Quelle désillusion !

  • A
  • A
Quelle désillusion !
Partagez sur :

L'équipe de France d'escrime a essuyé une nouvelle déconvenue, vendredi au Grand Palais. Très attendues, les épéistes bleues, emmenées par la championne du monde Maureen Nisima et l'expérimentée Laura Flessel, sont tombées dès les quarts de finale, contre la Roumanie (40-45), après un tour de chauffe difficile face à la Suisse. Le compteur tricolore reste donc bloqué à quatre médailles dans ces Mondiaux 2010.

L'équipe de France d'escrime a essuyé une nouvelle déconvenue, vendredi au Grand Palais. Très attendues, les épéistes bleues, emmenées par la championne du monde Maureen Nisima et l'expérimentée Laura Flessel, sont tombées dès les quarts de finale, contre la Roumanie (40-45), après un tour de chauffe difficile face à la Suisse. Le compteur tricolore reste donc bloqué à quatre médailles dans ces Mondiaux 2010. Maureen Nisima, sacrée championne du monde en individuel en début de semaine, ne doublera pas son capital. Laura Flessel, elle, ne renouera pas cette année avec un podium mondial. L'épée avait jusqu'alors sauvé l'honneur d'une escrime française plutôt malmenée dans son écrin du Grand Palais, avec, outre le titre de "Pimousse", l'argent et le bronze cueillis par Gauthier Grumier et Jean-Michel Lucenay chez les messieurs. Le collectif féminin n'a hélas pas su entretenir la dynamique ce vendredi. Très tôt ce matin, les filles de Stéphane Riboud ont laissé augurer une journée difficile. Poussées dans leurs derniers retranchements par des Suissesses déjà bien en jambes après un succès initial sur la Colombie, les Bleues ont vécu un tour de chauffe délicat, victorieuses à la mort subite sur une ultime piqûre de "la guêpe" Flessel (32-31). Une grosse frayeur fatale à Hajnalka Kiraly, laissée sur la touche au profit de Nathalie Alibert à l'amorce du quart de finale. La botte Alibert ne fonctionne pas Las, la botte aixoise n'a pas eu l'effet escompté face aux Roumaines, n°2 mondiales quand il s'agit d'évoluer en trio. Après d'excellents assauts signés Laura Flessel et Maureen Nisima pour porter la marque à 10-4, Nathalie Alibert a sombré, deux fois, face à l'ancienne n°1 des pistes Ana Branza d'abord (4-7), puis contre Simona Alexandru, pourtant modeste n°51 à la FIE (6-14). Et les Tricolores, dès lors menées de cinq touches (20-25), ne s'en sont pas remises. "C'est une grosse désillusion, oui, surtout dans la manière. Maureen et Laura se sont bien battues mais ça n'a pas suffi, il fallait être trois sur la piste, pas seulement deux, regrettait après coup Stéphane Riboud, le maître d'armes national. On mène bien au début du match mais tout s'est quasiment joué sur un relais. Quand on est derrière la Roumanie, une des plus fortes équipes du monde, c'est difficile de revenir..." Restait un lot de consolation à glaner, pour le public fidèle du Grand Palais. "On est chez nous, il faut maintenant aller chercher cette cinquième place", concluait Stéphane Riboud, après s'être entretenu avec Eric Srecki, un DTN à la mine grave. Un minimum pour un groupe qui en 2008 avait conquis l'or mondial, avec Sarah Daninthe en lieu et place de Nathalie Alibert, assuré au prix de deux beaux succès sur la Pologne, médaillée d'argent à Antalya (45-41), et la Russie (45-44). En espérant que ces Messieurs, champions du monde en titre, aient plus de réussite samedi avant la cérémonie de clôture...