en principal artisan, mais tout un collectif lorrain concerné par un match pourtant mal embarqué. Une leçon à retenir pour Jean Fernandez et ses hommes, qui ne se sortiront de leur mauvaise passe que par une solidarité sans faille. "En se battant tous ensemble, on est parvenu à revenir et c'est une bonne chose. Il faut travailler mais on va savourer ce point, appréciait Lotiès devant les caméras de Foot + au coup de sifflet final. Avant de fixer l'évident prochain objectif : Maintenant, charge à nous de remporter notre première victoire dès mercredi". Mercredi, l'ASNL recevra Valenciennes, pour un duel de mal-classés qui sent déjà la poudre. Rennes, pour sa part, devra enchaîner avec un déplacement périlleux à Sochaux, qui bénéficiera une fois de plus d'un jour de repos supplémentaire. Une donnée non négligeable, au coeur d'une période où les organismes sont énormément sollicités. Frédéric Antonetti, qui avait déploré la saison passée une multitude de blessures, aura amèrement noté les blessures de Chris Mavinga et Jonathan Pitroipa qui s'ajoutent à celles de Mangane et Boukari, enregistrées jeudi. Le plus dur débute peut-être pour le Stade Rennais.