Quel Tour pour les Français ?

  • A
  • A
Quel Tour pour les Français ?
Partagez sur :

Avec six victoires d'étape pour le contingent français et le maillot à pois sur les épaules d'Anthony Charteau, la Grande Boucle 2010 a été un grand cru pour le peloton tricolore. Qu'en sera-t-il de l'édition 2011 dont le départ est prévu samedi de Vendée ? Avec deux leaders en pleine forme, Sylvain Chavanel et Thomas Voeckler, le clan français peut à nouveau rêver de victoires d'étape, en espérant une belle surprise au classement général.

Avec six victoires d'étape pour le contingent français et le maillot à pois sur les épaules d'Anthony Charteau, la Grande Boucle 2010 a été un grand cru pour le peloton tricolore. Qu'en sera-t-il de l'édition 2011 dont le départ est prévu samedi de Vendée ? Avec deux leaders en pleine forme, Sylvain Chavanel et Thomas Voeckler, le clan français peut à nouveau rêver de victoires d'étape, en espérant une belle surprise au classement général. Si pour beaucoup le prochain Tour de France risque de se réduire à un duel au sommet entre le favori Alberto Contador et son outsider le plus dangereux Andy Schleck, la lutte pour le leadertship français promet elle aussi une belle bagarre entre Sylvain Chavanel et Thomas Voeckler. Habitués à briller sur les routes de la Grande Boucle (trois étapes, deux jours en jaune et deux prix de la combativité pour le premier, deux étapes et dix jours en jaune pour le second), les deux coureurs tricolores semblent aujourd'hui avoir atteint une maturité qui leur a permis de franchir un nouveau palier. L'année de leurs 32 ans est en effet jusqu'à présent une totale réussite. Passé tout proche de la victoire sur le Tour des Flandres où il s'est montré le plus costaud malgré le succès de Nick Nuyens, Chavanel n'a pas beaucoup gagné cette saison, mais a ciblé ses priorités. Champion de France de la course en ligne le week-end dernier à Boulogne-sur-Mer, un titre qui manquait encore à son palmarès et qu'il voulait à tout prix, le coureur de la Quick-Step a également énormément préparé le Tour en s'imposant pour la première fois de sa carrière un stage en altitude à Font-Romeu de trois semaines. Épanoui, en pleine forme, le natif de Châtellerault risque de faire très mal et ce dès les premiers kilomètres de cette 98e édition. Conscient d'avoir changé de statut au sein du peloton, le nouveau champion de France se sait aussi attendu: "Philippe Gilbert a annoncé la couleur. Il veut gagner la première étape (dont l'arrivée est jugée au sommet du Mont des Alouettes). Je ne vais donc pas attaquer pour me faire reprendre dans les derniers kilomètres. Il faut être intelligent. Je veux m'amuser, je m'éclate dans ce que je fais. Je vais essayer d'être à la hauteur et pourquoi pas lever les bras avec ce maillot bleu-blanc-rouge". Vainqueur de deux étapes et porteur du maillot jaune durant deux jours l'an dernier, il espère faire au moins aussi bien, voire mieux. Europcar compte sur Voeckler et Kern Même s'il a été dépossédé du maillot bleu-blanc-rouge par son ancien coéquipier chez Bonjour et Brioches La Boulangère, Thomas Voeckler, troisième à Boulogne-sur-Mer, réalise jusqu'à présent la meilleure saison de sa carrière. Vainqueur d'une étape du Tour Méditerranéen, du Tour du Haut-Var, de deux étapes sur Paris-Nice, de Cholet-Pays de Loire, d'une étape du Tour du Trentin, d'une étape et du classement général des Quatre jours de Dunkerque, l'Alsacien a déjà levé les bras à huit reprises depuis janvier. Et il aimerait le faire une nouvelle fois sur la Grande Boucle. Pourquoi pas dès samedi où son équipe Europcar sera à la maison ? "Bien sûr, c'est à domicile, donc on a envie de bien faire. Pour une fois dans une 1ère étape, ce ne sera pas une arrivée ordinaire au sprint. Mais franchement je n'y pense pas plus que ça. Je vais prendre les étapes les unes après les autres, et je verrai en fonction de ma condition." La formation de Jean-René Bernaudeau fondera aussi une partie de ses espoirs sur Christophe Kern, vainqueur d'étapes et sixième du Dauphiné et champion de France du contre-la-montre. Le premier objectif sera de bien figurer lors du contre-la-montre par équipes (lors de la deuxième étape) qui sera chez nous aux Essarts. On sera d'entrée dans le bain. Après pour les étapes, on verra. Je vise une étape de montagne dans les Pyrénées ou les Alpes, voire même le Massif Central. Je ne vais pas faire la fine bouche. L'objectif est d'en gagner une, n'importe laquelle ça me va." Péraud et Coppel visent le général Remporter une étape, ce sera aussi l'objectif de coureurs tels que Christophe Riblon, vainqueur l'an dernier à Ax 3 Domaines, mais qui tentera aussi " de bien figurer dans le contre-la-montre et d'accompagner ses leaders, Nicolas Roche et Jean-Christophe Péraud". "Je pars dans l'optique de faire une bonne place au classement général. S'accrocher tous les jours, c'est difficilement conciliable avec une victoire d'étapes. J'ai une petite préférence pour les Pyrénées car je suis originaire du Sud-Ouest, mais je ne suis pas raciste (rires). Je connais bien la région du Plateau de Beille, c'est une étape susceptible de me convenir", confie le Toulousain. Quatrième et douzième du dernier Tour d'Italie, John Gadret et Hubert Dupont tenteront eux aussi de tirer leur épingle du jeu dans les ascensions. Du côté de La Française des Jeux, on s'appuiera sur l'expérience de Sandy Casar, déjà vainqueur de trois étapes dans le Tour, mais pas sur Pierrick Fédrigo, qui malgré trois étapes lui aussi à son palmarès a décidé de renoncer en raison d'un manque de forme et de confiance. Marc Madiot compte aussi sur la jeunesse d'Anthony Roux, deuxième du dernier Championnat de France, et d'Arthur Vichot, vainqueur des Boucles du Sud Ardèche cette saison. Pour Cofidis, David Moncoutié est de retour après avoir fait l'impasse l'an passé, alors que Tony Gallopin va tenter de confirmer ses bonnes prédispositions. Chez Saur-Sojasun, tous les espoirs reposent sur Jérôme Coppel, candidat au top 20. Dans les équipes étrangères, si la plupart travailleront surtout pour leur leader, comme Rémy Di Grégorio chez Astana et Amaël Moinard chez BMC, Romain Feillu, qui estime avoir franchi un palier, aura une bonne carte à jouer chez Vacansoleil.