Rennes dans le bon wagon

  • A
  • A
Rennes dans le bon wagon
Partagez sur :

Hôte de Lorient dimanche soir en clôture de la 10e journée de Ligue 1, le Stade rennais s'est imposé logiquement 2-0 grâce à des réalisations de Kembo Ekoko et Pitroipa. Une victoire qui permet aux hommes de Frédéric Antonetti de rester au contact des équipes de tête qui, de Paris à Lille en passant par Montpellier et Lyon, ont toutes gagné ce week-end.

Hôte de Lorient dimanche soir en clôture de la 10e journée de Ligue 1, le Stade rennais s'est imposé logiquement 2-0 grâce à des réalisations de Kembo Ekoko et Pitroipa. Une victoire qui permet aux hommes de Frédéric Antonetti de rester au contact des équipes de tête qui, de Paris à Lille en passant par Montpellier et Lyon, ont toutes gagné ce week-end. Dans la lutte à courte distance qui l'oppose à Lorient, sixième avant cette 9e journée avec une longueur d'avance sur lui, le Stade Rennais a repris l'avantage régional dimanche en remportant logiquement un derby qu'il aura toujours maîtrisé, en dépit d'un déchet technique assez important, ce que retenait d'ailleurs à l'issue de la rencontre, au micro de Canal +, un Frédéric Antonetti perfectionniste: "On a étouffé cette équipe de Lorient, on ne les a pas laissés jouer grâce à un pressing incessant, mais il faudrait marier ce pressing avec de la qualité technique." Si Rennes manque encore sans doute d'arguments pour tutoyer les meilleurs, que dire de Lorient qui, alors qu'il avait l'occasion lui aussi de s'inviter au festin du haut du tableau, est passé à côté de son match, confirmant qu'il est bien moins à l'aise loin de ses bases cette saison que dans son stade du Moustoir, où il a pris 11 de ses 16 points. Comme souvent lors des Rennes-Lorient disputés en Ligue 1 au stade de la Route de Lorient (désormais six victoires rennaises pour un nul et une défaite, la saison dernière), force est donc restée au club d'Ille-et-Vilaine qui, grâce à ce deuxième succès à domicile cette saison en Championnat, intègre le Top 5 du classement, derrière Paris, Montpellier, Lyon et Lille, des équipes qui ont toutes gagné ce week-end. C'est dire que la formation de Frédéric Antonetti avait besoin de ces trois points pour ne pas se faire décrocher par les grosses cylindrées de l'élite, elle a su faire le nécessaire pour rendre à la raison des Merlus qui n'auront jamais su se défaire du pressing adverse, orchestré notamment par le duo Pajot-Doumbia au milieu, parfait pour relayer un M'Vila apparu bien fatigué. "On a manqué de jus et d'audace, on a perdu la bataille au milieu et on a payé l'addition", regrettera ainsi au micro de Canal+ le Lorientais Monnet-Paquet. Kembo Ekoko le détonateur La première mi-temps donnera d'ailleurs le ton avec quasiment rien à se mettre sous la dent du côté des visiteurs, hormis une simulation dans la surface d'Aliadière devant Théophile-Catherine, logiquement sanctionnée d'un avertissement (35e), et une tentative de Sunu, sortie par Costil (38e). Les Rennais se procurent davantage de situations chaudes, souvent grâce au duo Kembo Ekoko-Pitroipa, très remuant. Le second sollicite rapidement Audard (9e), mais c'est le premier qui débloque le compteur des Rouge et Noir en trouvant la lucarne gauche d'Audard sur un coup franc aux 20 mètres (1-0, 10e). L'attaquant rennais est tout près de remettre ça sur un autre coup franc quelques minutes plus tard, mais cette fois, Audard boxe des deux poings (18e). Un festival de Pitroipa oblige Audard à se jeter dans ses pieds (35e), dernière occasion d'un premier acte pas vraiment emballant. Le deuxième ne le sera guère davantage, surtout en raison de la passivité de Merlus jamais dangereux, en dehors d'un coup franc lointain de Coutadeur, boxé au-dessus de sa barre par Costil (61e), ou d'un essai d'Aliadière mal cadré après un bon service d'Autret (71e). Bien trop peu pour inquiéter un Stade Rennais qui ne laisse pas l'occasion de faire le break, une nouvelle fois grâce à Kembo Ekoko qui, côté droit, fausse compagnie à Le Lan qui commet l'irréparable en le fauchant. Le penalty est transformé par Pitroipa (64e). Le match est dès lors plié pour les hommes de Frédéric Antonetti qui se procurent quelques occasions de 3-0 par Kembo Ekoko, encore sur coup franc (77e), et surtout par Pajot dont la tête est sauvée sur sa ligne par Bourillon (84e). Le score en reste là, à la satisfaction du gardien rennais Costil, interrogé au micro de Canal +: "C'est une prestation sérieuse de notre part, ce qui est bien, c'est que cette fois, on ne s'est pas fait revenir (sic) au score. C'est important de se situer dès maintenant dans le haut du classement, il y a des équipes qui avancent, à nous de les suivre." Pas de doute, Rennes regarde bien vers le haut...