Rabaud: "Défendre le titre"

  • A
  • A
Rabaud: "Défendre le titre"
Partagez sur :

Il n'apparaît plus dans l'organigramme des World Series of Boxing. Alors que la direction technique nationale de la FFB se réorganise, Kévinn Rabaud a en effet passé le flambeau à John Dovi, qui devient ainsi l'entraîneur en chef du Paris United. Cela ne nous a pas empêché d'aller à sa rencontre avant la première journée des WSB, qui verra la franchise de Brahim Asloum, tenante du titre, accueillir les Istanbulls, vendredi soir, à Coubertin.

Il n'apparaît plus dans l'organigramme des World Series of Boxing. Alors que la direction technique nationale de la FFB se réorganise, Kévinn Rabaud a en effet passé le flambeau à John Dovi, qui devient ainsi l'entraîneur en chef du Paris United. Cela ne nous a pas empêché d'aller à sa rencontre avant la première journée des WSB, qui verra la franchise de Brahim Asloum, tenante du titre, accueillir les Istanbulls, vendredi soir, à Coubertin. Kévinn, quel est votre nouveau rôle au sein de la Fédération française de boxe ? C'est en cours de redéfinition. Par rapport à la démission de Dominique Nato, il y a toute la direction technique qui se réorganise. Là, on est sur une phase d'attente, de transition. Le nouveau DTN, monsieur Charles Dumont, vient d'être nommé. Avec lui, on va voir pour définir les missions de chacun. En tant qu'entraîneur national, vous étiez aux championnats du monde de Bakou. Que s'est-il passé là-bas pour que l'équipe de France ne ramène aucune médaille ? Il y a eu une lente dérive. On est entré dans une spirale négative. La même équipe pouvait, avec une autre dynamique, ramener des médailles. Il faut qu'on analyse précisément les causes de l'échec, parce qu'on n'est vraiment pas loin. Entre un échec comme celui-ci et quatre qualifiés, ce qui auraient pu paraître une réussite, il y a deux fois rien. Donc, il est très urgent d'analyser les causes dans la préparation à long, moyen et court terme de manière à ne pas le reproduire et à s'assurer cinq qualifiés pour les Jeux. On en a déjà trois (Rachid Azzedine, Jérémy Beccu et Alexis Vastine, ndlr). Si on en qualifie encore deux, voire trois, au tournoi de qualifications, on sera dans des normes fédérales. Moins bien qu'à Pékin, mais Pékin, c'était une moisson exceptionnelle (six qualifiés, ndlr). Pour avoir interrogé Nordine Oubaali avant les Mondiaux, je peux vous dire qu'il était sûr de ses forces. Comment expliquez-vous ce qui lui est arrivé ? Nordine était confiant, bien préparé, il s'était bien investi dans la préparation. Il était revenu dans la préparation un petit peu tardivement, puisqu'il a repris pour des raisons médicales qu'à la mi-juillet. C'est vrai qu'un mois et demi, deux mois pour préparer les championnats du monde, alors que d'autres ont cette perspective depuis plus de temps, c'est un petit peu court. Nordine est un des exemples des athlètes qui passent à rien. Il perd d'un point en huitièmes de finale, après avoir dominé tout le long du match. A un point près, il est qualifié et s'ouvre la porte des demi-finales éventuellement. C'est à nouveau une grosse déception pour une qualification olympique de Nordine, mais j'espère que lui en particulier se qualifiera lors du tournoi de qualifications d'Istanbul (en avril, ndlr). Jérémy Beccu a lui aussi était éliminé en huitièmes de finale. En revanche, par un heureux concours de circonstances, il s'est qualifié pour les JO. C'est une bonne surprise ? C'était un des athlètes outsiders. Il tombe face à un très bon Coréen en huitièmes de finale qui le bat. Jérémy avait fait une très belle compétition aux championnats d'Europe: quart-de-finaliste, il perd face au champion. Jérémy progresse et devra encore progresser pour être sur le podium aux Jeux Olympiques, parce qu'on a notamment chez les Asiatiques de très, très bons boxeurs dans sa catégorie (49 kg, ndlr), mais il est sur la bonne voie. Comment va Rachid Azzedine, qui s'était fracturé la mâchoire juste avant les Mondiaux ? Il va mieux. Il vient de reprendre, donc il peut à nouveau croiser les gants. Il entame sa préparation des Jeux Olympiques. Lui, de toute façon, n'aurait pas participé aux championnats du monde puisqu'il était déjà qualifié par le biais de la WSB. Y a-t-il des boxeurs qui feront l'impasse sur les WSB afin de se concentrer sur l'ultime tournoi de qualifications ? Les coaches définiront jusqu'à quel terme ils peuvent participer aux WSB pour, derrière, se consacrer à la qualification olympique. Priorité est donnée à la qualification olympique au niveau du staff France. Ils participeront à la WSB en fonction de la préparation du tournoi de qualifications. "Je serai leur premier supporter" Étant donné qu'il n'y a pas de qualifications olympiques au bout de ces WSB cette saison, quel est l'objectif du Paris United ? De défendre le titre chèrement acquis l'an dernier. C'est un des objectifs collectifs pour cette équipe. Ce sera difficile, ils le savent. Mais bon, ils sont tous motivés. Et, pourquoi pas, d'accrocher des finales individuelles. Même si la qualification olympique n'est pas au bout. Il y a du bon potentiel. Que connaissez-vous de ces Istanbulls ? L'équipe adverse a été remaniée. J'ai reconnu deux boxeurs: Selcuk (Eker, ndlr) et le 61 kg, le boxeur irlandais (David Oliver, ndlr) Joyce. Deux bons boxeurs. Selcuk avait été battu par John Joe (Nevin, ndlr) l'an passé, mais Joyce avait fait un très beau parcours en WSB. Il était arrivé en cours d'année dans les franchises turques, mais leur avait permis d'obtenir de très belles victoires. Il avait notamment battu en Turquie (Dominico, ndlr) Valentino, ce qui nous avait permis de récupérer des points intéressants pour la qualification en demi-finales. Pensez-vous que le Paris United est plus fort que lors de la première saison ? J'attends de les voir sur le ring demain (l'interview a été réalisée jeudi après-midi, ndlr) pour pouvoir m'exprimer là-dessus. C'est vrai qu'on avait les athlètes de renom de l'équipe de France l'an passé. Là, on a des athlètes qui ont un profil professionnel, ce sont deux choses totalement différentes. Mais, par rapport à l'équipe turque, j'ai bon espoir de les voir remporter ce match demain (vendredi, ndlr). Ce sera un match serré, qui se jouera à 3-2, mais je pense que ça penchera pour l'équipe de Paris United. Elle va vous manquer cette franchise parisienne ? Ce ne sont pas forcément les déplacements qui vont me manquer, mais le contact avec l'équipe, oui. Le Paris United a été une sacrée aventure l'an passé. Grand merci aux athlètes qui se sont donnés dans des conditions parfois difficiles. Il est clair que ça me manquera, il y a une part de stress qui me manquera. Mais, derrière, je serai leur premier supporter. Il n'y a pas de souci, je continuerai à les suivre.