Réactions-F. Schleck: "On a écrit l'histoire"

  • A
  • A
Réactions-F. Schleck: "On a écrit l'histoire"
Partagez sur :

Même s'ils n'ont pas réussi à gagner le Tour de France, Andy et Frank Schleck, premier et deuxième dauphins de Cadel Evans, sont satisfaits de leurs performances. Le cadet des deux frangins luxembourgeois, sur la deuxième marche du podium pour la troisième année consécutive, donne déjà même rendez-vous l'an prochain. Pour Alberto Contador, vainqueur sortant, il n'y a aucun regret à avoir tant l'enchaînement Giro-Tour de France était compliqué.

Même s'ils n'ont pas réussi à gagner le Tour de France, Andy et Frank Schleck, premier et deuxième dauphins de Cadel Evans, sont satisfaits de leurs performances. Le cadet des deux frangins luxembourgeois, sur la deuxième marche du podium pour la troisième année consécutive, donne déjà même rendez-vous l'an prochain. Pour Alberto Contador, vainqueur sortant, il n'y a aucun regret à avoir tant l'enchaînement Giro-Tour de France était compliqué. Frank Schleck (Leopard-Trek, troisième du classement général) "Nous sommes très fier, on a écrit l'histoire. Bien sûr on n'a pas gagné le Tour, mais on n'a pas de regrets. Deux frères sur le podium, c'est magnifique. Une belle récompense pour une équipe née il y a six mois. C'est aussi une performance en hommage à Wouter Weylands (décédé en mai dernier sur les routes du Giro, ndlr)." Cadel Evans (BMC, lauréat du maillot jaune) "J'ai un peu de mal à réaliser. Beaucoup de gens croyaient en moi, je croyais aussi en moi, j'ai voulu vraiment profiter de ma victoire au max. J'ai tenté de remporter le Tour pendant plusieurs années. Cette victoire est le fruit d'un long travail, jour après jour. C'est vraiment quelque chose que j'attendais. Hier, c'était peut-être le meilleur jour de ce Tour de France pour moi au niveau de la forme. C'était pourtant difficile après les Alpes où j'ai beaucoup travaillé." Andy Schleck (Leopard-Trek, deuxième du classement général) "L'étape du Galibier est la plus belle victoire de ma carrière, je n'oublierai jamais. Je l'ai gagnée avec la manière. Je suis très content d'être deuxième de ce Tour de France. Cadel mérite la victoire, mais il sait bien que je reviendrai pour gagner. Il y a 180 coureurs qui veulent gagner le Tour. Bien sûr je suis déçu car j'avais le maillot hier et je voulais le défendre. Mais je suis tout de même content d'être sur le podium avec mon frère." Samuel Sanchez (Euskaltel, lauréat du maillot à pois et sixième du classement général) "C'est vraiment un maillot qui coûte très cher, j'ai laissé beaucoup d'énergie pour le remporter. C'est incroyable d'être à Paris et de partager ce moment avec ma famille. Tout s'est très bien passé, même pour l'équipe qui a obtenu de belles places d'honneur." Contador: "On ne peut pas gagner à chaque fois" Alberto Contador (Saxo Bank, cinquième du classement général) "C'est la deuxième fois que je ne suis pas sur le podium. J'ai fait le maximum sur ce Tour, je n'ai pas de regrets. C'est très différent d'arriver à Paris avec le maillot jaune, mais on ne peut pas gagner à chaque fois. Je suis content mais j'étais trop fatigué après le Tour d'Italie. Evans est un beau vainqueur, un bon coureur, il n'est peut-être pas spectaculaire mais très efficace." Philippe Gilbert (Omega Pharma Lotto, vainqueur d'une étape) "Je n'ai pas attaqué, mais j'ai emmené le peloton pour Greipel. Au moment où je m'écarte à un kilomètre de l'arrivée, j'ai vu qu'il était un peu trop loin et il a dû produire un effort trop important et termine troisième au final. Ce Tour a réservé beaucoup de suspense. Cavendish est le meilleur sprinteur du monde et il le prouve chaque année. Cette fois, il a mieux passé la montagne que les autres années, cela lui a permis d'être performant et de gagner des points là où il ne les aurait pas gagnés habituellement." John Lelangue (directeur sportif de l'équipe BMC) "C'est une belle journée pour toute l'équipe et Cadel. Nous sommes arrivés au terme de notre projet, initié avec Cadel Evans en 2008. On a fait beaucoup de stages en altitude, travailler le contre-la-montre par équipes. Aujourd'hui, cette victoire consacre le travail d'un grand professionnel. Hier, je n'ai pas voulu laisser éclater ma joie avant qu'Andy Schleck ne passe la ligne, par respect pour ce champion." Dominique Arnould (directeur sportif d'Europcar) "On a vécu un Tour fabuleux avec dix jours en jaune, un maillot blanc et une victoire d'étape. Il faut rappeler que cinq Français figurent dans le top 15. Je garde en mémoire l'image de Luz-Ardiden, et l'arrivée de Pierre Rolland au côté de Thomas Voeckler. C'était extraordinaire de sauver le maillot jaune sur cette étape. On ne pensait pas le garder au matin de l'étape de l'Alpe-d'Huez." Kim Andersen (directeur sportif de l'équipe Leopard-Trek) "Après seulement six mois d'existence pour l'équipe, je suis content d'être sur le podium, on a fait un bon Tour. Cela n'a pas toujours marché comme on voulait, mais nous sommes la seule équipe à avoir tenté quelque chose. Nous n'avons pas de regrets, nous sommes très contents, et Cadel Evans a fait un super chrono. Chapeau à lui." Bernard Hinault (cinq fois vainqueur du Tour de France) "Cadel Evans a fait ce qu'il fallait, il a pris l'initiative de la course dans le Galibier et l'Alpe-d'Huez. Il est revenu quand il fallait. Au contre-la-montre, il fait presque jeu égal avec Tony Martin, grand spécialiste. Il faudra qu'Andy Schleck change sa manière de courir pour creuser davantage les écarts dans la montagne. Il lui manque un peu de puissance pour gagner le Tour."