Réactions-Feillu: "Forcément déçu"

  • A
  • A
Réactions-Feillu: "Forcément déçu"
Partagez sur :

Deuxième de l'étape, Romain Feillu a failli créer la sensation à Redon ce lundi mais a dû s'incliner face à la vélocité de Tyler Farrar au sprint. Logiquement déçu, le Français y voit des raisons d'espérer pour la suite. Longtemps échappé avec quatre autres coureurs, Maxime Bouet a lui été repris à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée. Mais pas de frustration pour le jeune coureur d'AG2R La Mondiale, qui a fait du tempérament offensif sa marque de fabrique et ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.

Deuxième de l'étape, Romain Feillu a failli créer la sensation à Redon ce lundi mais a dû s'incliner face à la vélocité de Tyler Farrar au sprint. Logiquement déçu, le Français y voit des raisons d'espérer pour la suite. Longtemps échappé avec quatre autres coureurs, Maxime Bouet a lui été repris à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée. Mais pas de frustration pour le jeune coureur d'AG2R La Mondiale, qui a fait du tempérament offensif sa marque de fabrique et ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Romain Feillu (Vacansoleil, deuxième de l'étape): "C'est un mélange de satisfaction et de déception. Je suis heureux de pouvoir rivaliser avec les meilleurs, mais je suis forcément déçu de manquer de si peu une victoire d'étapes. J'ai souvent cumulé les places d'honneur sur le Tour, j'ai déjà fini deux fois troisième, trois fois cinquième, ça en fait une de plus. Mardi, le Mûr-de-Bretagne, c'est un peu trop dur pour moi, mais j'espère avoir encore d'autres occasions de briller. Il y aura l'étape à Lisieux, Châteauroux et pourquoi pas dans le Massif Central ou entre les Pyrénées et les Alpes, voire même sur les Champs-Elysées. Je suis très motivé à l'idée de poursuivre sur cette lancée". Maxime Bouet (AG2R La Mondiale, l'un des cinq échappés du jour): "C'était cause perdue, les HTC-Highroad ont mené un train infernal, une fois que l'on était à 30-40 secondes, c'était fini. J'espérais un coup de bordure de la HTC qui aurait pu désorganiser le peloton, mais ça n'a pas eu lieu. Aujourd'hui, je voulais montrer le maillot, me mettre en jambes pour ce Tour 2011. Maintenant, je vais essayer de prendre des échappées et d'aller au bout. Peut-être pas demain (mardi), mais le week-end prochain. Il y a beaucoup de personnes qui me voyaient dans les échappées après mon bon championnat de France. J'ai dit que je voulais attendre le week-end prochain pour me jeter dans les échappées. Mais voilà, on est à la troisième étape et j'étais échappé. C'est un peu comme lors de mon premier tour il y a deux ans avec l'arrivée à la Grande-Motte. J'avais dit que j'attendrais un peu pour mon premier Tour, mais dès la troisième étape, en partant de Marseille, j'ai attaqué dès le départ. C'est plus fort que moi. L'objectif de Vincent Lavenu (son manager) et d'AG2R La Mondiale, c'était de s'échapper dans la première semaine. Dès samedi lors de la première étape, au kilomètre zéro, j'étais bien placé, j'avais envie de m'échapper. Je n'ai pas pu me retenir plus de trois jours. C'était une belle échappée avec de bons rouleurs. Ça s'est vu quand on a repris près d'une minute à un moment. Quand vous êtes avec Nicki Terpstra (Quick-Step), José Ivan Gutierrez (Movistar), Michael Delage (FDJ), ça ne peut être qu'une belle échappée". Michael Delage (FDJ, l'un des cinq échappés): "C'était la première échappée du jour, on n'avait plus qu'à tenir un petit rythme pour garder notre avance. On a compté huit minutes d'avance maximum à 110 km de l'arrivée, c'était difficile, voire impossible. Il aurait fallu des circonstances de course. Une chute ou une cassure pour espérer quelque chose. Je ne connaissais pas le règlement pour la montagne (en cas d'égalité entre plusieurs coureurs, l'un des points de règlement favorise le mieux placé au classement général) . Du coup, j'ai tenté ma chance. Les autres coureurs n'allaient pas très vite au sprint, autant en profiter" Philippe Gilbert (Omega Pharma-Lotto, maillot à pois et 20e de l'étape): "C'était une étape chaude et rapide. Le plus important pour nous était d'éviter les cassures. C'est ce qu'on a fait aujourd'hui. C'était difficile malgré tout, car il y avait pas mal de vent. Quand j'ai vu à deux kilomètres de l'arrivée, que j'étais bien placé, je me suis dit que j'allais disputer le sprint pour marquer quelques points au passage. Je n'ai toutefois pas voulu prendre trop de risque. Pour mardi au Mûr-de-Bretagne, j'en ai parlé avec Contador. Il veut aller chercher des secondes. Ça peut être un allié". Thor Hushovd (Garmin-Cervélo, maillot jaune): "Ce matin, nous avions deux objectifs, défendre le maillot jaune et essayer de remporter l'étape. On a réussi à faire les deux. On a parfaitement défendu le maillot jaune toute la journée en étant à l'avant du peloton toute la journée. Pour le sprint, c'est David Millar et Julian Dean qui devaient lancer Tyler Farrar. Dans le dernier virage, j'ai vu qu'il était bien parti pour gagner, j'ai donc mis les gaz. Julian a pris le relais et Tyler a parfaitement fini le travail".