Rémy: "Un goût amer"

  • A
  • A
Rémy: "Un goût amer"
Partagez sur :

Déçu du seul point pris contre Rennes mercredi (0-0), même s'il confirme la première place au classement de l'Olympique de Marseille, Loïc Rémy ne veut pas que les Marseillais fassent de sentiment contre son ancienne équipe, Nice, où l'OM se rend dimanche à l'occasion de la 16e journée. Un match "particulier" pour le jeune international qui s'attend à un rendez-vous musclé au stade du Ray.

Déçu du seul point pris contre Rennes mercredi (0-0), même s'il confirme la première place au classement de l'Olympique de Marseille, Loïc Rémy ne veut pas que les Marseillais fassent de sentiment contre son ancienne équipe, Nice, où l'OM se rend dimanche à l'occasion de la 16e journée. Un match "particulier" pour le jeune international qui s'attend à un rendez-vous musclé au stade du Ray. Dans quel état d'esprit allez-vous retrouver Nice dimanche ? Ça fait toujours plaisir de retrouver son ancien club, de jouer contre ses anciens partenaires. Ça sera un match particulier pour moi, même si maintenant je suis de l'autre côté. Il faudra aller là-bas en me disant que maintenant je joue contre mon ancien club, mais je vais avoir plaisir à retrouver mes anciens coéquipiers et discuter avec eux. Quand on sera sur le terrain, ce sera autre chose. Vous vous attendez à quel accueil ? J'ai déjà vu des exemples de joueurs qui sont retournés au Ray et qui ont eu un accueil assez délicat. Moi, je ne me suis pas trop posé la question, on verra bien. A vrai dire, je ne m'attends pas à un accueil chaleureux. Comment réagissez-vous à ces accueils houleux ? Je n'ai jamais vécu ça, d'être hué tout un match. Si c'est le cas dimanche, ce sera plus un avantage pour moi, il faudra que j'arrive à surmonter ça et que je sois encore plus fort. Le fait d'être sifflé toute une rencontre, il faut être fort dans la tête, mais si on arrive à surmonter ça, c'est tout bénéfice. "J'ai été vendu à Marseille, je pense avoir fait du bien aussi au club qui en avait besoin" Vous avez un message pour les supporteurs niçois ? Je suis parti en ayant le sentiment du devoir accompli, je pense quand même avoir fait deux saisons assez prolifiques à Nice, même s'il y a eu des hauts et des bas. Quand à ma relation avec les supporteurs, on sait ce qu'elle était. Je n'ai pas de message particulier à leur faire passer, si ce n'est que j'ai été content d'être deux ans à Nice. Et si vous marquez, vous fêterez votre but ? Si je marque, je fêterai mon but, mais vraiment pas en chambrant, tout simplement en étant sobre et en fêtant mon but comme je le fais d'habitude. On dirait que les dirigeants Niçois ont eu du mal à vous remplacez. L'attaque niçoise ne semble pas au mieux... Je suis les résultats de mon ancien club et c'est vrai que devant il y a pas mal de lacunes, de difficultés... Après, il faut un temps d'adaptation, je pense que des joueurs comme Ljuboja ou Mouloungui sont de très bons joueurs. Ils ne se sont pas encore trouvés, il faudra que ça vienne rapidement. J'ai été vendu à Marseille, je pense avoir fait du bien aussi au club qui en avait besoin. Ils ont pris d'autres joueurs, et c'est vrai que pour l'instant ce n'est pas encore ce qu'ils attendaient de la venue des nouveaux joueurs. J'espère qu'ils vont arriver à se trouver assez rapidement. L'OM effectue ce court déplacement avec quel objectif ? La victoire ! Avec le point du nul pris contre Rennes, on s'est conforté dans l'idée que Marseille était un concurrent énorme pour le titre. Maintenant, il nous reste quatre matches jusqu'à la trêve, il faut les négocier au mieux. Après on aura la possibilité de voir plus loin après la trêve. En tout cas, sur ces quatre matches, il faut prendre le maximum de points. Il ne faut pas sous-estimer Nice, qui a des qualités. Mais on n'y va pas pour le match nul. Le match contre Rennes nous a laissé un petit goût amer, il y avait quand même la place, même si on aurait pu perdre aussi. Tous les points sont bons à prendre et dimanche on ira à Nice pour gagner. "Je peux mieux faire" Vous vous attendez à quel type de rencontre ? Avec Nice, il ne faut pas s'attendre à un match très élevé dans le domaine technique, mais ils vont plus miser sur l'impact physique. J'ai été deux ans là-bas et je sais qu'ils ont les joueurs pour répondre à ça. Forcément, ça va être un match compliqué au niveau de l'engagement. Maintenant, tous les matches seront difficiles. Toutes les équipes qui jouent contre Marseille ont envie de se montrer et de gagner. Ça va être un match assez rude, sur le plan physique en tout cas. A Nice, les supporteurs aiment bien quand les joueurs mettent beaucoup d'engagement. Même s'il n'y a pas forcément la manière, le public se régale. Une série de trois matches vous attend, dont la réception de Chelsea, sans enjeu, mais dont parlent déjà tous les supporteurs... Le championnat est l'objectif premier. En Champion's League on est déjà qualifié. Le match de Chelsea sera forcément un match qui n'apportera que du bonus, un match de gala. Mais les deux matches en championnat qui viennent, Nice et Auxerre, il faudra les négocier au mieux, pour se mettre le plus vite à l'abri en championnat. Votre acclimatation à la pression marseillaise se passe-t-elle bien ? Je peux mieux faire. Je suis arrivé dans un groupe où on m'a très, très bien accueilli. J'ai essayé de m'adapter le plus rapidement possible. Après, sur certains matches, quand je revois la vidéo avec le coach, je remarque des choses que je pourrais améliorer, dans mon jeu, dans mes appels, dans pas mal de domaines... Je suis conscient de tout ça et je me dis que c'est des points à régler pour la suite. Pour l'instant, c'est plutôt pas mal, j'ai une très bonne entente avec les joueurs, je suis content d'être là et que l'on va continuer sur la même voie. En venant ici, je savais qu'un grand club demande beaucoup d'exigences. On joue tous les trois jours, ce rythme-là, je ne l'avais pas à Nice. Ça m'a fait un changement énorme, mais j'ai vraiment envie de bien faire et je me donne les moyens pour ça.