Renault démarre bien

  • A
  • A
Renault démarre bien
Partagez sur :

Réintégrée cette semaine pour le Grand Prix d'Europe, l'écurie Renault a parfaitement justifié sa présence sur le circuit de Valence, vendredi, lors de la deuxième séance d'essais libres. Ainsi Fernando Alonso a signé le meilleur temps, tandis que Romain Grosjean a pris une encourageante 13e place.

Réintégrée cette semaine pour le Grand Prix d'Europe, l'écurie Renault a parfaitement justifié sa présence sur le circuit de Valence, vendredi, lors de la deuxième séance d'essais libres. Ainsi Fernando Alonso a signé le meilleur temps, tandis que Romain Grosjean a pris une encourageante 13e place.C'eut été dommage de se priver d'une telle écurie à Valence ce week-end. Longtemps exclu du Grand Prix d'Europe pour avoir joué avec le feu en Hongrie selon la FIA, le team Renault ne doit sa présence actuelle en Espagne qu'à la clémence d'une cour d'appel parfaitement consciente de l'enjeu et de l'intérêt que représente l'engagement d'un Fernando Alonso sur ses terres. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la firme au losange ne s'est pas fait prier pour tirer profit de cette considération. Certes relativement discrètes vendredi matin lors de la première session libre, les deux monoplaces de l'écurie tricolore ont suivi le mercure – soutenu au-dessus des 45°C en piste - pour monter en régime dans l'après-midi. Cantonné quelques heures plus tôt au 9e temps, Fernando Alonso n'a ainsi pas tardé à se hisser au niveau du chrono référence matinal, signé par Rubens Barrichello en 1'42"460, pour s'établir d'entrée au faîte de la hiérarchie des libres 2. Un temps contesté par Adrian Sutil et Kazuki Nakajima, mais aussi et surtout par le clan Brawn GP, le Taureau des Asturies a repoussé une à une les offensives de la concurrence. Son temps ultime, 1'39"404, arraché dans les cinq dernières minutes de la séance, le plaçant nettement au-dessus du lot.Alonso s'accroche avec HeidfeldPourtant l'Espagnol, qui s'était déjà distingué le mois dernier en Hongrie en s'adjugeant la pole, s'est fait quelques frayeurs durant ces libres 2. Outre un tête-à-queue sans dommage en fin d'exercice, Fernando Alonso s'est notamment rendu coupable d'un accrochage avec Nick Heidfeld à une vingtaine de minutes du verdict. Croyant à une entrée dans les stands de l'Allemand, l'ancien double champion du monde, trop large dans la trajectoire de son virage, a alors éperonné la BMW. Sans plus de dommage toutefois que de la tôle froissée. Pour sa première sortie officielle au volant de la R29, lui qui s'était contenté jusqu'alors de tests en ligne droite en raison de l'interdiction des essais privés au cours de la saison, Romain Grosjean, lui, n'a pas eu de sueurs froides à déplorer. Naturellement en retrait dans la matinée, le jeune pilote franco-suisse a suivi la cadence cet après-midi, retouchant son chrono personnel de plus de 3 secondes et demie pour finalement pointer au 13e rang, à 1"383 de son intouchable coéquipier. Une faculté d'adaptation des plus encourageantes à la veille de ses toutes premières qualifications en F1.Le Grand Prix d'Europe est à suivre en direct et en intégralité sur Europe 1 dimanche à 14h. Commentaires: Alexandre Delpérier, Dominique Bressot et Julien Fébreau. Et retrouvez les analyses de notre consultant, Alain Prost, tout au long de la saison de F1.