Red Bull, la force de l'habitude

  • A
  • A
Red Bull, la force de l'habitude
Partagez sur :

Sebastian Vettel a signé sa neuvième pole de la saison, samedi à Spa, assurant le meilleur temps des qualifications du Grand Prix de Belgique devant la McLaren de Lewis Hamilton. Une nouvelle démonstration de la force des Red Bull, après quatre semaines de trêve, et alors que Mark Webber, troisième sur la grille, a rempilé ce week-end pour 2012.

Sebastian Vettel a signé sa neuvième pole de la saison, samedi à Spa, assurant le meilleur temps des qualifications du Grand Prix de Belgique devant la McLaren de Lewis Hamilton. Une nouvelle démonstration de la force des Red Bull, après quatre semaines de trêve, et alors que Mark Webber, troisième sur la grille, a rempilé ce week-end pour 2012. Neuf pole positions à l'actif de Sebastian Vettel, trois en faveur de Mark Webber, le tout en l'espace de 12 séances de qualifications, les calculs sont vite faits... Depuis le début de la saison, Red Bull est intouchable dans l'exercice du samedi après-midi. Les quatre semaines de trêve estivale n'y ont rien fait, le champion du monde sortant reste dominateur quand il s'agit de se faire une place au chaud sur la grille. Lewis Hamilton, bien sûr, a bien tenté d'ébranler cette hégémonie au volant de sa McLaren, prenant la direction des opérations à l'issue de son dernier tour lancé. Peine perdue puisque dans ses rétroviseurs, Vettel a surgi, repoussant le Britannique à 432 millièmes. Auparavant, la pluie avait rendu les initiatives chaotiques, à commencer par celles de Michael Schumacher, à son avantage vendredi et victime du décrochage de la roue arrière droite de sa Mercedes alors qu'il couvrait sa première boucle qualificative. Résultat, le septuple champion du monde célébrera ses 20 ans de carrière en s'élançant des stands, dimanche, sous son casque d'or. Une déconvenue atténuée par la cinquième place de Nico Rosberg pour le compte de l'écurie allemande. Malgré ses bonnes dispositions par ce temps humide et un chrono de référence notamment signé en Q1, Jenson Button a également perdu gros ce samedi. Rappelé au garage par le staff McLaren alors qu'il pouvait encore accomplir un tour lancé, l'intéressé s'est fait piéger en fin de Q2, relégué au 13e rang alors qu'il visait légitimement une des deux premières lignes. Felipe Massa, qui aura tourné sur Ferrari une seconde plus vite que son coéquipier Fernando Alonso, huitième de la session seulement à près de trois secondes de Vettel, sera lui bel et bien en embuscade, quatrième au côté de Mark Webber. En ce jour de 35e anniversaire, l'Australien n'a pas démérité, et longtemps tenu la pole avec une marge de manoeuvre confortable. Finalement troisième à 1''078 de son partenaire, Webber demeure un second de choix pour le team Red Bull, et Christian Horner ne s'y est pas trompé. ''Il connaît parfaitement l'équipe et est très populaire, dixit le directeur de l'écurie championne du monde. Notre relation est excellente. Il le sait et nous le savons. Et puis Sebastian et Mark sont très forts ensemble. Il y a une émulation entre eux.'' Voilà pourquoi Mark Webber a prolongé d'un an son contrat ce week-end, prêt à relever le défi d'une sixième saison sous la bannière du taureau rouge.