Quel avenir pour De Puniet ?

  • A
  • A
Quel avenir pour De Puniet ?
Partagez sur :

Présent en MotoGP depuis 2006, Randy de Puniet n'a pas encore l'assurance de disputer une septième saison de rang dans la catégorie reine. Ces derniers jours, l'engagement de Stefan Bradl chez LCR et le retrait de Suzuki ont considérablement réduit son champ des possibles. Si bien que le pilote francilien semble aujourd'hui limité à une alternative: se consacrer au développement ou faire le pari d'un CRT, un team privé à budget réduit mais sous le coup d'une réglementation avantageuse.

Présent en MotoGP depuis 2006, Randy de Puniet n'a pas encore l'assurance de disputer une septième saison de rang dans la catégorie reine. Ces derniers jours, l'engagement de Stefan Bradl chez LCR et le retrait de Suzuki ont considérablement réduit son champ des possibles. Si bien que le pilote francilien semble aujourd'hui limité à une alternative: se consacrer au développement ou faire le pari d'un CRT, un team privé à budget réduit mais sous le coup d'une réglementation avantageuse. Pramac-Ducati, c'est fini pour Randy de Puniet, et ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle pour l'intéressé qui sort d'une saison difficile au guidon de la déstabilisante Desmosedici. Reste que la situation du seul pilote français engagé en MotoGP cette saison est à ce jour délicate. L'intéressé ne sachant toujours pas de quoi sera fait demain à la veille des derniers essais officiels de l'année 2011. "Je ne vous dis rien concernant mon avenir, tout simplement parce que pour le moment rien n'est décidé", pouvait-on lire récemment sur son site officiel, alors que le Francilien sortait tout juste d'essais probants avec Suzuki. Las la piste bleue était une impasse. Flanqué du quatrième temps global de sa journée de tests effectuée au guidon de la GSV-R, il y a une dizaine de jours à Valence, Randy de Puniet se serait bien vu poursuivre l'aventure avec Suzuki - "Mon objectif est bien évidemment de rester en MotoGP et de travailler avec une usine. Le développement est quelque chose qui me plait vraiment, alors il n'y a rien de fait pour le moment mais j'aimerais continuer avec cette équipe", soufflait-il alors. Seulement vendredi, le constructeur nippon a choisi de se retirer du jeu, invoquant un contexte économique défavorable et ne prévoyant pas de réinvestir le championnat du monde de vitesse avant 2014. Une porte fermée de plus... Quelques heures tôt, Randy de Puniet avait pu constater la signature pour deux ans de Stefan Bradl, le tout frais lauréat de la catégorie Moto2, en faveur du team Honda LCR - celui où il officiait encore en 2010 et au sein duquel l'Espagnol Toni Elias, lui-même champion Moto2 sortant, n'a jamais su prendre la relève. C'est dire si l'avenir du Francilien dans la catégorie reine est incertain, dépendant d'une réflexion profonde qu'entend mener ce dernier ces jours-ci. "Je vais maintenant profiter du week-end pour réfléchir aux offres qui sont sur la table", avoue-t-il dans L'Equipe ce samedi. Les CRT, une vraie alternative Sur sa table, Randy de Puniet aurait aujourd'hui une offre de Ducati, pour endosser le rôle de pilote essayeur mais sans véritable perspective de courses pour 2012. Sa préférence irait ainsi à une proposition formulée par Aspar. Un team privé qui entend engager deux Aprilia l'an prochain en MotoGP, avec l'étiquette de "Claiming Rule Team" (CRT). Comprenez une équipe aux moyens limités mais favorisée en termes de réglementation technique - avec notamment 12 moteurs à disposition sur l'ensemble de l'année (contre 6 pour les teams d'usine) et la possibilité d'embarquer pas moins de 24 litres de carburant (contre 21 normalement). Comptant parmi les principaux animateurs du Superbike cette saison, avec Max Biaggi pour ambassadeur de choix, Aspar a déjà permis ces jours-ci au Français de 30 ans de se faire la main sur la mouture WSBK de son Aprilia RSV4, une machine qui servira de base à la future CRT assurément pilotée par Aleix Espargaro en 2012. Sans grands enseignements... "Cette journée d'essais ne m'a pas apporté grand-chose car la piste a longtemps été humide. De plus, j'ai roulé avec la moto de Superbike alors qu'Aprilia a bien évidemment prévu de refaire un châssis complet pour ce qui sera la CRT 2012." Reste un compromis: celui proposé par Honda. Randy de Puniet pourrait alors jouer les pilotes de réserve, doublure de Casey Stoner ou Dani Pedrosa, tout en courant sous la bannière de Gresini, sous réglementation CRT. Quelle que soit sa décision, elle devrait intervenir dans les jours à venir, avant les essais de Jerez programmés la semaine prochaine.