Real-Barça, avantage aux Merengue

  • A
  • A
Real-Barça, avantage aux Merengue
@ Montage Marca/Sport
Partagez sur :

COUPE DU ROI - Après son succès, le Real se tourne déjà vers la Ligue des champions.

Une vraie finale de coupe : un match très serré, des tacles à la limite du régulier, des prolongations, un trophée et des cotillons. Cristiano Ronaldo a offert mercredi la Coupe du Roi aux Madrilènes (1-0, a.p). Mais les deux équipes se projettent déjà sur les deux prochaines confrontations et la Ligue des Champions.

Mourinho, ce magicien. Le Real n’avait plus remporté de trophée depuis 2008. Mercredi, le quotidien Marca avait averti l’entraîneur portugais par un titre plutôt explicite : "Mou, c’est pour ça qu’on t’a acheté". Message reçu cinq sur cinq. Mercredi soir, il a réussi à offrir une coupe qui échappait aux Madrilènes depuis 1993. Ses méthodes sont contestables et contestées mais elles fonctionnent. Ses joueurs lui ont tous rendu hommage après la rencontre. Cristiano Ronaldo aux louanges : "Mourinho est la clé. C’est lui qui nous a donné un esprit de gagneur".

Avantage Ronaldo. On attendait un duel entre Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. L’Argentin a été moins génial que d’habitude. Percutant, le "lutin" blaugrana n’a jamais réussi à trouver la faille. La différence est là. L’attaquant du Real, lui, a offert la victoire aux siens grâce à une superbe tête. "Dans ce genre de matches, nous savions que le premier qui marquait gagnerait", a déclaré "CR7" après le match. Facile à dire quand on a la coupe entre les mains. En tout cas, Ronaldo a prouvé qu’il savait être décisif. Un avantage considérable en vue de la demi-finale de la Ligue des champions.

Et maintenant ? Le journal sportif pro-catalan Sport a minimisé l’importance de la victoire du Real à sa Une : "A vous la coupe, à nous le championnat". Et de sous-titrer : "et maintenant la Ligue des champions". En gros, un trophée chacun, la balle au centre. Désormais, les deux meilleurs ennemis du foot espagnol vont disputer la "belle" dans la plus prestigieuse des compétitions. Mais la confiance a peut-être changé de maillot. Après la déculottée au Camp Nou (5-0) en novembre dernier et la mainmise du Barça en championnat, personne ne voyait le Real capable de changer la donne. Mais avec cette victoire en finale de la Coupe du Roi, les socios du Barça doivent être plus inquiets. A vos agendas, réservez vos soirées : mercredi 27 avril et mardi 3 mai, ce sont les actes III et IV du clasico.

Zidane plutôt confiant. Dans le stade de Valence, Zinédine Zidane n’a pas loupé une miette du match. Ancien joueur madrilène,"Zizou" est aujourd’hui ambassadeur du Real et conseiller du président Florentino Perez. Juste après la rencontre, Zidane a d’abord fait du Zidane. Tout en humilité :"on peut dire que c’est les deux meilleures équipes qui se sont rencontrées en finale".Mais l’ancien numéro 10 des Bleus n’a pu cacher plus longtemps son bonheur : "C’est une grande satisfaction avant la double confrontation qu’on va avoir pour la Ligue des champions. C’est bien d’avoir gagné psychologiquement. Ça veut dire que c’est possible de gagner contre Barcelone".

Une sale nuit pour la coupe.Après leur victoire (1-0 a.p), les Madrilènes sont rentrés en car vers la capitale. Plus de 150.000 personnes attendaient les joueurs pour célébrer le premier trophée du club depuis 2008. Vers 4 heures du matin, les fans du Real ont aperçu leurs joueurs à l’angle de la place Cibeles. Pendant plus d’une heure, les joueurs ont fait la fête avec leurs supporters. Et la coupe en a fait les frais. Dans un geste plutôt maladroit, Sergio Ramos a fait tomber la coupe avant que le bus ne l’écrase. Une bourde qui a beaucoup amusé Karim Benzema.