Réactions-Voeckler: "J'ai caressé le rêve"

  • A
  • A
Réactions-Voeckler: "J'ai caressé le rêve"
Partagez sur :

Thomas Voeckler, pendant dix jours en jaune sur ce Tour de France, ne connaîtra pas la joie de monter sur le podium dimanche à Paris. Bien qu'ayant réalisé un super chrono à Grenoble, le Français, treizième de la 20e étape, va terminer à la quatrième place du classement général. Et le leader d'Europcar nourrit quand même quelques regrets. A1berto Contador va lui céder son titre à Cadel Evans et se réjouit pour l'Australien.

Thomas Voeckler, pendant dix jours en jaune sur ce Tour de France, ne connaîtra pas la joie de monter sur le podium dimanche à Paris. Bien qu'ayant réalisé un super chrono à Grenoble, le Français, treizième de la 20e étape, va terminer à la quatrième place du classement général. Et le leader d'Europcar nourrit quand même quelques regrets. A1berto Contador va lui céder son titre à Cadel Evans et se réjouit pour l'Australien. Thomas Voeckler (Europcar, 13e de l'étape, 4e du classement general) "J'ai tout donné aujourd'hui, mais je savais que c'était perdu. C'est hier que j'ai perdu le podium du Tour. Après coup on a réalisé qu'on avait fait une erreur en roulant seul derrière Contador et Andy Schleck dans le Télégraphe et le Galibier. Mais c'est facile à dire après, beaucoup moins quand on est dans la course. Ce que je retiens c'est que l'équipe Europcar a failli disparaître l'année dernière, et on fait tous un super Tour. Le maillot jaune ? Je suis un peu déçu parce que j'ai caressé le rêve. Physiquement, ça va à peu près honnêtement. Par contre, dans la tête, je suis à bout. Toutes les sollicitations, la pression, ça a été super lourd à porter. Et Pierre Rolland avec le maillot blanc c'est bien, ça nous fera une tournée de bière en plus ce soir." Alberto Contador (Saxo Bank, 3e de l'étape, 5e du classement general) "Je suis content, j'avais de bonnes sensations dans ce contre-la-montre. Hier (à l'Alpe d'Huez, ndlr), c'était vraiment une journée difficile, du coup j'avais un peu mal aux jambes au début, mais ça allait de mieux en mieux. On ne peut pas toujours gagner, j'ai essayé de faire du mieux possible sur ce Tour. Cadel Evans mérite de gagner le Tour de France. Il a beaucoup travaillé pour ça, il a fait une très belle course. Il n'a pas fait beaucoup d'erreurs et son équipe a bien travaillé." Tony Martin (HTC Highroad, vainqueur de l'étape) "Je savais que je pouvais gagner ce contre-la-montre quand j'ai passé la ligne, même si Evans est assez proche au final. Je suis vraiment très heureux. J'étais venu pour faire une place au classement général mais je n'ai pas réussi à suivre les meilleurs dans la montagne. C'est une très grande fierté d'avoir pu m'illustrer quand même, cela fait longtemps que je voulais remporter une étape sur le Tour de France. C'est une grande journée pour moi." Rolland: "Je me suis transcendé, c'est grâce au maillot" Jean-Christophe Péraud (AG2R-La Mondiale, 6e de l'étape, 10e du classement général) "Je suis très content de mon résultat sur ce contre-la-montre. Je n'avais pas sorti un chrono comme celui-ci depuis Paris-Nice. La forme n'était pas si mauvaise et la motivation aidant j'ai réussi à accrocher une belle place aujourd'hui. Mon objectif au départ en Vendée était d'entrer dans le Top 10 au classement général. C'était peut être un objectif un peu ambitieux mais je l'ai réalisé ! Je suis heureux d'avoir participé pour la première fois au Tour de France et c'est une satisfaction que de le terminer. Si je n'y avais pas pris part je crois que ça serait resté une frustration dans ma carrière de cycliste. J'ai découvert la plus grande course au monde et je suis fier de la terminer au 10e rang." Pierre Rolland (Europcar, 21e de l'étape, porteur du maillot blanc) "J'ai réussi, je suis maillot blanc, je vais être sur le podium des Champs-Elysées demain. Il y a quatre maillots sur le podium à Paris, et j'en ai un. C'est le plus beau jour de ma carrière, avec hier (victoire à l'Alpe d'Huez, ndlr). Ma qualité première, c'est la récupération. Sur le papier, il (Rein Taaramae) était plus fort que moi. Mais, j'étais plus frais que lui sur les quatre derniers jours. Je me suis transcendé, c'est grâce au maillot." Christian Prudhomme (directeur du Tour de France) "Je suis très content de la victoire d'Evans. Il avait échoué deux fois avec deux deuxièmes places, cette fois il a dominé largement le chrono. Il a souvent eu une réputation, pas méritée, de coureur en retrait. Là, il s'est battu partout, il a pris les choses en main dans le Galibier comme un champion. C'est un coureur intelligent, c'est la consécration de toute une carrière. Il y a eu du suspense jusqu'au bout, de l'émotion, des larmes, ça a été trois semaines très, très, très pleines."