Quand le rugby s’inspire de la danse

  • A
  • A
Quand le rugby s’inspire de la danse
@ MAXPPP
Partagez sur :

Pour les touches, des joueurs du XV de France ont imité des techniques de danseurs classiques.

Les deux sports n’ont priori rien en commun. Force et impact pour le rugby contre technique et justesse pour la danse classique. Deux mondes bien différents et pourtant, depuis deux ans, l’entraîneur des avants du XV de France travaille avec un chorégraphe pour améliorer la technique des touches.

"Un éléphant dans un magasin de porcelaine

Le gabarit ne se prête pas vraiment aux pointes et aux arabesques. Didier Retière, surnommé le "cube", mesure 1,65m pour 120 kilos. Et pourtant, l’entraîneur adjoint de Marc Lièvremont est un grand fan d’opéra. Convaincu que le rugby devait s’inspirer de la danse classique, il a décidé de rapprocher les deux sports.

"Je me suis posé la question de savoir ce qui pouvait nous aider le plus en touche", explique Didier Retière interrogé par Europe 1. Et de poursuivre : "il faut arriver à sortir de cette image de force. Ce sont des gestes qui doivent être puissants et en même temps très réactifs. Je crois que cette justesse technique, c’est une grande tradition de la danse classique. On fait un peu éléphant dans un magasin de porcelaine mais il y a des petits trucs à mettre en place".

Même les joueurs semblent convaincus de cette technique. Le troisième ligne du XV de France, Imanol Harinordoquy reconnaît quelques points communs entre la danse et le rugby : "c’est vrai qu’en prenant du recul, ça peut être intéressant d’avoir une approche différente sur l’exercice de la touche. Quelque part, c’est un ballet, une chorégraphie où chacun doit être bien positionné pour que le tout prenne forme. Maintenant, je ne pense qu’on va se mettre en tutu pour le faire".

Des progrès en touche

Depuis le début du Tournoi des six Nations, l’équipe de France éprouve quelques difficultés en défense. Et pour cause, les Bleus ont déjà encaissé six essais en deux matches. Mais Marc Lièvremont peut au moins se satisfaire d’un compartiment du jeu : la touche. Contre les Ecossais et surtout contre les Irlandais, le XV de France a excellé dans ce domaine. Peut-être une conséquence de ces nouvelles techniques...