Real-Barça, un trophée à la clé

  • A
  • A
Real-Barça, un trophée à la clé
@ Capture d'écran As/Marca
Partagez sur :

COUPE DU ROI - Les meilleurs ennemis du foot espagnol s’affrontent mercredi (21h30) en finale.

Acte II ou la fierté nationale. Après le match nul samedi en Liga (1-1), le Real Madrid et le Barça se retrouvent mercredi soir (21h30) à Valence, en finale de la Coupe du Roi. Cette fois, pas de calcul, pas de match nul. "Il n’y aura qu’une équipe qui repartira avec la coupe", comme l’a résumé très logiquement José Mourinho, le coach du Real. Europe1.fr analyse pour vous les clés de la rencontre.

Capital pour le Real. La pression est bien sur les épaules du Real Madrid. Et pour cause : les Merengue n'ont plus remporté ce trophée depuis 1993. "Le Real ne peut pas se permettre le luxe de ne pas le gagner 17 ans d'affilée",a annoncé le capitaine madrilène Iker Casillas. Si on rajoute à ça la "manita" (5-0) au Nou Camp en novembre dernier et un championnat quasiment acquis à la cause du Barça, la pression est bien sur les Madrilènes et sur leur entraîneur, José Mourinho. Le journal Marca lui a d’ailleurs adressé un message plutôt explicite à sa Une : "Mou, c’est pour ça qu’on t’a acheté".

Le retour de Puyol. Depuis quelques semaines, le Barça joue moins bien. Que les fans des Blaugrana se rassurent, les Catalans restent toujours maîtres de la possession de balle. Mais l’équipe de Pep Guardiola a notamment laissé entrevoir quelques faiblesses en défense. Des errances en grande partie dues à l’absence de Carles Puyol, la capitaine des Barcelonais. Samedi soir, il a effectué son grand retour à Madrid avant de sortir, une nouvelle fois, sur blessure. Pep Guardiola a laissé planer le doute sur sa titularisation. Mais sa hargne et son expérience pourraient être décisifs mercredi soir.

La nouvelle tactique de Mou. Dans la foulée de son septième sacre à Monte-Carlo, Rafael Nadal avait pris la défense de José Mourinho, raillé pour sa tactique plus défensive samedi à Santiago Bernabeu. "Après le 5-0 au Camp Nou, il fallait changer quelque chose", a expliqué "Rafa", grand fan des Merengue. "C'est logique. Toutes les équipes qui ont essayé de jouer d'égal à égal avec le Barça ont souffert. La stratégie du Real était adéquate". Mou revient donc à la tactique qui lui a souvent servi dans le passé : une bonne grosse défense et un milieu récupérateur (Pepe) costaud, laisser l’adversaire attaquer et le surprendre en contre.

Pepe, l’anti-Messi. Dans le nouveau dispositif du coach portugais, le défenseur central, repositionné au poste de récupérateur va jouer le rôle du super-flic. C’est lui qui est chargé de couper toutes les relations entre Xavi, Iniesta et Messi. Suspendu il y a deux ans pour avoir "pris un joueur pour un punching-ball" lors d’un match, Pepe ne se pose pas trop de questions sur un terrain. S’il faut mettre le pied, plutôt deux fois qu’une. S’il faut jouer des épaules, le défenseur du Real n’est pas le dernier. Samedi, il a réalisé un très bon match. Il aura à cœur de récidiver mercredi en finale de la Coupe du Roi.

Benzema sur le banc. Après avoir martelé pendant plus de six mois la nécessité de trouver un avant-centre capable de marquer dans n’importe quelle position, "the special one" a revu ses plans. Mourinho a fait confiance à Karim Benzema mais le Français n’a pas été très percutant samedi dernier. Action-réaction : l’ancien Lyonnais débutera sur le banc à Valence. Tout comme Adebayor et Higuain, tout juste revenu de blessure. José Mourinho devrait titulariser Mesut Özil, dans un rôle de "fausse pointe", comme croit le savoir le quotidien Marca. L’Allemand sait dynamiter le jeu du Real et il a posé de gros soucis aux Catalans samedi dernier.

Clasico en direct, 930

© Montage REUTERS

Ronaldo VS Messi. Dans ce deuxième acte du clasico,les regards se tourneront une nouvelle fois sur le duel entre Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Samedi dernier, ils ont chacun inscrit leur pénalty mais le duel a accouché d'une souris. A sa Une, le journal As en demande davantage aux deux meilleurs joueurs du monde. Les fans du Barça et du Real ne sauraient le contredire

Les poulpes votent pour le Real. Après le succès de Paul le poulpe pendant la dernière Coupe du monde, l'aquarium Sealife de Benalmadena, dans le sud de l'Espagne, a décidé de relancer les paris des céphalopodes voyants. Iker avait vu juste samedi dernier : il avait prédit un match nul. Cette fois-ci, la petite pieuvre a annoncé une victoire du Real. Faîtes vos jeux…

Les équipes probables :

Real Madrid : Casillas, Marcelo, Ricardo Carvalho, Ramos, Arbeloa, Khedira, Pepe, Xabi Alonso, Özil, Di Maria, Cristiano Ronaldo

FC Barcelone : Pinto, Adriano, Mascherano, Piqué, Dani Alves, Busquets, Keita, Xavi, Iniesta, Messi, Villa