Rennes maudit Bonal

  • A
  • A
Rennes maudit Bonal
Partagez sur :

Le Stade Rennais n'y arrive décidément pas à Bonal. Incapables de marquer un but depuis sept ans en terres sochaliennes, les Bretons ont rompu la malédiction samedi, mais ont lourdement chuté face à la vivacité et les contres doubistes (5-1). Une défaite qui a l'allure d'une sévère rechute alors que Sochaux confirme sa belle forme à domicile.

Le Stade Rennais n'y arrive décidément pas à Bonal. Incapables de marquer un but depuis sept ans en terres sochaliennes, les Bretons ont rompu la malédiction samedi, mais ont lourdement chuté face à la vivacité et les contres doubistes (5-1). Une défaite qui a l'allure d'une sévère rechute alors que Sochaux confirme sa belle forme à domicile. L'incroyable série se poursuit. Chaque saison, Rennes tremble au moment de fouler la pelouse du Stade Bonal. Et chaque année, la malédiction se poursuit. La nouvelle enceinte sochalienne (inaugurée en 2000 sur les cendres de l'antique stade Auguste Bonal) demeure un temple imprenable puisque le dernier succès des Rouge et Noir en championnat remonte au 2 avril 1999 (3-0), soit dans un stade largement en travaux. Onze ans plus tard, Rennes a de nouveau chuté malgré ses certitudes, ses qualités dans le jeu perçues depuis de nombreuses semaines. Mais ce Sochaux 2010-2011 possède ce petit quelque chose d'inexplicable qui le rend redoutable sur sa pelouse. Ce mix de vivacité, de jeunesse, d'audace et de projection vers l'avant demeure une équation quasi insoluble (un seul revers à domicile lors de la 10e journée face à Toulouse, 3-1). Même pour la meilleure défense de Ligue 1. L'entame de match semble pourtant plutôt rennaise. Simple illusion puisque Danzé et le bloc breton se font totalement surprendre sur une touche rapidement jouée sur la gauche. Martin en profite pour déposer le ballon sur Maïga qui reprend puissamment de la tête. Douchez intervient mais, pris par la puissance du tir, dévie le ballon dans son but (1-0, 19e). Tettey, gardien d'infortune... Coup de froid terrible pour des Rennais privés dans le même temps de Dalmat, à peine revenu d'une blessure aux adducteurs et victime d'une rechute musculaire. Un changement rapide qui ne sera pas sans conséquence... Car la mauvaise surprise passée, Rennes tente de reprendre le contrôle du match, notamment par Leroy qui bute sur Cros sur un coup franc bien enroulé. Rennes se voit dans la foulée refuser le but de l'égalisation: le corner qui suit est l'objet d'un bel imbroglio, Perquis repoussant sur sa ligne un ballon qui frappe finalement la barre. M. Castro juge que le ballon n'est pas entré dans le but (1-0, 34e), alors que le capitaine sochalien avouera à la pause au micro de Foot + que le ballon était bel et bien rentré. Un fait de jeu loin d'être anodin puisque Sochaux double la mise moins de dix minutes plus tard: l'oeuvre est de l'inévitable Marvin Martin, auteur d'une superbe frappe enroulée à l'entrée de la surface, Sochaux fait le break avant la pause (2-0, 43e). Difficile de faire pire ? La seconde période se transforme pourtant en cauchemar pour un Frédéric Antonetti désabusé. Sur un énième contre rapidement mené, Josse trouve Ideye de la tête. Douchez repousse mais le Nigérian profite d'un gros cafouillage pour pousser le ballon dans le but, malgré le retour d'un Mangane malheureux, victime d'un croc en jambe involontaire de Douchez (3-0, 52e)! Et si la nouvelle recrue, Boukari, redonne un peu d'espoir deux minutes plus tard, marquant le premier but rennais à Sochaux depuis le 2 aout 2003 et une réalisation de Frei, l'accalmie est de courte durée (3-1, 54e). Les contres sochaliens se succèdent, Maïga en profite pour se présenter seul face à Douchez et crocheter l'ancien Toulousain avant de s'effondrer (71e). M.Castro n'hésite pas: penalty et carton rouge, Boudebouz transforme la sentence face à Tettey, passé dans les buts, Antonetti ayant déjà effectué ses trois changements (4-1, 73e). Le milieu norvégien reconverti portier ne peut rien quelques minutes plus tard sur la frappe lointaine de Maïga à cinq minutes du terme (5-1, 85e). Rennes encaisse sa plus lourde défaite de la saison, net coup d'arrêt pour une équipe qui prend souvent la mauvaise habitude de rater les occasions d'afficher ses ambitions...