Reims, en avant toute !

  • A
  • A
Reims, en avant toute !
Partagez sur :

Le Stade de Reims a conforté sa position de leader de Ligue 2, vendredi, à la faveur de son succès (2-1) aux dépens de Guingamp. Cette victoire, la cinquième en six journées, permet aux Champenois de conserver trois points d'avance sur Le Havre, premier poursuivant vainqueur (2-1) à domicile de Tours. En bas de classement, rien ne va plus pour Monaco, lourdement battu sur sa pelouse (1-3).

Le Stade de Reims a conforté sa position de leader de Ligue 2, vendredi, à la faveur de son succès (2-1) aux dépens de Guingamp. Cette victoire, la cinquième en six journées, permet aux Champenois de conserver trois points d'avance sur Le Havre, premier poursuivant vainqueur (2-1) à domicile de Tours. En bas de classement, rien ne va plus pour Monaco, lourdement battu sur sa pelouse (1-3). Après six journées, cela ne peut plus être une surprise. Rester invaincu durant six matches, certaines équipes l'ont fait, en accumulant les matches nuls. Ce n'est pas le cas du Stade de Reims, qui aura compilé cinq victoires au cours de ces six premiers actes d'une Ligue 2 sens dessus-dessous. Bien sûr, les hommes d'Hubert Fournier n'ont pas toujours maîtrisé de bout en bout ces rencontres, celle de vendredi soir en atteste. Car face à un promu guingampais entreprenant et souvent inspiré, les Champenois ont parfois peiné, sans jamais perdre pied. C'est justement là la force d'une équipe qui s'est construite la saison passée dans la difficulté. Du moins durant la première moitié du précédent exercice, avant de réaliser une deuxième partie de championnat remarquable. Trois défaites seulement concédées en quinze rencontres, face à trois équipes reconnues depuis pour leur solidité : Dijon, AC Ajaccio et Evian-Thonon-Gaillard, toutes trois passées depuis parmi l'élite... Le Havre s'accroche Conscients de leur qualité, les Rémois appliquent donc en ce début de saison des recettes qui ont fonctionné précédemment. Ainsi, Cédric Fauré, buteur patenté mais souvent cantonné à un rôle valorisant de joker de luxe, a-t-il encore fait la différence. Sorti du banc en seconde période, l'ancien Toulousain s'est offert un doublé (65e, 72e) plein d'opportunisme pour offrir une cinquième victoire cette saison, la réduction du score en fin de match de Knockaert ne changeant rien. Seule équipe à suivre plus ou moins le rythme imprimé par les Champenois, Le Havre continue d'engranger des points malgré de sérieuses difficultés dans le jeu. Ce fut encore le cas vendredi soir à Jules-Deschaseaux, où Tours aura longtemps mené la vie dure aux Normands. Mais Ryan Mendes affiche une forme étincelante en ce début de saison, et a su mettre les Havrais sur de bons rails grâce à un exploit personnel (28e). Ce n'est pas pour autant que les partenaires de Benjamin Genton auront géré leur avance. Titi Buengo égalise logiquement (62e), mais Alexandre Bonnet offre finalement aux hommes de Cédric Daury une victoire précieuse (78e). Le fauteuil de dauphin est préservé. Le Rocher coule Cette place sur le podium, Nantes et Le Mans la visaient ouvertement en début de saison. Cinq matches plus tard, la donne a bien changé, puisque les deux clubs s'affrontaient dans un match aux odeurs de poudre. Et dans ce derby de grands noms déçus, il n'y aura pas eu de vainqueur (1-1). Fousseyni Cissé profite de la passivité de la défense nantaise pour marquer de la tête (17e), obligeant les Canaris à courir après le score. Mais Landry Chauvin pourra s'appuyer sur la réaction de ses joueurs qui auront, après le repos, montré un visage conquérant, bien que brouillon. L'entrée en jeu de Sylvain Wiltord booste ses coéquipiers, les occasions se multiplient, en vain, jusqu'à un corner de Gakpé mal repoussé par la défense, ce dont profite Vivian pour l'égalisation (79e). Un tel état d'esprit, nul doute que Laurent Banide aurait aimé l'observer chez ses joueurs vendredi soir. Las, il n'en a rien été. Dès la 16e, Gaëtan Charbonnier trouve la faille face à Johan Carrasso, et emporte avec lui le peu de volonté monégasque. L'ancien joueur du PSG s'offre un doublé à Angers d'une superbe reprise de volée (34e). En seconde période, toujours aucune réaction de la part des Monégasques, qui permettent à Keseru d'inscrire un troisième but comme à la parade (64e). Et sans un grand Carrasso, le score aurait pu être bien plus lourd... Dans de telles conditions, le premier but de Marama Vahirua en fin de match sous ses nouvelles couleurs relève de l'anecdote. La place de l'ASM, 17e avec un match joué de plus que Lens (18e) et Amiens (20e), l'est en revanche beaucoup moins.