Rémy, la chance de l'OM ?

  • A
  • A
Rémy, la chance de l'OM ?
Partagez sur :

A défaut d'être flamboyant, Loïc Rémy est efficace ces derniers temps avec l'OM. Buteur à trois reprises lors des quatre dernières levées de championnat, le Lyonnais d'origine avoue être plus à l'aise sur le front de l'attaque phocéenne. Une confiance naissante à exploiter doublement cette semaine. A Manchester, mardi, en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Puis dimanche contre Paris au Vélodrome.

A défaut d'être flamboyant, Loïc Rémy est efficace ces derniers temps avec l'OM. Buteur à trois reprises lors des quatre dernières levées de championnat, le Lyonnais d'origine avoue être plus à l'aise sur le front de l'attaque phocéenne. Une confiance naissante à exploiter doublement cette semaine. A Manchester, mardi, en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Puis dimanche contre Paris au Vélodrome. C'est une semaine clef qui s'ouvre pour l'OM. Mardi soir, les Olympiens ont rendez-vous avec Manchester United à Old Trafford, pour un huitième de finale retour que beaucoup considèrent comme le point final de l'aventure européenne des Marseillais cette saison. Un match de gala dans lequel ils n'auront rien à perdre, confortés dans leur insouciance présumée par le score nul et vierge obtenu à l'aller. Cinq jours plus tard, le défi ne sera pas moindre pour les Phocéens. Cette fois, il s'agira de rester dans le bon wagon de l'élite, en distançant si possible des Parisiens qui se présenteront alors au Vélodrome. Afin d'honorer ce double rendez-vous crucial, l'OM comptera sur ses cadres habituels, les Steve Mandanda, Souleymane Diawara, Gabriel Heinze et autre Lucho Gonzalez. Loïc Rémy aura également un rôle majeur à assumer. Depuis un mois en effet, l'ancien Aiglon niçois s'impose avec André Ayew comme une pièce maîtresse de l'effectif de Didier Deschamps. Et si l'intéressé n'a pas encore le rendement que son club est en droit d'attendre après avoir misé 13 millions d'euros sur son talent l'été dernier, il a au moins le mérite de l'efficacité ces temps-ci. Buteur contre Saint-Etienne, Lille et Rennes lors des quatre journées de championnat qui viennent de s'écouler, le Lyonnais de naissance a porté son total à onze réalisations cette saison: neuf en championnat dont un sous le maillot du Gym et deux en Ligue des champions. Une constance toute neuve assimilée à une libération que le joueur n'hésite pas à évoquer devant la presse. "En arrivant dans un nouvel environnement comme Marseille, il m'a fallu une période d'adaptation qui peut être un peu moins longue pour certains mais j'ai trouvé mes marques petit à petit", souffle-t-il, admettant par ailleurs une vraie "prise de conscience". Deschamps: "Loïc est beaucoup mieux" Sa recette, Loïc Rémy en livre volontiers les contours. "J'étais un peu timide dans le jeu et j'ai changé quelques petits détails dans la façon d'aborder les matches. Le coach m'a souvent répété que je devais muscler mon jeu et, surtout, José Anigo m'a beaucoup parlé. Il m'a épaulé, m'a dit qu'ici il fallait du culot et cela m'a fait du bien. Depuis quelque temps, j'ose plus, je fais plus d'appels. Même si ça ne passe pas, au moins je tente. Je donnais trop l'impression du joueur qui faisait de temps en temps un coup d'éclat sur son côté. Il fallait que j'élargisse mon champ d'action." Ses trois derniers buts en date en attestent, Loïc Rémy a donné du volume à son jeu, y compris dans le domaine défensif. Didier Deschamps l'admet: "Loïc est beaucoup mieux. Il connaît plus l'équipe, il arrive à se libérer, il est plus intéressant et efficace. Il a certes encore une bonne marge de progression dans ses déplacements et la compréhension du jeu, pour se montrer plus disponible. Mais il joue plus libéré et en confiance, il se lâche." Un renouveau qui aura coïncidé avec la mise au repos forcée de Mathieu Valbuena, son concurrent direct sur le flanc droit. En pointe contre MU et le PSG ? Mais alors qu'il semble enfin prendre ses marques sur le côté, l'actuel meilleur buteur de l'OM pourrait être invité à repiquer dans l'axe pour les prochaines échéances de son équipe. Brandao éloigné des terrains et "Petit vélo" de retour aux affaires, Loïc Rémy incarne une alternative tentante à André-Pierre Gignac en pointe, d'autant que celui-ci paraît plus à son aise dans le couloir gauche. Un décalage déjà éprouvé mais peu probant récemment à Nancy qui n'enchante pas forcément l'intéressé: "En pointe, il y a moins d'espaces, il faut être à l'affût tout le temps, alors que j'aime bien partir en profondeur dans le dos des adversaires. C'est un poste où il faut que je trouve vite mes repères, car ce ne sont pas les mêmes efforts." Mardi contre Manchester United, sa faculté d'adaptation pourrait bien être une des clefs de la rencontre. Trois semaines après avoir été l'un des rares Marseillais percutants au match aller, Loïc Rémy devra être aussi réaliste qu'il a pu l'être ces dernières semaines. A Old Trafford, les Olympiens n'auront sans doute pas beaucoup d'occasions à se mettre sous les crampons, l'attaquant marseillais le sait: "En Ligue des champions, les défenseurs sont plus rigoureux, il faut être bien plus en mouvement. Le niveau est proche de l'équipe de France, voire plus élevé. Je me souviens de mon premier match à Chelsea. D'accord je revenais de blessure, mais quand même..." Gageons que Loïc Rémy sortira grandi de cette nouvelle expérience. La récolte de l'OM cette saison en dépend.