Quentin, le rêve brisé

  • A
  • A
Quentin, le rêve brisé
Partagez sur :

Il rêvait d'offrir une première Route du Rhum à l'ancien Paul-Ricard d'Eric Tabarly, Bertrand Quentin, 50 ans, ne pourra pas aller au bout de son défi: en raison de l'état de fatigue avancé du skipper de Côte d'Or II, victime d'une alerte cardiaque en mars dernier, la direction de course a décidé de procéder ce mardi matin à son hélitreuillage.

Il rêvait d'offrir une première Route du Rhum à l'ancien Paul-Ricard d'Eric Tabarly, Bertrand Quentin, 50 ans, ne pourra pas aller au bout de son défi: en raison de l'état de fatigue avancé du skipper de Côte d'Or II, victime d'une alerte cardiaque en mars dernier, la direction de course a décidé de procéder ce mardi matin à son hélitreuillage. "Son bateau va être difficile à mener s'il y a beaucoup de mer." Expert ès course au large, Thomas Coville, actuellement deuxième de la Route du Rhum derrière Franck Cammas, ne cachait pas un certain scepticisme dans le journal Libération daté de samedi à l'idée de voir Bertrand Quentin s'élancer à l'assaut de l'Atlantique sur Côte d'Or II. Certes, le skipper de Sodebo se réjouissait de voir ce passionné de 50 ans "construire une histoire, la sienne", comparant sa "démarche touchante" au "cavalier qui rêverait de monter Ourasi", mais il estimait que le challenge était éminemment relevé, tant cet ancien foiler, mis à l'eau en 1986 par Eric Tabarly, était bas sur l'eau, comparé aux machines dernier cri composant la classe Ultime. Et malheureusement pour Bertrand Quentin, qui avait réarmé ce plan Xavier Joubert moisissant depuis plusieurs années dans un champ à Hennebont, dans le Morbihan, dans le but de lui offrir enfin une première traversée de l'Atlantique, ce qu'il n'avait pu faire ni en 1986 sur la Route du Rhum (avarie de flotteur) ni un an plus tard sur La Baule-Dakar (chavirage), la mer a une nouvelle fois été la plus forte, avec des conditions apparemment trop difficiles pour un homme certes passionné mais qui avait eu une grosse alerte cardiaque au printemps dernier, au point d'être évacué en hélicoptère et hospitalisé en urgence à Rennes. Quentin: "Je ne vois plus rien, je n'ai plus de forces" Selon le communiqué de la direction de course, Bertrand Quentin, après moins de 48 heures de course, n'était plus en mesure de mener l'ancien Paul-Ricard, d'où la décision d'intervenir en urgence: "Ce mardi matin à 8h30, le docteur Jean-Yves Chauve, en collaboration avec le Centre de Consultation Médical Maritime de Toulouse informé régulièrement par le médecin de la course, a considéré que l'état de santé de Bertrand Quentin, qui ressentait un très grand état de fatigue et ne s'estimait plus en mesure de manoeuvrer, nécessitait son évacuation." Joint dans la matinée lors d'une vacation, l'intéressé avait confié de son côté: "Dès que je me lève, j'ai des troubles, je ne vois plus rien, j'ai des douleurs dans la poitrine, je n'ai plus de forces, ça m'a pris vers 1 heure du matin." Une situation jugée inquiétante qui a nécessité une décision rapide de la direction de course, surtout en raison des antécédents médicaux de Bertrand Quentin: "Il n'aurait pas ces antécédents, on serait plutôt en situation d'attente. Là, vu le contexte, on joue la sécurité à 150%, on préfère prendre des précautions, on ne voudrait pas que la situation puisse mal évoluer," a justifié le docteur Jean-Yves Chauve, médecin de la course. C'est donc dans la matinée qu'un hélicoptère des sauveteurs espagnols est arrivé sur la zone de Côte d'Or II, les secouristes ayant procédé à un électrocardiogramme du marin dans son bateau avant de l'hélitreuiller à 11h40 et de l'évacuer, vers l'hôpital de Burela, en Espagne. Triste épilogue pour un plaisancier passionné, qui, dans un long portrait que lui avait consacré L'Equipe dimanche, confiait n'avoir jamais avoir osé aborder de son vivant le premier propriétaire de ce Côte d'Or II, Eric Tabarly, et avoir "mangé ma [sa] retraite", pour se présenter au départ de la Route du Rhum 2010. Mais l'essentiel est bien que le marin ait été récupéré sain et sauf, quitte à vivre sa passion à distance... Quant au bateau, une expédition devrait rapidement être mise en place pour le récupérer...