Quand San Francisco s'allume...

  • A
  • A
Quand San Francisco s'allume...
Partagez sur :

Chaque semaine, retrouvez les faits marquants qui ont rythmé le week-end en NFL. Les San Francisco 49ers, l'une des surprises de ce début de saison, ont confirmé leur bonne entame en surclassant les Tampa Bay Buccaneers (48-3). Les Indianapolis Colts, battus par les Kansas City Chiefs (24-28), sont moins à la fête.

Chaque semaine, retrouvez les faits marquants qui ont rythmé le week-end en NFL. Les San Francisco 49ers, l'une des surprises de ce début de saison, ont confirmé leur bonne entame en surclassant les Tampa Bay Buccaneers (48-3). Les Indianapolis Colts, battus par les Kansas City Chiefs (24-28), sont moins à la fête. LE TOP : San Francisco 49ers Ce n'est plus seulement dû au hasard. Après avoir battu les Seattle Seahawks, les Cincinnati Bengals et les Philadelphia Eagles, les 49ers ont accroché ce week-end une quatrième équipe à leur tableau de chasse: les Buccaneers. Si Tampa Bay ne fait pas vraiment partie des plus sérieux candidats au titre depuis quelques années, son début de saison prometteur avant cette rencontre (3 v. - 1 d.) donne encore plus de volume à la performance de San Francisco (48-3), qui prend là son meilleur départ depuis neuf ans. "On ne se donne aucune limite", assure Jim Harbaugh. Le coach de la franchise californienne, arrivé en 2011, est l'une des raisons du renouveau des Niners, qui n'ont perdu qu'un seul match, en prolongation contre les Dallas Cowboys. Il n'est pas le seul. Le quarterback Alex Smith, auteur de trois passes de touchdown face aux Bucs (170 yards, à 11/19), et le running-back Frank Gore (125 yards, 1 TD) sont devenus deux valeurs sûres. Leader de la division NFC West, "Frisco" est bien placé pour disputer les playoffs. Le tight-end Vernon Davis, dans l'équipe depuis 2006, se frotte les yeux: "Ça fait vraiment longtemps qu'on n'a pas été en tête, je ne me souviens pas de la dernière fois que j'ai vu ça." LE FLOP : Indianapolis Colts Le retour de Peyton Manning sur le banc n'y a rien changé. Sans leur quarterback vedette, les Colts n'y arrivent pas et cela s'est encore vu face aux Kansas City Chiefs (24-28). Pour la première depuis dix ans, Indy a perdu cinq matches d'affilée et se retrouve, en ce début de saison, dans le lot des trois équipes à n'avoir pas encore passé la première (0 v. - 5 d.). Il faut remonter à 1997 pour trouver trace d'une telle entame d'Indianapolis. Incroyable vu le pedigree de cette franchise, plus habituée à jouer les premiers rôles, qui a pourtant compter jusqu'à dix-sept points d'avance (24-7, 29e) avant de voir le tandem Matt Cassel (257 yards, à 21/29, 4 TD)-Dwayne Bowe (136 yards, 2 TD) détruire leur avantage. LE JOUEUR : Ben Roethlisberger (Pittsburgh Steelers) Seul Ben Roethlisberger pouvait s'effacer lui-même de la légende des Steelers. Le quarterback de Pittsburgh a rendu face aux Tennessee Titans une copie presque parfaite qui a considérablement aidé son équipe, victorieuse avec la manière (38-17). Auteur de 5 passes de touchdown contre une seule interception (228 yards, 24/34), "Big Ben" a égalé le record qu'il avait établi en 2007. "C'est un joueur de grande classe, a réagi son coach Mike Tomlin. Il faut qu'il joue comme ça pour nous permettre de faire de bonnes choses." Avec trois victoires et deux défaites au compteur, les finalistes du dernier Super Bowl ne sont pour l'instant que troisièmes de l'AFC North. LA STAT : 2 Deux, comme le nombre d'équipes à encore faire de la résistance en NFL. Detroit et Green Bay, qui se disputent la tête de la division NFC North, tiennent à leur invincibilité et le montrent chaque week-end. Les Lions, que personne n'attendait à ce niveau-là, ont dominé lundi soir les Chicago Bears (24-13) et réalisent, avec cette cinquième victoire de rang, leur meilleure entame depuis 1956. Les Packers, eux, ont fait respecter la logique sur le terrain des Atlanta Falcons (25-14), une équipe toujours délicate à manoeuvrer. Avec 396 yards à la passe (à 26/39), et deux touchdowns à la clé, Aaron Rodgers a encore été au rendez-vous. Tant que le MVP du dernier Super Bowl sera sur un nuage, les champions en titre seront intouchables.