Red Bull, les ailes coupées

  • A
  • A
Red Bull, les ailes coupées
Partagez sur :

Pour la première fois depuis 19 Grands Prix et celui de Corée du Sud en 2010, aucun pilote Red Bull n'a accroché le podium ce dimanche à Abu Dhabi. Sebastian Vettel a dû abandonner prématurément, victime d'une crevaison au deuxième virage du premier tour. Mark Webber a quant à lui tenté un pari audacieux avec ses pneumatiques, mais qui l'a forcé à repasser par le stand à l'entame du dernier tour pour chausser de nouvelles gommes.

Pour la première fois depuis 19 Grands Prix et celui de Corée du Sud en 2010, aucun pilote Red Bull n'a accroché le podium ce dimanche à Abu Dhabi. Sebastian Vettel a dû abandonner prématurément, victime d'une crevaison au deuxième virage du premier tour. Mark Webber a quant à lui tenté un pari audacieux avec ses pneumatiques, mais qui l'a forcé à repasser par le stand à l'entame du dernier tour pour chausser de nouvelles gommes. Le troisième Grand Prix d'Abu Dhabi n'a pas été un cauchemar du début à la fin pour Red Bull. Il l'a été précisément au tout début puis à la toute fin, c'est-à-dire au premier et au dernier tour. Pour la première fois en 20 courses, et depuis le Grand Prix de Corée 2010, aucun pilote Red Bull n'est monté sur le podium. Le champion du monde, Sebastian Vettel, vainqueur sur le tracé de Yas Marina en 2009 et 2010, a dû abandonner prématurément, victime d'une crevaison dès le deuxième virage. Mark Webber, lui, a été victime d'une stratégie hasardeuse de son écurie. L'Australien a conservé ses pneus tendres, avec lesquels il avait démarré, lors de ses deux ravitaillements des 17e et 35e tours. Mais le règlement exigeant qu'un pilote chausse les deux types de gommes sèches (tendres et dures) durant une course, Mark Webber a dû faire un troisième passage par le stand. Il a tenté de le retarder le plus possible, jusqu'à y passer à l'amorce du dernier tour, mais Jenson Button (McLaren) était trop proche et a pu lui souffler la troisième place, laissant l'Australien échouer au pied du podium. "Cela valait le coup" "Lors du deuxième arrêt, on a décidé d'utiliser à nouveau les pneus les plus tendres pour essayer une autre stratégie, pour essayer de faire quelque chose de différent. Cela valait le coup, assurait Mark Webber après la course, dans des propos relayés par ESPN. Ce règlement était un peu inutile aujourd'hui. On a eu un premier arrêt qui a été mauvais (un souci détecté sur la roue arrière droite a causé un retard anormal, ndlr). On a perdu beaucoup de temps et cela nous a mis sur la défensive. On a perdu une position en piste et c'est là que nous avons perdu le podium." Est-ce parce que le tracé de Yas Marina se parcourt dans le sens inverse des aiguilles d'une montre que Red Bull a été en difficulté sur ses roues arrières droites ? C'est en tout cas le pneu arrière droit de Sebastian Vettel qui a crevé au premier tour, semble-t-il en raison d'un problème mécanique. Au ralenti, il a pu regagner son stand, mais l'état déplorable du moyeu a eu raison de sa volonté de continuer. Sorti de sa monoplace, l'Allemand est allé se ranger aux côtés de ses ingénieurs pour suivre la course de son coéquipier. Et pour constater la grande forme de Mark Webber, qui a enchaîné les meilleurs tours en course sur la fin, avant de se résoudre à abandonner sa troisième place afin de respecter un règlement avec lequel il n'aurait pas dû jouer ce dimanche.