Renault n'oublie pas Grosjean

  • A
  • A
Renault n'oublie pas Grosjean
Partagez sur :

Tel un serpent de mer des paddocks, le retour en F1 de Romain Grosjean n'est pas qu'un simple fantasme franco-français. Eric Boullier lui-même souhaite que le jeune Franco-Suisse retrouve un baquet sous peu. "Nous en parlons très souvent à Enstone ou avec Genii Capital", assure le patron de l'écurie Lotus Renault. A tel point que l'intéressé pourrait devenir le 3e pilote du team au losange.

Tel un serpent de mer des paddocks, le retour en F1 de Romain Grosjean n'est pas qu'un simple fantasme franco-français. Eric Boullier lui-même souhaite que le jeune Franco-Suisse retrouve un baquet sous peu. "Nous en parlons très souvent à Enstone ou avec Genii Capital", assure le patron de l'écurie Lotus Renault. A tel point que l'intéressé pourrait devenir le 3e pilote du team au losange. L'écurie Renault, à dominante Lotus désormais, a beau avoir des origines françaises de plus en plus floues, Eric Boullier, son patron, n'a pas abandonné l'idée de voir un pilote du pays se glisser dans l'un de ses baquets. "Moi aussi j'aimerais voir un Français sur le podium, du moins dans une bonne équipe, souffle ce dernier dans les pages du magazine AUTOhebdo. Nous en parlons très souvent à Enstone ou avec Genii Capital et nous essayons de tout faire pour arriver à une solution efficace, rapidement." Relancé dans le bain de la F1 en septembre dernier, tandis qu'il remplaçait Nick Heidfeld chez Pirelli en tant que pilote essayeur du nouveau manufacturier officiel, Romain Grosjean avait en 2009 couru sept Grands Prix sous la bannière au losange, et n'a manifestement pas laissé que de mauvais souvenirs. "Rien n'est simple, tempère toutefois Eric Boullier. Nous avons besoin d'un n°1 de haut niveau, nous avons besoin de Petrov et de ce qu'il apporte. Mais nous travaillons fort pour une remise en selle de Romain Grosjean et pour l'accession d'autres jeunes." Intégré à Gravity Management, la structure de management de pilotes de Genii Capital, la société d'investissements luxembourgeoise qui détient la majorité des parts du team Lotus Renault, le jeune Franco-Suisse de 24 ans ne peut aujourd'hui soutenir la comparaison avec un Robert Kubica qui la saison passée a fait montre de ses qualités de leader. Et l'écurie d'Enstone ne peut raisonnablement pas se passer des ressources budgétaires incarnées par Vitaly Petrov. "La France se doit d'avoir un bon pilote de F1, elle ne s'en portera que mieux", insiste pourtant Eric Boullier. Aussi le natif de Genève pourrait-il revenir très vite dans le giron du losange. Selon le journaliste spécialisé Christophe Malbranque, l'une des voix de la F1 sur TF1, Romain Grosjean serait actuellement en pole pour décrocher le rôle de troisième pilote au sein du team Lotus Renault. Un bon moyen de remettre le pied à l'étrier.