Record frustrant pour Agnel

  • A
  • A
Record frustrant pour Agnel
Partagez sur :

Au lendemain de sa troisième place sur 100m, Yannick Agnel a répondu en champion en s'offrant à Strasbourg la victoire sur 200m nage libre tout en établissant une nouvelle référence nationale (1'45''47). Le Nîmois est malgré tout déçu de son chrono, à l'image de Camille Muffat, pourtant auteur de la meilleure performance mondiale de la saison sur la même distance (1'55''95).

Au lendemain de sa troisième place sur 100m, Yannick Agnel a répondu en champion en s'offrant à Strasbourg la victoire sur 200m nage libre tout en établissant une nouvelle référence nationale (1'45''47). Le Nîmois est malgré tout déçu de son chrono, à l'image de Camille Muffat, pourtant auteur de la meilleure performance mondiale de la saison sur la même distance (1'55''95). Yannick Agnel verra Shanghai, théâtre des Championnats du monde de natation, en juillet prochain. Privé vendredi de billet pour le rendez-vous chinois après avoir pris la troisième place sur 100m nage libre derrière Fabien Gillot et William Meynard, le nageur de l'Olympic Nice Natation âgé de 18 ans s'est parfaitement repris samedi en raflant la mise sur 200m nage libre. Mieux, le natif de Nîmes a profité de sa présence dans le bassin strasbourgeois pour améliorer son record de France, portant la nouvelle référence nationale à 1''45''47. Jérémy Stravius, 2e en 1'48''46, et Grégory Mallet, 3e en 1'49''31, n'ont eu que des miettes à se mettre sous la dent. La performance est belle mais ne satisfait pourtant pas le champion d'Europe du 400 nage libre de Budapest. "Je m'attendais à un petit mieux au niveau du temps, a ainsi confié l'intéressé à sa sortie de l'eau devant les caméras d'Eurosport, avant d'évoquer laconiquement sa stratégie de course. J'ai essayé de faire la course en tête dès le début histoire d'étouffer tout le monde dans l'oeuf." Cette déception peut surprendre mais elle est malgré tout partagée par l'entraîneur du nageur, Fabrice Pellerin: "L'enjeu premier, c'est la qualification. Au-delà de la qualification, on ne cache pas notre envie d'avancer au niveau international. On n'est pas dans la satisfaction, il va falloir bosser." Duboscq, la force de l'habitude... Ce désir de briller au plus haut niveau habite également l'autre vedette insatisfaite du jour, Camille Muffat. Non contente d'avoir enlevé un troisième titre national à l'occasion de la compétition alsacienne, après ses succès sur 100m et 800m, tout en signant la meilleure performance mondiale de la saison sur 200m en 1'55''95, celle qui est également licenciée à Nice a eu du mal à cacher sa déception après sa victoire. "Encore un titre, confiera presque désabusée la championne du monde de la discipline sur Eurosport. Je suis un peu déçue du temps. Je peux faire mieux que ça." Toujours est-il que la nageuse âgée de 21 ans a également composté son billet pour Shanghai, contrairement à Coralie Balmy, 2e en 1'58''37, et Ophélie-Cyrielle Etienne, 3e en 1'58''94. La délégation française amenée à effectuer le voyage dans l'Empire du Milieu l'été prochain comptera également dans ses rangs un fidèle parmi les fidèles en la personne d'Hugues Duboscq. Le Havrais a glané samedi un douzième titre de champion de France consécutif sur 100m brasse (1'00''63), bien poussé par Giacomo Perez Dortono, 2e en 1'01''35. L'aspirant gendarme aura ainsi l'occasion de décrocher une troisième breloque planétaire dans la ville la plus peuplée de Chine. Et d'aider ses jeunes partenaires en équipe de France à évacuer leur frustration...