Rebondir après la claque

  • A
  • A
Rebondir après la claque
Partagez sur :

Après sa défaite face à l'Espagne (86-66), l'équipe de France de Tony Parker doit rebondir pour décrocher son billet pour le Mondial 2010.

Invaincue avant son quart de finale face à l'Espagne, l'équipe de France a subi une cruelle désillusion face au champion du monde en titre (86-66). Dominés à l'intérieur par Pau Gasol et orphelins d'un Tony Parker parfaitement muselé, les Bleus doivent désormais rebondir, samedi face à la Turquie (à partir de 12h), pour valider leur ticket pour le Mondial 2010.Une défaite sans contestation. Pourtant invaincus lors des deux premiers tours de l'Euro 2009, les Bleus ont rapidement rendu les armes face à l'ogre espagnol, de retour à son meilleur niveau après un début de compétition plutôt hésitant. Si l'équipe de France peut se plaindre d'un mauvais concours de circonstances, elle ne peut nier la supériorité d'une Roja parfaitement en place et portée par un Pau Gasol, plusieurs tons au dessus de ses adversaires avec 28 points. En revanche, chez les Tricolores, la star NBA, Tony Parker, a été parfaitement muselée par la défense du jeune prodige Ricky Rubio, bien aidé par ses intérieurs sur les pénétrations du meneur des Spurs.Pietrus: "On n'est pas morts et on garde la tête haute"Ce dernier, beau joueur, reconnaissait d'ailleurs la supériorité adverse après le match. "Il faut être réaliste. On veut rêver mais on est encore loin du haut niveau mondial. On est tombé sur plus fort que nous, il n'y a pas eu photo. Ils ont toutes les armes", explique ainsi TP. Si les joueurs ont parfois parlé de médaille, l'objectif principal de cette équipe de France encore convalescente reste une qualification pour le Mondial 2010 en Turquie. "Il ne faut pas se tromper d'objectif. Nous, c'était d'abord de nous qualifier pour le Mondial et on est encore en lice. On n'est pas morts et on garde la tête haute", souligne ainsi Florent Pietrus.Il faudra pour cela remporter l'un des deux derniers matches de classement et s'assurer une place dans les sept premiers, ce que les Bleus s'étaient montré incapables de faire il y a deux ans lors de l'Euro 2007, alors qu'un billet pour Pékin était en jeu. Une chute de concentration que ne veut pas envisager Parker: "C'est différent d'il y a deux ans. En 2007, on était vraiment déçus car on pensait qu'on était les plus forts. Là, il n'y a rien à dire". Pour son entraîneur, une qualification serait bénéfique pour l'avenir lorsque l'on sait que Joakim Noah et Mickaël Pietrus sont susceptibles de rejoindre les rangs. "On peut être confiant pour la suite mais à condition d'aller au Mondial. Ne pas se qualifier serait une catastrophe", conclut Vincent Collet.