Rennes doit relever la tête

  • A
  • A
Rennes doit relever la tête
Partagez sur :

Une vraie dégringolade. Le Stade Rennais s'est pris les pieds dans le tapis en ce début d'année 2011 perdant au passage une grosse partie des dividendes du travail accumulé depuis le début de la saison. Dommage pour des Bretons qui ont glissé au 5e rang, ce qui devrait tout de même leur offrir un ticket européen en fin de saison. Le déplacement à Monaco dans le cadre de la 32e journée doit néanmoins leur servir de déclic.

Une vraie dégringolade. Le Stade Rennais s'est pris les pieds dans le tapis en ce début d'année 2011 perdant au passage une grosse partie des dividendes du travail accumulé depuis le début de la saison. Dommage pour des Bretons qui ont glissé au 5e rang, ce qui devrait tout de même leur offrir un ticket européen en fin de saison. Le déplacement à Monaco dans le cadre de la 32e journée doit néanmoins leur servir de déclic. Le printemps n'apporte rien de bon à Rennes. Après un sprint manqué la saison dernière, les Bretons ont de nouveau perdu la voix. Momentanément ? C'est tout ce que souhaite un Frédéric Antonetti qui n'hésite pas à invectiver toutes les composantes du club, jusqu'aux supporters bien trop attentistes à son goût. C'est aussi une manière pour l'entraîneur d'extérioriser. Il faut dire que le spectacle produit ces dernières semaines a effectivement de quoi lui mettre les nerfs à vif. Car après un début d'année 2011 conjugué au presque-parfait avec notamment une série de 5 victoires de rang bouclée à Montpellier (1-0) au soir de la 26e journée, alors que la Ligue des champions commençait à trotter dans certaines têtes, c'est la catastrophe. Et de ce point de vue, les gros tests contre Marseille (0-2) et Lyon (1-1) ont fait au moins aussi mal que les deux revers de rang dans des derbies bretons à Brest (0-2) puis contre Lorient (1-2). Cinq matches sans victoire, cela commence à faire beaucoup avec des conséquences très directes au classement puisque les Rennais ont glissé de la deuxième place ex-aequo avec le leader lillois, forts de 49 points, au cinquième rang avec 51 unités au compteur. Gagner pour regarder plus haut "On connaît actuellement un grand coup de fatigue. À cela s'ajoutent les blessures qui nous handicapent grandement. Il ne faut pas oublier que je n'ai jamais pu aligner trois fois consécutivement la même équipe.", explique Frédéric Antonetti sur le site internet du club avant d'ajouter: "Toutes les équipes ont un coup de mou, le nôtre arrive maintenant. Il faut que l'on arrive à renouer avec la victoire le plus rapidement possible. On essaye de revenir aux fondamentaux. On a fait cette semaine une piqûre de rappel sur tout ce qui fait notre point fort." Revenir au jeu, tout simplement... Une nécessité rendue difficile par une nervosité généralisée qui a notamment conduit aux expulsions de Jean-Armel Kana-Biyik et Samuel Souprayen face à Lorient. Cela n'est pas sans incidence pour Frédéric Antonetti qui va devoir composer sans eux et donc repartir avec une équipe une nouvelle fois remaniée. Dans ce concert de mauvaises nouvelles, les Bretons auront apprécié en milieu de semaine les qualifications de Lille et du Paris Saint-Germain pour la finale de la Coupe de France. Cela va sans doute offrir un strapontin européen au 5e du championnat. Une donnée importante mais qui ne modifie pas le grand besoin de renouer avec la victoire, si possible dès dimanche contre des Monégasques qui ne sont pas au mieux et qui luttent encore pour le maintien. D'autant qu'avec le tour préliminaire de la Ligue des champions encore à deux longueurs, le décompte final est loin d'être bouclé.