Ramzi dopé, Baala médaillé ?

  • A
  • A
Ramzi dopé, Baala médaillé ?
Partagez sur :

Après Davide Rebellin mardi, c'est au tour de Rashid Ramzi de se voir accuser de s'être dopé durant les Jeux Olympiques de Pékin. Si l'information est confirmée, l'athlète d'origine marocaine, positif à l'EPO CERA, serait déchu de son titre olympique et Medhi Baala récupèrerait la médaille de bronze.

Après Davide Rebellin mardi, c'est au tour de Rashid Ramzi de se voir accuser de s'être dopé durant les Jeux Olympiques de Pékin. Si l'information est confirmée, l'athlète d'origine marocaine, positif à l'EPO CERA, serait déchu de son titre olympique et Medhi Baala récupèrerait la médaille de bronze.Medhi Baala ne se sera peut-être pas arraché pour rien. Coupable d'avoir lancé son sprint trop tardivement lors de la finale du 1500 mètres des Jeux, le Strasbourgeois avait échoué à quelques centimètres du Néo-Zélandais Nicholas Willis, et avait vécu le podium olympique en simple spectateur. Il aura finalement une maigre consolation, tout comme le Kenyan Augustine Kiprono qui deviendrait champion olympique. Car le vainqueur de l'épreuve, Rashid Ramzi, a été désigné ce mercredi comme l'un des six cas positifs à l'EPO CERA enregistrés pendant ces Jeux. L'information a été confirmée par le Sheikh Ahmed bin Hamad al-Khalifa, président du Comité olympique bahreïnien.Ce test fait suite à une décision du CIO de lancer en octobre des analyses supplémentaires sur près d'un millier d'échantillons d'athlètes olympiques, après la mise au point de deux nouveaux tests de détection, dont celui de l'EPO CERA, le produit dopant en vogue sur le Tour de France 2008. Outre les cyclistes Davide Rebellin et Stephan Schumacher, le troisième athlète est donc le champion olympique du 1500 mètres, qui fut au passage le premier et seul médaillé olympique de l'histoire de Bahreïn. Le royaume du golfe persique repart désormais au point départ.Un entraîneur impliqué dans plusieurs affaires de dopageLe contrôle positif de Rashid Ramzi, marocain d'origine et naturalisé en 2002, n'est malheureusement pas une surprise. Le demi-fondeur est en effet depuis longtemps dans le viseur des instances de lutte contre le dopage. Mystérieux dans sa préparation, il est apparu à très peu de reprise en meeting pour finalement claquer une grosse performance dans le Nid d'Oiseau pékinois. Il est en outre entraîné par le sulfureux Khalid Boulami, impliqué dans de nombreuses affaires de dopage. Le double-champion du monde à Helsinki en 2005 (800m-1500m), est désormais convoqué, sûrement le 8 mai, dans un laboratoire français agréé par le CIO, pour l'ouverture de l'échantillon B. Il sera alors temps de rendre sa médaille de bronze à Medhi Baala.