Qui pour battre Cavendish ?

  • A
  • A
Qui pour battre Cavendish ?
Partagez sur :

Au sommet du sprint mondial depuis quatre ans, Mark Cavendish est annoncé comme le grand favori de la course en ligne des Mondiaux de Copenhague prévue dimanche. Le parcours extrêmement plat semble en effet convenir à merveille au sprinteur britannique, même si les concurrents ne manquent pas: Thor Hushovd, Edvald Boasson Hagen, Peter Sagan, Philippe Gilbert, Tyler Farrar, Oscar Freire...

Au sommet du sprint mondial depuis quatre ans, Mark Cavendish est annoncé comme le grand favori de la course en ligne des Mondiaux de Copenhague prévue dimanche. Le parcours extrêmement plat semble en effet convenir à merveille au sprinteur britannique, même si les concurrents ne manquent pas: Thor Hushovd, Edvald Boasson Hagen, Peter Sagan, Philippe Gilbert, Tyler Farrar, Oscar Freire... La succession de Thor Hushovd, qui a revêtu le maillot arc-en-ciel l'an dernier à Melbourne, est ouverte. Et au jeu des pronostics, Mark Cavendish remporte quasiment tous les suffrages. Encore une fois impressionnant cette saison lors des sprints massifs - il a notamment remporté deux étapes sur le Giro et cinq sur le Tour de France, qu'il a terminé avec le maillot vert sur les épaules -, le natif de l'île de Man compte bien décrocher le titre mondial. "Je suis confiant, je n'ai jamais été aussi en forme et j'ai la meilleure équipe possible. (il pourra notamment compter sur le soutien de gros rouleurs comme David Millar, Bradley Wiggins, Geraint Thomas, Christopher Froome) Il n'y a donc rien de plus que je puisse faire, ma seule inquiétude concerne les chutes a-t-il ainsi confié dans les colonnes du Guardian. Malgré une route un peu sinueuse dans les premiers kilomètres du circuit, long de 14 km, et une arrivée en léger faux-plat, le parcours convient parfaitement au Britannique, qui n'aura peut-être plus jamais une telle occasion de revêtir, à 26 ans, le maillot arc-en-ciel. "Vous ne pouvez laisser cela peser sur votre esprit. Il faut le prendre comme un point positif. Plutôt de dire que c'est peut-être la seule chance que j'aurai, je préfère penser que c'est la meilleure opportunité que j'ai eue jusqu'à présent", explique-t-il, comme pour évacuer la pression. Gilbert et Sagan pour dynamiter la course ? Les projecteurs étant braqués sur Cavendish, les autres spécialistes du sprint espèrent bien déjouer les pronostics et endosser la précieuse tunique. Tenant du titre, Thor Hushovd, qui a prouvé cette saison, notamment lors du Tour de France (deux étapes et sept jours en jaune), qu'il était encore au sommet de sa forme à 33 ans, rêve de conserver son titre. L'autre chef de file de la Norvège, Edvald Boasson Hagen, vainqueur cette année de la Vattenfall Cyclassics et de deux étapes de la Grande Boucle, est lui aussi un candidat au podium, tout comme l'Américain Tyler Farrar, également vainqueur d'une étape sur le Tour de France cet été. L'Allemagne pourrait elle aussi avoir son mot à dire en cas d'arrivée au sprint avec le puissant André Greipel, victorieux à Carmaux sur le Tour, et ses deux grands espoirs, Marcel Kittel et John Degenkolbg. L'Italie misera de son côté sur l'étoile montante du sprint transalpin, Sacha Modolo, alors que l'Espagne fait confiance à l'expérience d'Oscar Freire, 35 ans, qui, en cas de succès au Danemark, deviendrait le premier coureur de l'histoire à remporter quatre titres mondiaux, après ceux conquis en 1999, 2001 et 2004. Côté Français, Romain Feillu, Samuel Dumoulin, voire Anthony Ravard, tenteront de faire jouer leur pointe de vitesse pour créer la surprise. Enfin, si le parcours ne semble pas assez sélectif pour eux, Philippe Gilbert et Peter Sagan, les deux grands animateurs de la saison avec 33 victoires au compteur (18 pour le numéro un mondial belge, 15 pour le jeune prodige slovène), espèrent bien, grâce à leur talent de puncheur, dynamiter la course. Un registre dans lequel le clan tricolore aura aussi peut-être un coup à jouer avec Thomas Voeckler, Sylvain Chavanel et Yoann Offredo.