Quels Bleus en Ukraine ?

  • A
  • A
Quels Bleus en Ukraine ?
Partagez sur :

En faisant part de son intention de procéder à de nombreux changements à l'occasion de la rencontre amicale entre l'Ukraine et la France lundi à Donetsk, Laurent Blanc a lancé un grand jeu de pronostics qui agite la presse française présente sur place. Si Mandanda est assuré d'être titulaire, l'incertitude concerne surtout les postes de milieux et d'attaquants. Revue de détail ligne par ligne.

En faisant part de son intention de procéder à de nombreux changements à l'occasion de la rencontre amicale entre l'Ukraine et la France lundi à Donetsk, Laurent Blanc a lancé un grand jeu de pronostics qui agite la presse française présente sur place. Si Mandanda est assuré d'être titulaire, l'incertitude concerne surtout les postes de milieux et d'attaquants. Revue de détail ligne par ligne. Gardien: Mandanda, fêtera sa 14e sélection C'est lui-même qui l'a annoncé. Préposé aux obligations médiatiques dans l'ultramoderne salle de conférence de presse du Donbass Arena, Steve Mandanda honorera sa 14e sélection face à l'Ukraine. A la question: "Votre présence signifie-t-elle que vous jouerez lundi ?", le portier marseillais, dont la dernière des treize sélections remonte au 26 mais 2010 et la réception du Costa Rica à Lens, a répondu: "Le coach ne vous a pas annoncé l'équipe ? J'ai été prévenu hier que je vais commencer la rencontre de demain. Je suis content de pouvoir jouer, ça fait plus d'un an que pas joué en équipe de France, je le prends avec énormément de plaisir." Et de pression ? "Pas du tout, c'est beaucoup de plaisir, plus que de la pression", estime Mandanda qui sait que, sauf catastrophe ou blessure, il reste la doublure du Lyonnais Hugo Lloris. Et qu'on ne lui parle pas de manque d'ambition. "Non, c'est juste être réaliste. Oui, j'aimerais jouer et être numéro 1, maintenant c'est comme ça, la hiérarchie est établie, la priorité est le groupe qui plus important que mon cas personnel." Reste qu'une grosse performance face à Shevchenko et consorts pourrait instiller le doute dans l'esprit de Laurent Blanc. Défenseurs: Première pour Kaboul "Certains vont fêter leur première sélection". En annonçant dimanche les débuts internationaux de certains de ses joueurs, Laurent Blanc vise clairement Younès Kaboul, sans doute le mieux placé des trois néophytes (avec Marvin Martin et Cédric Carrasso), pour débuter sur la pelouse du Donbass Arena, d'autant qu'avec trois défenseurs centraux (le sélectionneur ne considère Eric Abidal que comme un latéral gauche), il est bien contraint d'aligner le joueur de Tottenham s'il veut faire souffler Adil Rami ou Mamadou Sakho. "Dans un secteur, ça va être difficile de tout changer car ils sont trois pour deux postes", a confirmé l'intéressé. Younès Kaboul va donc débuter, plus probablement au côté de Mamadou Sakho que d'Adil Rami, Laurent Blanc déplorant au passage son manque de solutions de rechange lorsque Philippe Mexès est absent: "Dans ce secteur, il ne faut pas se voiler la face, on a de bons joueurs mais qui ont un peu les mêmes caractéristiques. Philippe a une palette supplémentaire dans la mesure où c'est un défenseur qui aime les duels et a une bonne relance, une qualité que peu de joueurs ont. Laurent Koscielny peut aussi jouer dans ce registre, malheureusement il est blessé." Du côté des latéraux, a priori moins de suspense: Patrice Evra devrait jouer à gauche, même si Eric Abidal pourrait être maintenu, avec le brassard en prime, Anthony Réveillère à droite à la place d'un Bacary Sagna qui fait partie des "joueurs cuits", selon l'expression du sélectionneur. Notre pronostic: Réveillère, Kaboul, Sakho, Evra Milieux défensifs: M'vila oui, Cabaye et Matuidi aussi ? C'est sans doute le secteur qui donne lieu à le plus de suppositions. D'abord, parce que si Laurent Blanc a annoncé la présence de "certains joueurs ayant une expérience internationale" pour encadrer les néophytes, cela ne concernera pas forcément les postes de milieux défensifs. Certes, le capitaine à Minsk, Alou Diarra, pourrait avoir l'opportunité de se rattraper après son match manqué en Biélorussie, tout comme Abou Diaby, qui, avec 16 matches de Championnat au compteur cette saison avec Arsenal, est sans doute plus frais des internationaux, mais la tendance reste à une ligne de quasi-néophytes avec M'vila devant la défense, Matuidi et Cabaye en récupérateurs à gauche et à droite, soit un trio qui ne compte que 12 sélections au total! Notre pronostic: Cabaye, M'vila, Matuidi Secteur offensif: Gameiro plutôt que Hoarau ? Là encore, du changement est attendu. Si Florent Malouda a beaucoup joué, sa performance à Minsk, soulignée par Laurent Blanc, pourrait lui valoir de "revenir en deuxième semaine", mais plus probablement à Varsovie jeudi prochain, et c'est Loïc Rémy, 8 sélections, qui tient la corde pour occuper le couloir droit devant N'Zogbia, qui attendra la seconde période ou la Pologne pour fêter sa deuxième sélection, et Mathieu Valbuena, qu'on verrait bien débuter en meneur à Varsovie plutôt qu'à Minsk. A gauche, Jérémy Ménez pourrait jouer en "faux pied", appellation désormais usitée par le sélectionneur pour désigner les joueurs n'évoluant pas dans leur couloir naturel (le droitier romain à gauche), à moins que N'Zogbia, "faux pied" à Wigan ne prenne le couloir gauche, comme lors de son unique sélection en début de saison en Norvège, où il avait apporté satisfaction. Quant au poste d'avant-centre, il semble dévolu à Kevin Gameiro, fringant en fin de saison, au contraire d'un Guillaume Hoarau, qui, samedi lors de la séance ouverte à la presse au stade olympique de Donetsk, a quasiment tout raté... Notre pronostic: Rémy, Gameiro, Ménez