Quelles villes pour l'Euro 2016 ?

  • A
  • A
Quelles villes pour l'Euro 2016 ?
Partagez sur :

FOOTBALL - Le conseil fédéral de la FFF désignera, mercredi, les 12 villes qui porteront la candidature française à l'organisation de l'Euro 2016.

Le Conseil fédéral de la fédération française de football désignera, mercredi, les 12 villes - parmi 14 - retenues pour défendre la candidature française à l'organisation de l'Euro 2016. Paris, Saint-Denis, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nice, Saint-Etienne, Lyon, Lille, Lens, Strasbourg et Nancy ont les faveurs des pronostics.Des quatorze villes encore en lice pour porter la candidature française à l'organisation de l'Euro 2016, il n'en subsistera que douze à l'issue de la décision du conseil fédéral de la Fédération française de football, mercredi. Ce dernier aura à choisir entre Nice, Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Saint-Etienne, Lyon, Lille, Lens, Strasbourg, Nancy, Metz, Paris (Parc des Princes) et Saint-Denis.Les critères de sélection reposent sur deux axes principaux a rappelé Jacques Lambert, directeur général de la FFF, à l'AFP. "Il faut que les dossiers répondent à deux grands sujets. Il y a d'abord les stades - qualité, fiabilité du projet - et les autres domaines: infrastructures, services offerts aux populations susceptibles de fréquenter les lieux au moment de l'Euro-2016, transports terrestres, aériens, hébergement, animation, accueil des supporters...", a ainsi expliqué le dirigeant.L'investissement de l'Etat en questionDes exigences que la candidature défendue par les Hauts-de-Seine à Colombes, ne remplissait pas. Le dossier a finalement été écarté, mardi. "C'est un projet privé qui n'est pas porté par une ville, or l'UEFA ne s'attache pas seulement à un projet de stade mais un projet de ville et nous avons donc considéré que ce dossier n'entrait pas dans le cahier des charges de l'UEFA", a justifié Jacques Lambert. Deux villes, Nantes, début septembre, puis Rennes, vendredi dernier, avaient quant à elles annoncé spontanément le retrait de leur candidature jugeant l'investissement financier trop lourd.Des voix se sont par ailleurs élevées pour dénoncer un manque d'engagement de la part de l'Etat qui a prévu d'allouer 150 millions d'euros au projet si l'organisation de l'évènement revient à la France, soit 7% du coût total de ce dernier. Insuffisant pour certains alors que l'Hexagone doit procéder à une rénovation de plusieurs de ses stades pour les conformer aux standards de l'UEFA quand certaines villes, comme Lyon, Lille ou encore Nice, doivent se doter dans les années à venir d'une nouvelle enceinte plus moderne. Voir la vidéo du Secrétariat d'Etat aux Sports sur "L'Euro 2016 et les grands stades":Les villes désignées, la France, en concurrence avec l'Italie, la Turquie et le projet présenté conjointement par la Norvège et la Suède, déposera son dossier de candidature auprès de l'UEFA le 15 février 2010 après avoir, au préalable, déterminé ses neuf villes titulaires et leurs trois remplaçantes. L'instance européenne rendra son verdict le 27 mai 2010.