Réactions-Abalo: "Un super match"

  • A
  • A
Réactions-Abalo: "Un super match"
Partagez sur :

Voici les principales réactions des acteurs de France-Espagne (30-23), match comptant pour la quatrième journée du premier tour du Championnat du monde.

Voici les principales réactions des acteurs de France-Espagne (30-23), match comptant pour la quatrième journée du premier tour du Championnat du monde. Luc Abalo (ailier de l'équipe de France) "C'est un super match et c'est une bonne chose de faite. On a vraiment été bons sur l'homme aujourd'hui en défense. Ils ont eu du mal à trouver des solutions offensivement et à la fin on a vu qu'ils étaient épuisés. Il faut continuer comme ça, sur cette lancée. Continuer d'être rigoureux et sérieux, bien commencer les matches et durcir en défense. En défense on est vraiment bien. Demain contre l'Espagne ce sera sans doute plus difficile, on sait qu'ils jouent beaucoup autour du pivot. On verra comment on répondra à ces problèmes-là. Mais ce soir on peut être satisfait." Claude Onesta (sélectionneur de l'équipe de France) "C'était de toute évidence un gros test. Et un test c'est fait pour être réussi. Je pense qu'on a fait le match que l'on voulait faire avec une solidité défensive qui, assez vite, les a mis en difficulté puis les a fait exploser. Et une équipe qui perd toutes solutions en attaque est une équipe qui doute. Plus le match avançait et plus la différence devenait évidente. Ils ont perdu le combat tactique, ils ont perdu le combat physique. Mis à part les six ou sept dernières minutes qui étaient une péripétie car on cherchait surtout à ne pas se blesser, je crois qu'on a fait un vrai gros match. On sentait avant la rencontre que personne ne faisait le malin, on entendait le silence dans le vestiaire. Je vous dis souvent que pour gagner une grande compétition il faut avoir une équipe expérimentée, je pense que c'est ce qui manque à cette équipe d'Allemagne. Ils ont des joueurs de talent à tous les postes mais il leur manque cette habitude de jouer ensemble. Et notre défense quand elle est comme aujourd'hui c'est une pieuvre. Qui mange à la fois les actions mais aussi progressivement le cerveau de nos adversaires..." Michaël Guigou (ailier de l'équipe de France) "C'était le gros test. On n'avait pas trop de repères avec les nombreux changements qu'il y a eu dans l'équipe ces derniers temps. Pas en match officiel en tout cas. On savait que ça allait être dur. Que le public serait beaucoup plus pour les Allemands. Ce sont des joueurs qui évoluent en Bundesliga et qui avaient fait un très bon match contre l'Espagne. On s'attendait vraiment à un match très difficile. On n'a pas trop le choix sur la dépense physique, on a deux gros matches à jouer coup sur coup. On a quand même pu faire souffler certains joueurs sur les dix, quinze dernières minutes. Et en deuxième période il y avait quand même moins d'intensité." Thierry Omeyer (gardien de l'équipe de France) "On a répondu présent. Il est vrai que l'on attendait tous ce match. On sentait avant qu'il était différent dans l'approche des trois premiers. On savait qu'il fallait que l'on sorte un gros match, et on a été très performant dans tous les secteurs. Je ne pense pas que l'on puisse faire de calculs en disant que les Allemands ont perdu de peu contre l'Espagne et que nous on les a battus avec une plus grande marge. Les Espagnols ce sera différent. Il faudra sortir un autre gros match. Ce soir on a senti au début que les deux équipes s'observaient puis on a réussi à creuser l'écart en fin de première période. On a de la confiance, on avait été bon lors des trois premiers matches et battre l'Allemagne comme ça c'est vraiment bien. On sait très bien pour autant qu'il ne faut pas s'enflammer après avoir réussi un gros match dans une telle compétition." Xavier Barachet (arrière de l'équipe de France) "Les trois premiers matches de la compétition ont servi, entre guillemets, de mise en jambes. Ça a permis à ce que tout le monde soit en confiance et prenne ses marques dans cette équipe. On attaque les gros morceaux avec de la confiance et personne ne tremble. Demain on passera un deuxième gros test et il nous faudra aussi répondre présent pour battre l'équipe d'Espagne."