Rapides comme des Leopard

  • A
  • A
Rapides comme des Leopard
Partagez sur :

Les Leopard-Trek ont brillé sur un terrain de jeu qui leur convient bien, le contre-la-montre par équipes, lequel faisait office, samedi, de première étape du Tour d'Espagne. La formation luxembourgeoise a été la plus rapide pour boucler les 13.5 kilomètres du tracé de Benidorm, en Andalousie, devançant la Liquigas du tenant du titre Vincenzo Nibali et la HTC-Highroad. Jakob Fuglsang est le premier leader de cette 66e Vuelta.

Les Leopard-Trek ont brillé sur un terrain de jeu qui leur convient bien, le contre-la-montre par équipes, lequel faisait office, samedi, de première étape du Tour d'Espagne. La formation luxembourgeoise a été la plus rapide pour boucler les 13.5 kilomètres du tracé de Benidorm, en Andalousie, devançant la Liquigas du tenant du titre Vincenzo Nibali et la HTC-Highroad. Jakob Fuglsang est le premier leader de cette 66e Vuelta. La locomotive Cancellara a bien servi. Boostés par leur moteur suisse, spécialiste parmi les spécialistes du contre-la-montre, les Leopard-Trek ont enlevé, samedi, le chrono par équipes de Benidorm qui faisait office de première étape de la Vuelta 66e du nom. Sur un parcours de 13.5 kilomètres baigné par le chaud soleil andalou, l'équipe luxembourgeoise des frères Schleck, absents en Espagne, a maîtrisé l'exercice bouclé en 16 minutes et 30 secondes. Le plus prompt à franchir la ligne d'arrivée, le Danois Jakob Fuglsang est le premier porteur du maillot rouge de leader, une première pour lui sur un grand Tour. Si les écarts sur une si faible distance ne pouvaient se révéler très conséquents, il y a au soir de cette première levée des gagnants et des perdants au sein des favoris pour le classement général. Premier grand vainqueur, le tenant du titre Vincenzo Nibali qui, avec ses équipiers de Liquigas, a pris une épatante deuxième place à quatre secondes seulement des Leopard-Trek. Le Sicilien se place donc le mieux parmi les candidats à sa propre succession. On ne peut pas en dire autant par exemple de trois grands malheureux du Tour de France, Bradley Wiggins, relégué à la 20e place avec le Team Sky à 42 secondes de la gagne, et du duo Klöden-Brajkovic seulement 14e à 29 secondes d'un exercice que la RadioShack semblait pourtant pouvoir gagner. Mais la scoumoune semble ne pas encore laissé tranquille l'équipe américaine, Brajkovic devant descendre de sa machine après une dizaine de mètres pour régler sa roue arrière... Denis Menchov, double vainqueur de la Vuetla, et Carlos Sastre n'ont pas non plus de quoi sourire samedi soir avec pour leur squad Geox une avant-dernière place à 43 secondes de la meilleure équipe. Si bien que Jürgen Van den Broeck, 8e avec Omega-Pharma, Joaquim Rodriguez, 10e avec Katusha, Igor Anton, 12e avec Euskaltel, et Michele Scarponi, 16e avec Lampre, peuvent se montrer satisfaits d'avoir bien limité la casse. Ces derniers, bien meilleurs grimpeurs que rouleurs, auront suffisamment d'occasions durant les trois semaines à venir pour prendre de la hauteur. La montagne attendue dès mardi avec l'arrivée en altitude à Sierra Nevada.