Quand King James veut...

  • A
  • A
Quand King James veut...
@ Reuters
Partagez sur :

NBA - Avec un nouveau triple-double de James, Cleveland bat Detroit (113-101).

NBA - Avec un nouveau triple-double de James, Cleveland bat Detroit (113-101). Le match de la nuit Will Bynum et les Pistons ont pourtant bien cru s'offrir, enfin, une victoire de prestige. Avant de devoir déchanter. Et de souffler, comme explication à l'issue de la rencontre: «Ce mec n'est pas humain. Et quand il commence à jouer ainsi, vous n'avez plus qu'à espérer pouvoir arrêter ses coéquipiers.» LeBron James n'a pourtant pas particulièrement brillé en attaque, tout du moins trois quart-temps durant comme en attestait son piètre 5 sur 15 aux tirs à l'entame de la dernière ligne droite... Mais lorsqu'il s'est agi de faire la différence alors que les deux équipes n'en finissaient plus de s'échanger les commandes de la rencontre, LeBron James est redevenu King James, terminant avec un 5 sur 7 aux tirs, 4 passes et 4 rebonds lors du quatrième acte et compilant ainsi son 28e triple-double en carrière avec 29 points, 12 rebonds et 12 passes. Surtout, les Cavs en ont profité pour enfin maîtriser des Pistons récalcitrants. Alors que les deux équipes étaient encore au coude à coude, 94-94, avec moins de cinq minutes à jouer, les leaders de la Ligue a en effet terminé en trombe, passant un 19-7 à leurs visiteurs pour une victoire 113-101 leur permettant de garder à distance les Lakers, toujours rejetés à trois victoires. Aussi, le héros de la soirée pouvait-il bien savourer son nouvel exploit, assurant «Derrière la victoire, réaliser un triple double est ce que je préfère. Ça signifie que vous faîtes tout ce dont votre équipe a besoin pour remporter un match. Et c'est vraiment la meilleure chose que vous pouvez faire sur un plan individuel.» Pour ce quatrième succès consécutif, James n'a toutefois pas été le seul Cavalier à se mettre en évidence. Avant que leur leader prenne le match à son compte en fin de match, Mo Williams et Antawn Jamison ont en effet préservé l'essentiel, le premier terminant avec 20 points à 6 sur 11 et le second compilant 15 points et 10 rebonds. Et il fallait bien ça face à un Rip Hamilton inspiré avec ses 24 points... Les Français Soirée contrastée pour le camp tricolore. Si six Bleus étaient à l'origine concernés par le programme du jour, ils n'ont tout d'abord été que trois à être de la partie... La faute aux blessures pour Tony Parker (main) et Joakim Noah (genou), l'intérieur de Chicago envisageant néanmoins un retour pour ce week-end. Et c'est d'ailleurs peu dire que les Bulls en ont besoin puisqu'en l'absence de son Français, mais également de Luol Deng et Derrick Rose, la franchise de l'Illinois reste désormais sur une série noire de huit défaites de rang, la dernière concédée à Memphis 104-97. Les playoffs s'éloignent... A contrario, le meneur des Spurs peut prendre son temps, San Antonio en étant en effet à quatre victoires pour une défaite depuis la blessure de Parker. Cette fois, c'est à Miami que les Texans ont été l'emporter 76-88 et si Ian Mahinmi a eu droit à quelques miettes avec 2 minutes de jeu pour un tir pris et manqué, dans le camp des perdants, Yakhouba Diawara n'a pas, lui, échappé à son triste sort avec un énième match suivi en civil sur le banc du Heat. Ainsi n'ont-ils même été finalement que deux Français à véritablement jouer. Avec une défaite et une belle ligne de stats pour Boris Diaw, et une victoire et une prestation plus discrète pour Johan Petro. Auteur d'un double-double, la veille, à Houston, Petro a en effet été cette fois moins à son avantage face aux Wizards. Mais si l'ancien Sonic a dû se contenter de 2 points à 1 sur 2 aux tirs, 9 rebonds en 22 minutes, Denver l'a en revanche emporté 97-87 et a ainsi récupéré sa deuxième place à l'Ouest. Charlotte vise certes moins haut à l'Est, mais après six victoires de rang, les Bobcats sont tombés de haut en s'inclinant 99-94 à Indiana. Les hommes de Larry Brown ont certes dû composer sans Gerald Wallace, toujours blessé, mais ils ont pu en revanche compter sur un Boris Diaw des plus efficaces avec 20 points à 7 sur 10, 5 rebonds et 4 passes en 42 minutes. Une prestation néanmoins altérée par une balle d'égalisation gâchée à 20 secondes de la fin...