Quand y en a plus, y en a encore

  • A
  • A
Quand y en a plus, y en a encore
Partagez sur :

Quatre jours seulement après la fin des Mondiaux, le monde de l'athlétisme repart déjà pour un tour. Et l'affiche sera d'envergure à Zurich, pour le premier volet des finales de la Diamond League, avec notamment un 100m de feu qui constituera le clou de la soirée. Le podium de Daegu - Yohan Blake, Walter Dix, Kim Collins - et le revenant Asafa Powell seront en effet au rendez-vous. Rien que ça.

Quatre jours seulement après la fin des Mondiaux, le monde de l'athlétisme repart déjà pour un tour. Et l'affiche sera d'envergure à Zurich, pour le premier volet des finales de la Diamond League, avec notamment un 100m de feu qui constituera le clou de la soirée. Le podium de Daegu - Yohan Blake, Walter Dix, Kim Collins - et le revenant Asafa Powell seront en effet au rendez-vous. Rien que ça. A peine rentrés, déjà sur le pont. Et tous, ou presque... Certes, il manquera le plus illustre de tous à Zurich, pour le premier volet des finales de la Diamond League. Usain Bolt n'a pas accumulé assez de performances cette saison, sur les meetings apposés du sceau du diamant, pour prétendre figurer au départ de cette finale. D'un point de vue strictement franco-français, l'absence de Christophe Lemaitre (pour les mêmes raisons que Bolt) est aussi une petite déception. Mais les deux larrons sont bien les seuls à se reposer après Daegu. Car pour le reste, le plateau qui illuminera la piste du Letzigrund à 21 heures est absolument sublime. Les trois médaillés mondiaux, fraîchement auréolés, seront ainsi chacun de la partie: Yohan Blake au couloir n°3, Walter Dix au n°4 et Kim Collins au n°6. Et pour pimenter le tout, Asafa Powell effectue son grand retour en Suisse. Malgré son forfait aux Mondiaux, le Jamaïquain sera presque le plus scruté de tous. Sa position annoncée ne trompe pas, puisque Powell, toujours détenteur de la meilleure performance mondiale de l'année en 9"78, s'élancera au couloir n°5. Avec son avance au classement général, ce dernier est assuré de faire sien le fameux diamant de quatre carats. Plus que la pierre, c'est le temps et le comportement de Powell qui seront précieux face aux couronnés de Corée. Powell débarrassé de toute pression patriotique "Ce n'est pas une bonne idée de prendre le risque, quand mon équipe et mon pays dépendent de moi", avait dit Powell, encore blessé aux adducteurs, pour justifier jeudi dernier son absence du relais 4x100m. Cette fois, chacun courra pour sa pomme. Et le contexte ne paraît pas excessivement dangereux pour Powell, sur ce qui ressemble assez à la dernière course de l'année. Après Powell, son compatriote Blake aura bien sûr une bonne partie des projecteurs également braqués sur lui. "J'ai prié pour qu'un tel moment arrive toute ma vie", disait-il dimanche après son titre sur 100m. La polémique sur son mouvement qui aurait incité Bolt à commettre l'irréparable - son fameux faux départ - a été rapidement éteinte, mais mieux vaudrait pour lui finir l'année sur une bonne note. Donc sur un gros temps. Car mine de rien, avec un vent régulier, Blake n'a pas fait mieux que 9"92 cette saison. Soit le même chrono que Lemaitre aux championnats de France, ce qui ne fait qu'attiser un peu plus les regrets de l'Annécien. Mais c'est un autre sujet... Dix, quant à lui, aura aussi l'envie de marquer les esprits. "Je suis définitivement ici pour gagner, je ne rentrerai pas sans médaille d'or", avait déclaré l'Américain après les demi-finales du 200m, vendredi à Daegu. Avec un extraterrestre en adversaire, ça paraissait un peu présomptueux, et ça l'a effectivement été. Sans parler du relais 4x100m, où les Américains n'ont même pas fini (chute de Kimmons). Et sur 100m, au final, Dix n'a qu'un 9"94 comme meilleur chrono cette saison... Loin de tout ça, Kim Collins - grand bénéficiaire de ces Mondiaux avec deux médailles de bronze totalement inattendues, sur 100m et 4x100m - s'est affiché comme un vieux sage en Corée, du haut de ses 35 ans. Le champion du monde 2003 avait parlé d'une "triste soirée pour l'athlétisme" malgré sa 3e place, le soir de la disqualification de Bolt avant la finale de la distance reine. Et le roi, justement, dans tout ça ? Il a savamment fomenté sa revanche, en obtenant des organisateurs du meeting de Bruxelles (le 16 septembre) qu'ils ajoutent un 100m au programme de la deuxième finale de la Diamond League. Avec la meilleure performance mondiale de l'année en tête, ça va de soi. Une MPM que les copains, d'ici là, auront peut-être abaissée encore un peu. Histoire de fâcher le roi.