Rémy, monsieur plus !

  • A
  • A
Rémy, monsieur plus !
Partagez sur :

Rentré en seconde période face aux Etats-Unis vendredi, Loïc Rémy a débloqué le compteur bleu, inscrivant l'unique but de la rencontre, juste après s'être créé une première occasion. Une quatrième réalisation sous le maillot tricolore pour un joueur qui devient de plus en plus indispensable à l'équipe de France, au point de clairement postuler à une place de titulaire.

Rentré en seconde période face aux Etats-Unis vendredi, Loïc Rémy a débloqué le compteur bleu, inscrivant l'unique but de la rencontre, juste après s'être créé une première occasion. Une quatrième réalisation sous le maillot tricolore pour un joueur qui devient de plus en plus indispensable à l'équipe de France, au point de clairement postuler à une place de titulaire. Et dire qu'il était douteux pour le match car légèrement blessé aux adducteurs ! Entré peu après l'heure de jeu à la place de Karim Benzema, qui venait de se créer les deux meilleures occasions tricolores d'un match jusqu'ici peu emballant, Loïc Rémy aura réussi vendredi soir à réchauffer un Stade de France engourdi par le froid humide tombé sur la Plaine Saint-Denis en offrant à Laurent Blanc sa onzième victoire en tant que sélectionneur. Après avoir déjà poussé Tim Howard, le portier adverse, à une intervention décisive seulement cinq minutes après son entrée, le Marseillais a profité d'une passe lobée de Marvin Martin, entré en même temps que lui à la place de Franck Ribéry, pour tromper le gardien d'Everton d'une puissante frappe croisée après s'être joué de son garde du corps, Clarence Goodson. Un but, son quatrième en sélection (dont trois lors des cinq dernières rencontres qu'il a jouées depuis le mois d'août), qui ne fait que confirmer l'excellent début de saison d'un joueur devenu un élément incontournable de l'Olympique de Marseille... et sans doute des Bleus. Titulaire lors des treize matches de Ligue 1 (pour six buts) et des quatre de Ligue des champions joués par l'OM depuis août, Loïc Rémy va-t-il connaître pareil sort en équipe de France ? Après le match, dans les sous-sols du Stade de France, l'intéressé ne masquait pas une ambition légitime de débuter plus souvent en Bleu, lui qui, à ce jour, compte sept titularisations pour neuf entrées en jeu: "Je ne vous cache pas que je préfèrerais être titulaire, mais il y en a aussi d'autres qui méritent de jouer, donc on accepte. Quand je suis amené à rentrer, je donne le meilleur." Blanc: "Il est intéressant quand il joue sur le côté" Qu'a pensé Laurent Blanc de la performance de l'ancien Niçois, déjà buteur il y a un mois face à l'Albanie en éliminatoires de l'Euro 2012 ? Le sélectionneur a visiblement apprécié: "On l'avait récupéré avec une gêne à l'adducteur qui a été perturbatrice pour sa préparation, et c'est pour ça qu'on avait prévu de ne pas le faire débuter, mais c'est un joueur intéressant, notamment quand il part sur le côté droit et repique. A sa faveur, quand il est entré, on avait changé de système et à ce moment, le passeur, on l'avait: sur le but, Marvin (Martin) lui fait la passe en cloche dans la profondeur." Nul doute que Laurent Blanc aura tiré de précieux enseignements de la petite demi-heure disputée par Loïc Rémy face aux Etats-Unis: d'abord, la France est nettement meilleure lorsqu'elle joue en 4-3-3 qu'en 4-4-2, ce que le sélectionneur a d'ailleurs confirmé après la rencontre. Ensuite le Marseillais est sans doute devenu le numéro 1 dans le couloir droit, devant les autres postulants que sont Jérémy Ménez, auteur d'un match en demi-teinte vendredi soir, Florent Malouda, qui n'a jamais été à l'aise à droite, ou Mathieu Valbuena, non retenu pour ces deux matches amicaux de novembre et dont le profil, au moins face à certaines équipes, séduit sans doute moins Laurent Blanc qui apprécie la capacité de Rémy à jouer dans la profondeur: "Loïc est un joueur de rupture et d'espaces. Il doit prendre conscience que plus il va demander le ballon dans la profondeur, plus il va être dangereux pour l'adversaire. Mais surtout, il est intéressant quand il joue sur le côté." Loïc Rémy de plus en plus proche d'une place de titulaire ? "S'il continue à être performant et à marquer des buts, oui", répond le «Président» qui pourrait offrir à l'intéressé une 17e cape mardi face à la Belgique. Reste que le sélectionneur sait également que le Marseillais, qui peut aussi joueur dans l'axe, se montre souvent décisif dans ce rôle d'«impact-player» qu'il a parfaitement endossé vendredi à Saint-Denis, capable en une demi-heure, grâce à sa vitesse et à son adresse, de profiter du début de fatigue adverse pour faire la différence (deux de ses quatre buts ont été marqués lorsqu'il est entré en jeu). Une chose est certaine: sauf pépin physique ou gros coup de mou d'ici là, Laurent Blanc, qui lui a offert quinze de ses seize sélections, l'emmènera dans ses valises en Ukraine et en Pologne au mois de juin 2012.