Rambier: "Un bon cru"

  • A
  • A
Rambier: "Un bon cru"
Partagez sur :

Directeur technique du haut niveau, René Rambier a souvent un oeil assez critique sur les résultats de ses judokas. A l'issue des championnats du monde disputés à Bercy, il dresse un bilan des performances tricolores. Logiquement satisfait du bilan des féminines, il se montre plutôt indulgent avec les lourds mais a en revanche la dent plus dure pour Milous et les -66kg (Duprat et Larose).

Directeur technique du haut niveau, René Rambier a souvent un oeil assez critique sur les résultats de ses judokas. A l'issue des championnats du monde disputés à Bercy, il dresse un bilan des performances tricolores. Logiquement satisfait du bilan des féminines, il se montre plutôt indulgent avec les lourds mais a en revanche la dent plus dure pour Milous et les -66kg (Duprat et Larose). Que retenez-vous de cette dernière journée avec les compétitions par équipes ? La France tient son rang et peut être fière de ses équipes. C'est un très beau bilan avec les titres individuels et cela se termine en apothéose, avec les victoires sur les Japonais par équipes, ce qui est le but au niveau mondial. Quel bilan tirez-vous de ces Mondiaux chez les garçons? On peut mieux faire. Il y a des athlètes qui ne sont pas très loin, il y en a qui ont loupé leur championnat comme Milous qui peut évoluer à un autre niveau que ce qu'il a montré pour différentes raisons, il y a Pietri qui finit 5e, Schmitt aussi a été très bon. Certains ont été éliminés mais ils ont été à leur avantage comme Nour qui découvre le niveau international, c'est de bon augure. Par contre, il y a eu quelques déceptions comme les -66kg (Duprat et Larose) qui n'étaient pas à leur niveau. Quelle analyse faites-vous, hors Teddy Riner, des catégories de -100kg et +100kg ? Je ne suis pas trop déçu, certains se sont bien battus comme Fabre et Bataille. Maret, il n'y a pas trop eu de combat donc c'est difficile à juger. Malgré tout, ils avaient la possibilité d'aller plus loin. Ça fait partie du jeu. Disons qu'il y a des erreurs, ils ne sont pas très loin mais ce pas très loin veut dire beaucoup de travail, c'est ce qu'il faut se mettre en tête. Et pour les autres? En -73kg, Benjamin (Darbelet) a rencontré un des ténors de la catégorie (Isaev), le match a basculé en faveur du Russe, la concurrence avec Ugo (Legrand) sera bénéfique pour tout le monde, les -81kg (Schmitt et Pietri) ont été bons, pour les -90kg (Buffet et Dafreville) cela n'a pas été bien arbitrés mais ils n'ont pas fait le petit plus pour gagner même s'ils ont de réelles capacités. "On aura deux belles équipes olympiques" Pourquoi dites-vous que cela n'a pas été bien arbitré? Je pense notamment au match entre Dafreville et Ono, la pénalité est arrivée un peu tôt alors que je pense qu'il fallait laisser les combattants s'expliquer, il y avait déjà eu 5 minutes de combat et je ne comprends pas cette pénalité, je me trompe peut-être je ne suis pas arbitre. Il faut laisser les athlètes s'expliquer et que le meilleur gagne. Ono fait 3e derrière et Mathieu était dans un très bon jour. Après il reste du travail car ce sont des catégories extrêmement denses, je ne suis pas trop déçu par leur comportement et c'est important. Et du côté des féminines, je suppose que vous êtes satisfait ? Oui, le bilan collectif est bon. La France allie la jeunesse et l'expérience avec les anciennes que sont Emane et Décosse. Les jeunes comme Bonna, Pavia ou Agbegnenou, même si elle n'a pas été à son niveau, ne sont pas loin. Cette alchimie prend et se concrétise avec Tcheumeo. Et puis il y a encore Fred (Jossinet) qui fait partie des meilleures même si elle doute dans les phases finales, il faudra changer quelque chose pour que ça passe aux Jeux Olympiques. Qu'a-t-il manqué à ceux qui se sont manqués ? Il faut toujours viser l'or, ne pas se mettre de limite comme certains l'ont fait. Gneto, elle peut faire une médaille. Globalement, deux médailles de bronze de plus, cela n'aurait pas été de trop. Ce n'est pas qu'ils ne croient pas en eux mais ils n'ont pas montré tout ce qu'ils savent faire, ils ont même parfois été en dessous de leur niveau en raison d'un niveau de prise de risques trop faible. Il faut attaquer, après ça marche ou pas, c'est une autre histoire. Ils doivent comprendre que tout est possible. Cela implique une grosse année en vue des JO ? Il y a un an de travail pour les Jeux Olympiques, espérons qu'il y ait une ou deux médailles supplémentaires chez les garçons. Et avec une de plus chez les filles, cela aurait été excellent. Cela reste un très bon cru, des journées comme celle de vendredi je n'en ai pas connu beaucoup. C'est de bon augure, il y aura deux belles équipes olympiques. Je vais rencontrer les garçons la semaine prochaine puis, ensuite, les filles. Il y a des choses à leur dire. On va ensuite mettre une stratégie en place par catégorie, dans l'optique d'aller chercher le quota pour les Jeux, et aussi individualisée, différente pour ceux qui doivent aller chercher les points et pour ceux qui préparent déjà les Jeux Vous allez devoir faire beaucoup de choix en cette année olympique et rebooster certains ? Mon rôle, c'est de ne pas être content. Il faut être juste dans la dureté. Il faut mériter une sélection et ensuite l'honorer. La stratégie, ce n'est pas de qualifier toutes les catégories, de remplir des cases mais d'avoir des champions olympiques.