Rennes face à ses démons

  • A
  • A
Rennes face à ses démons
Partagez sur :

Toujours privé du moindre succès dans cette phase de poules de Ligue Europa, le Stade Rennais se déplace à Glasgow jeudi lors de la 4e journée pour y défier un Celtic mal en point. Les Bretons doivent s'imposer face aux Verts et Blancs pour encore croire à la qualification tout en commençant à observer les résultats des leaders de ce groupe I. Après avoir séduit dans le jeu, le temps est plus que jamais venu de se montrer efficace.

Toujours privé du moindre succès dans cette phase de poules de Ligue Europa, le Stade Rennais se déplace à Glasgow jeudi lors de la 4e journée pour y défier un Celtic mal en point. Les Bretons doivent s'imposer face aux Verts et Blancs pour encore croire à la qualification tout en commençant à observer les résultats des leaders de ce groupe I. Après avoir séduit dans le jeu, le temps est plus que jamais venu de se montrer efficace. Si les supporters rennais pestaient contre la formule de cette compétition et une phase de poules toujours moins emballante que deux confrontations à élimination directe, leurs protégés les ont satisfaits. Car ce déplacement à Glasgow pour le compte de la 4e journée a tout du match couperet. Les Rouges et Noirs ne s'y sont d'ailleurs pas trompés puisqu'ils seront 600 ce jeudi dans les travées du Celtic Park pour encourager les leurs. Pas de trop car si le Celtic peine terriblement dans son championnat (seulement troisième à 12 points des rivaux, les Rangers, l'entraîneur étant menacé), son antre, "The Home" comme elle est surnommée, demeure difficilement perméable. Depuis le 22 octobre 2009, et un revers contre Hambourg dans cette même phase de poules de la Ligue Europa, les "Hoops" n'y ont plus perdu en compétition européenne, restant sur quatre victoires et un nul, celui concédé contre l'Udinese (1-1) le 29 septembre dernier lors de la deuxième journée. C'est donc peu dire qu'avec deux matches consécutifs à domicile (contre Rennes ce jeudi puis contre l'Atletico Madrid) les Écossais sont loin d'avoir rendu les armes dans la lutte pour la qualification, en dépit de leur dernière place du groupe. Rennes est prévenu mais le défi ne s'avère pas des plus évidents pour un collectif qui semble être un peu en dedans dernièrement à l'image d'un Pitroipa toujours aussi saignant mais moins adroit et qui reste sur une élimination en Coupe de la Ligue au Mans et une défaite en championnat face à Toulouse (1-0). Apprendre oui, mais vite ! Trêve d'excuses et de faux semblants, les Bretons n'ont de toute façon plus le choix. Problème de plus, si son adversaire est un hôte implacable, Rennes voyage mal. Hormis ses succès en tour préliminaire (contre le modeste Metalurg Rustavi) et tour de barrages (contre l'Etoile Rouge de Belgrade) cette saison, le Stade Rennais ne s'est plus imposé en phase finale de Coupe d'Europe depuis 2007 et un déplacement à Sofia en Coupe de l'Uefa (3-1). Les défauts de la jeunesse au sein d'un collectif où les espoirs sont d'entrée mis à l'épreuve du feu ? La révélation de début de saison, Vincent Pajot, ne dément pas dans une interview au site de l'émission 100% Foot : "Forcément, il y a des petits regrets. Mais c'est vrai aussi que cela nous permet d'apprendre. On est un effectif, un groupe assez jeune, c'est finalement peut-être un mal pour un bien". Certes, mais à moins de sortir encore prématurément de la compétition, le temps de l'apprentissage se doit d'être désormais résolu et les leçons des désillusions du match aller et d'Udine nécessitent d'être apprises. Romain Danzé en est d'ailleurs bien conscient. "On a grillé tous nos jokers. On doit s'imposer à Glasgow pour espérer quelque chose", reconnait le latéral sur le site officiel du club. "À Udine, on a joué les vingt dernières minutes avec un joueur de moins. Comme à chaque rencontre, ça se joue sur des détails. On doit par contre mieux gérer les matchs. Le détail, c'est ce qu'il nous manque pour devenir une grosse équipe." Celle capable de s'imposer dans l'enfer vert et blanc du Celtic Park afin d'encore rêver à un destin européen dans un groupe très relevé...