Quel OM à Nancy ?

  • A
  • A
Quel OM à Nancy ?
Partagez sur :

72 heures après son incroyable succès contre Lorient (2-1), la formation de Didier Deschamps entend bien conclure la phase aller de la meilleure des manières, mardi soir sur le synthétique de Marcel-Picot. Mais pour s'imposer à Nancy dans ce match avancé de la 19e journée, l'entraîneur de l'OM espère que ses joueurs se ressaisiront au vu du jeu proposé face aux Merlus.

72 heures après son incroyable succès contre Lorient (2-1), la formation de Didier Deschamps entend bien conclure la phase aller de la meilleure des manières, mardi soir sur le synthétique de Marcel-Picot. Mais pour s'imposer à Nancy dans ce match avancé de la 19e journée, l'entraîneur de l'OM espère que ses joueurs se ressaisiront au vu du jeu proposé face aux Merlus. Quel OM après le miracle ? Vainqueurs samedi de Lorient grâce à un coup de tête de Benoît Cheyrou dans les dernières secondes du temps additionnel, les hommes de Didier Deschamps jouent trois jours plus tard à Nancy le dernier match de la phase aller du championnat de France. L'occasion de terminer l'année sur une belle note et de conserver des espoirs de podium à condition évidemment de signer une deuxième partie de saison bien plus brillante que la première. Et au vu de ce que son équipe a montré durant les 80 premières minutes face aux Merlus, l'entraîneur marseillais n'a pas de quoi non plus s'extasier, bien au contraire. "On a été laborieux avec des transmissions de balle trop lentes et pas assez de mouvement face à une équipe collectivement bien en place. On a connu 15 minutes de folie en fin de match, c'est bien d'y croire jusqu'au bout mais on est capable de mieux maîtriser notre sujet, de faire mieux individuellement et collectivement", analysait "DD" en conférence de presse, rapporte le site officiel de l'OM. Face au PSG, par exemple, les Olympiens avaient affiché un tout autre visage que celui de samedi. Il est dommage pour Marseille que ses joueurs n'aient pas pu rééditer ce genre de performance contre Lorient mais également devant Bordeaux une semaine plus tôt, toujours au Vélodrome. En concédant le nul face aux Girondins (0-0), le champion de France 2010 a loupé l'aubaine de se trouver aujourd'hui à sept points des co-leaders : Montpellier et le PSG. La soif de victoires est donc toujours aussi grande pour un OM qui pointe au 8e rang avec 28 points à neuf longueurs de la tête. "Vu notre retard, il faut enchaîner les succès et il en faudra encore beaucoup pour espérer se rapprocher", insiste Deschamps, rappelant le rythme élevé des équipes de devant. Les Marseillais misent toutefois sur un faux pas d'un ou plusieurs de la bande des quatre (Montpellier, Paris, Lyon, Lille) pour continuer de grappiller. A condition évidemment de ramener des points de Nancy. Mardi soir, Deschamps récupèrera André Ayew (de retour de suspension), dont la capacité de percussion a manqué face à Lorient, mais devra se passer de Cheyrou, à son tour sanctionné par l'indiscipline (trois cartons jaunes reçus entre la 10e et la 17e journée). Du côté lorrain, la venue de l'OM arrive peut-être au bon moment. La formation de Jean Fernandez vient de s'imposer à Caen (1-2), quittant du coup la zone rouge (15e). "Ne plus être relégables fait beaucoup de bien", glisse Réginald Lemaître. Le latéral gauche et ses camarades savent aussi pertinemment que gagner en Normandie et battre Marseille n'est pas vraiment la même chose. Mais il rappelle justement: "On a gagné 1-0 contre Paris au Parc des Princes alors que personne ne nous voyait le faire. Alors pourquoi ne pas gagner contre Marseille ?" Et pourquoi pas ?